The myth of Manifest Destiny, Take Two

Blog on World Geopolitics
lundi 28 août 2006

“In the field of world policy I would dedicate this nation to the policy of the good neighbor—the neighbor who resolutely respects himself and, because he does so, respects the right of others.”
President Franklin D. Roosevelt, 32nd US president, Inaugural Address, March 4, 1933

"Politically speaking, tribal nationalism always insists that its own people is surrounded by "a world of enemies", "one against all", that a fundamental difference exists between this people and all others. It claims its people to be unique, individual, incompatible with all others, and denies theoretically the very possibility of a common mankind long before it is used to destroy the humanity of man."
Hannah Arendt, The Origins of Totalitarianism

"Where you have a concentration of power in a few hands, all too frequently men with the mentality of gangsters get control."
Lord Acton (1834-1902)


In March 1885, John Fiske wrote an essay for the magazine Harper’s, called "Manifest Destiny", in which he contended that the so-called "English race" was destined to dominate the entire world during the coming 20th Century. Then, according to this hubristic theory, there would be a millennium of peace and prosperity. However, it is the expansionist editor John L. O’Sullivan, who in 1845 coined the famous expression when he wrote of "our manifest destiny to overspread the continent allotted by Providence for the free development of our yearly multiplying millions."

Such scary thinking was echoed half a century later by German fascists who thought their fascist Reich would last a millennium and that they could control the world. It would seem that delusional imperialists often think they have discovered the "millennium" magic recipe for dominance. They cloak their insane ambitions in notions of German or American Exceptionalism. Fundamentally, any ’Exceptionalism’ among peoples is deeply rooted in racism and the self-serving hatred of "the other". Imperial nazi Germany was race-conscious and it went on extermining people because they were of the ’wrong’ race and were declared "Untermensch" (undermen). More than fifty million people died to dispel these dangerous myths.

When religious excesses reinforce ideology and imperialist instincts, things can get even more hallucinatory. For some, the "divine doctrine" of Manifest Destiny originates in the sanctimonious conviction that the Christian ’God’ intended the world to be under the control of white European or American Christians. It is the old colonialist idea that dark-skinned people in foreign lands are unable to govern themselves and need external intervention. For example, according to Puritan millennialism, or the theory of Anglo-Saxon or Teutonic racial superiority, some religious Americans, in the 19th Century, saw themselves in their delusion as some sort of a "New Israel", and they persuaded themselves that they should fight savages for the sake of a higher Christian civilization. According to this racial theory of history, popular in late 19th Century America and in early 20th Century Germany, the Teutonic nations [are destined] "to carry the political civilization of the modern world into those parts of the world inhabited by unpolitical and barbaric races", as explained by historian John Burgess.

In 1886, a period fertile with delusional authors, Josiah Strong published a book titled "Our Country", in which he opined that the English speaking peoples have the "mission" of evangelizing the world. A few years later, Brooks Adams published a similar ethno-centric theory of history in a book titled "The Law of Civilization and Decay", whose main thesis was that nations oscillate historically between barbarism and civilization. In a surprising development, the author then went on to extoll barbarism, arguing that barbarism was necessary to develop empires and subjugate colonies. Adams went on to envisage the emergence of an Anglo-Saxon alliance between the U.S. and Great Britain that would dominate the world.

Such eccentric ideas are not inconsequential, for sooner or later opportunistic politicians think of using them as stepping-stones to power. For instance, an imperialist American politician, Theodore Roosevelt, wrote a book in 1889 titled "The Winning of the West" in which he said : (The 1864 slaying of several hundred Cheyenne women and children was) "on the whole as righteous and beneficial a deed as ever took place on the frontier." For this politician drunk with millennium ideas, the extermination or genocide of the Indians was done to advance "civilization".

When he became president after the assassination of William McKinley, in 1901, Theodore Roosevelt applied his racial theories of civilization in the Philippines, where the United States fought a nationalist insurgency for fourteen years, not unlike what mission-bound George W. Bush is doing today in Iraq. Maybe not surprisingly, the American Protestant missionary press was most supportive of the brutal Philippines war (1899-1913), a war that resulted in hundreds of thousands of deaths. Of course, in the realm of genocide, Adolf Hitler outdid all millennium imperialists when he undertook, in the 1930’s, to exterminate the Jews and Gypsies in Germany, and in many parts of Europe. It took a world war to stop this insane fool.

At the beginning of the 21st Century, a similar wind of folly blows in certain quarters.

In Israel, for instance, religion-based "manifest destiny" thinking is widespread. For instance, the popularly accepted theory of Zionism is based, to a large extent, on the self-serving myth of the "chosen" people. The judaist Bible is supposed to have given present day Israelis a godly right to all of Arab territory in Palestine. This myth is then used to justify the building and expansion of illegal Israeli settlements on Arab lands, in Gaza and the West Bank.

