Le Canada, le Québec et la monarchie britannique

William, Prince de nos bouffons

Le Québec se trouve à faire les frais des problèmes existentiels du Canada

Tribune libre de Vigile
jeudi 30 juin 2011
1 147 visites 6 messages

Pierre Falardeau connaissait le pouvoir meurtrier du ridicule, et il ne se gênait pas pour l’exploiter. Nulle part ne le fait-il avec un effet plus dévastateur que dans « Le temps des bouffons », ce documentaire-choc sur nos élites dirigeantes qui grouillent dans l’ombre de la monarchie et qui y puisent la « légitimité » avec laquelle ils se sentent justifiés de nous exploiter http://video.google.com/videoplay?docid=2010481462051153901# .

On aurait tort de penser que les Québécois sont les seuls à être victimes de cette exploitation. En fait, tous les Canadiens le sont. Des événements comme en décrit Falardeau dans son film, il s’en déroule partout au Canada, et sans doute bien plus ailleurs qu’ici. La différence avec le Québec réside essentiellement dans la proportion beaucoup plus élevée de sa population qui conteste cette « légitimité », et nos origines différentes et notre histoire y sont évidemment pour quelque chose.

Ce que nous contestons, ce n’est pas tant l’exploitation (nous nous laissons assez facilement exploiter par les nôtres), ni même la monarchie (les Québécois n’ont pas, comme les Français, fait la Révolution et guillotiné des têtes couronnées), que l’assujettissement à un pouvoir étranger, donc usurpateur, et les exactions dont ce pouvoir s’est rendu coupable à l’endroit de notre peuple depuis la conquête.

Bien sûr, les tensions les plus vives se sont apaisées au fil des années, en bonne partie parce que les Québécois ont su trouver les parades propres à assurer leur survie, depuis la « revanche des berceaux », jusqu’à la « révolution tranquille » et aux revendications indépendantistes, mais la monarchie britannique demeure le symbole d’un pouvoir dominateur et assimilateur.

***

À l’occasion de la « visite royale » qui se déroulera dans quelques jours, l’usurpateur, ce sera William, prince de la monarchie britannique et des bouffons qui s’en réclament. Force est de constater qu’au 21e siècle, la monarchie est une irruption incongrue du passé dans le présent, qu’on pourrait à l’extrême rigueur tolérer si elle avait le bon goût de se faire très discrète. Mais ce n’est hélas pas le cas, tant s’en faut, et les médias nous inondent régulièrement d’un mélange de scandales et de kitsch à faire lever le cœur des plus hardis.

Pour son plus grand malheur et le nôtre, la monarchie britannique s’affiche sûrement comme l’une des plus délinquantes à tous égards. Et au cours du règne d’Élizabeth II, absolument rien ne nous aura été épargné, depuis les affreux « bibis » dont elle semble avoir une inépuisable collection, jusqu’aux frasques scabreuses de sa sœur, de ses enfants http://www.textfiles.com/phreak/camilla.txt , http://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-1287807/Royal-merry-round-Is-Princess-Anne-Camillas-ex-again.html
et de ses brus qui ont mis sa couronne en péril et ébranlé les fondements de l’institution qu’elle représente, au point même qu’elle s’est sentie obligée d’évoquer il y a quelques années son « annus horribilis » devant le monde entier, ébahi, qui n’en demandait surtout pas tant.

Il faut donc que les Canadiens soient sérieusement mal pris pour voir dans la monarchie britannique un symbole de leur identité nationale, comme le suggère La Presse dans un article paru hier. Il faut lire ce commentaire de Kevin MacLeod, le secrétaire canadien d’Élizabeth II et porte-parole de cette tournée officielle, pour comprendre à quel point ils sont prêts à n’importe quel amalgame pour nous vendre leur salade, sans même être conscients de ce qu’il peut avoir d’injurieux pour les Québécois :

« La Couronne est bien plus qu’un symbole, selon moi. C’est une réalité de notre système politique, ça touche notre identité comme Canadiens. Nous ne sommes pas des Américains, nous avons une identité différente, nous avons d’autres symboles, comme la fleur de lys, le castor, Bonhomme Carnaval ou la Couronne. Ces choses reflètent notre identité collective ».

Vous remarquerez que le Québec peut revendiquer pour sien trois de ces symboles. Le reste du Canada est pris avec trois symboles qui ne lui appartiennent pas, et qu’il est obligé d’emprunter pour se définir. La vérité, et ce propos en constitue un aveu retentissant, c’est que l’identité canadienne repose sur la monarchie britannique et le Québec. Sans ces deux éléments, les Canadiens sont des Américains. On comprend donc qu’ils tiennent tant au Québec. Et ce qui doit être le plus difficile pour eux à avaler, c’est que le Canada et le Québec n’ont en commun que le castor, ce qui, traduit dans la réalité concrète, se résume à très peu de choses. Qui plus est, l’identité québécoise n’a aucunement besoin de la monarchie britannique pour exister. En fait, elle lui est imposée.

C’est donc le Québec qui se trouve à faire les frais des problèmes existentiels du Canada. Il serait temps que les Québécois s’en rendent compte.

En attendant, je serai à Québec dimanche pour dire à William que l’institution qu’il représente n’est pas la bienvenue chez nous, qu’elle ne l’a jamais été, qu’il devrait avoir honte de la représenter, tant pour le passé comme pour le présent, et qu’il n’est tout au plus que le Prince de nos bouffons.

Commentaires

  • yvan, 3 juillet 2011 21h06

    Durant les fêtes du 400 iemme ou Harper est venu affirmer aux québécois a l’ouverture que l’arrivée de Samuel de Champlain a Québec en 1608 fut l’acte de naissance juridique du Canada.

    Apres nous avoir voler le dernier référendum ces bouffons fédéralistes et leur colonisés québécois ignare de leur propre histoire ont tenter par ce genre de fausseté sur Samuel de Champlain de nous voler notre histoire .

    Cette mascarade royale n’auras seulement été qu’une autre fête anglo fédéraliste de mauvais gout ou on as assister a la visite du futur roi venant visiter sa colonie québécoise.

    Peut etre aussi pour s’assurer que la signature de sa maman Elizabeth est encore sur le document du rapatriement unilatéral de leur constitution néo colonial ou le peuple québécois as été exclus de toute reconnaissance juridique par les fédéralistes.

    Espérons que cette ridicule mascarade néo coloniale soit vu un jour sous l’oeuil critique des québécois comme le temps des bouffons de Falardeau

  • Jacques Lamothe, 2 juillet 2011 14h16

    William : « SCRAM » hors du Québec ! Dégage ! Fais de l’air...

    Vive le Québec libre !

    Jacques L. (Trois-Rivières)

  • Francis Déry, 2 juillet 2011 08h16

    À Mario Goyette,

    Qui finance RDI ?

    RDI est une division de la Société Radio-Canada.
    Société Radio-Canada est une société de la Couronne.

  • Andréa Richard, 2 juillet 2011 06h29

    Merci Monsieur Le Hir. Il faut des gens comme vous, qui ont le courage de -dire les vraies choses !-
    Je déplore qu’on marche comme des moutons...qu’on se pose pas de questions...des suiveux quoi...
    Si seulement le québec pouvait se séparer...et bâtir un demain exempts de toutes ces tromperies et hypocrysies qu’on nous sert depuis des siècles, tant au niveau politique qu’au niveau religieux.
    Andréa Richard

  • Mario Goyette, 30 juin 2011 20h01

    Dimanche, ils seront à Québec, « là où le Canada est né », a déclaré Stephen Harper dans son discours de bienvenue. Ils assisteront notamment à une cérémonie du droit de cité à l’hôtel de ville.
    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/06/30/010-visite-canada-kate-william.shtml

  • Mario Goyette, 30 juin 2011 18h17

    Bonjour M Le Hir
    Ce soir à Grand reportage de RDI, on présente :
    Récit d’une histoire d’amour digne d’Un conte de féées moderne du prince William et Kate Middleton. C’est annoncé à toutes les demi-heure depuis hier.
    Je demande qui finance RDI ? Patrimoine-canada peut-être...

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Visite royale au Québec - juillet 2011 - William et Catherine
Tribune libre de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
27 563$  46%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 12/12 Majella D'Anjou: 150$
  • 9/12 Anonyme : 80$
  • 9/12 G. Cotton et L. Depault: 50$
  • 9/12 Guy Roy : 25$
  • 7/12 Camille Dumoulin : 75$
  • 7/12 Samuel Beaudoin Guzzo: 30$
  • 7/12 Don Anonyme : 150$
  • 7/12 Michel Morency : 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!