One can also better understand the causes of perpetual war in the Middle East when it is known that according to Halacha (Jewish religious law), the term "human beings" according to Halacha refers solely to Jews. Indeed, a decisive majority of Talmudic sages view goyim (the derogatory Hebrew term for non-Jews) as either animals or sub-humans. With such extremist views, it is understandable that some Orthodox rabbis in Israel consider that international conventions, such as the 4th Geneva Convention which outlaws the deliberate killing of civilians and the destruction of civilian homes and property, are part of "Christian morality" and are not binding on Israel.

In the U.S., the powerful neo-conservative movement is also driven by a sense of moral superiority and by an apology of imperialism for the "good cause".

The cause this time that conceals more down to earth interests is the spread of democratic universalism, especially in the oil-rich Middle East. Irving Kristol, one of the original neocons, advanced the idea that America needs a 21st century version of democratic Manifest Destiny. For him and his cohort of Neocons, just as it was Manifest Destiny for the United States to reach the Pacific Ocean in the 19th Century, so it is today’s American Manifest Destiny to control oil-rich regions like the Middle East, under the pretexts of spreading ’democracy’ or fighting terrorism around the world. Thus is constructed the intellectual foundation for building a ruthless and plutocratic empire under the guise of spreading a ’one-size-fits-all’ democracy.

The shaky assumption behind such thinking is that people, and especially Americans, will not see the fundamental contradiction of wanting to impose democracy through undemocratic means (i.e. using military power to spread democracy). Nevertheless, for neocon missionaries, it is legitimate to use force to convert the world to some sort of American supervised ’democracy’. -This is the new religion. This is, of course, a hoax ; in a democracy, power originates from the people, not from armed foreign invaders, and the law, not force, regulates the interactions between individuals and between nations. In fact, imperialism is the very antithesis of democracy.

Nevertheless, with such open-ended patronizing and condescending hubris, there lies the seeds of many imperialistic wars to come, -wars that may suit the agendas of some powerful special interests. Indeed, the new neocon theological version of Manifest Destiny is also a theology of permanent war. As such, these old theories in new clothes represent the gravest danger to world peace. And since George W. Bush subscribes to this flawed ancient geopolitical theory, the world should pay special attention.

As for Bush Jr. himself, indeed, while protesting that the U.S. has no plan to stay long in Iraq, after the so-called "liberation" he illegally engineered on his own in the spring of 2003, he takes great care to stress that the decision of when to remove US troops from Iraq will rest with ’’future presidents and future governments in Iraq", not with him. This is understandable since his administration is currently busy building a Middle Ages-type fortress in Baghdad, disguised as an embassy. This new Carcassonne fort will have a 15-foot thick perimeter wall and will be spread over a 104-acre site. The Pentagon is also busy building 14 permanent American military bases in occupied Iraq, capable of hosting 50,000 American soldiers and their families. Some temporary expedition ! -As General Anthony Zinni, former US Middle East commander, has put it, there could not be a more ’’stupid" provocation to the Muslim world than building permanent military American bases in a Middle East Arab country. This is a sure guarantee of decades of war and unrest. -In a repetition, one hundred years apart, of the Philippine invasion, U.S. war commanders now think some level of American forces will be ’needed’ in Iraq until 2016. "Plus ça change, plus c’est pareil."

Such duplicity does not escape the attention of the world, even though many Americans keep their heads buried deep in the sand, and refuse to face the reality and consequences of their "imperial" government. A recent poll taken in Great Britain, for example, found that Britons have never had a lower opinion of the leadership of the United States than presently. Indeed, a June 26-28, 2006 survey found that only 12 per cent of Britons trust the Bush-Cheney administration to act wisely on the global stage. This is half the number who had faith in the post-Nixon Vietnam-scarred White House of 1975. Today, a large majority of the British see America as "a cruel, vulgar, arrogant society, riven by class and racism, crime-ridden, obsessed with money and led by an incompetent hypocrite." -Let’s keep in mind that Tony Blair’s Britain is supposed to be George W. Bush’s staunchest ally. It is therefore reasonable to believe that America’s reputation in other countries, under Bush II, is probably much lower.


(traduction française)

Le mythe du « Destin manifeste », rebelote
Le retour en force d’une vieille marotte

Rodrigue Tremblay, 28 août 2006
Traduit par Pétrus Lombard et révisé par Fausto
Giudice

« Dans le domaine de la politique mondiale je
consacrerais cette nation à la politique du bon voisin
— le voisin qui se respecte résolument et, parce
qu’il fait ainsi, respecte le droit des autres. »
Franklin D. Roosevelt, 3ème Président US, allocution
inaugurale du 4 mars 1933

« Politiquement parlant, le nationalisme tribal
insiste toujours sur le fait que son propre peuple est
entouré par « un monde d’ennemis », « un contre tous
 », qu’une différence fondamentale existe entre son
peuple et tous les autres. Il prétend que son peuple
est unique, individuel, incompatible avec tous les
autres, et nie même la possibilité théorique d’une
humanité commune longtemps avant de se mettre à
détruire l’humanité de l’homme. »
Hannah Arendt, Les Origines du Totalitarisme

« Là où vous avez une concentration de pouvoir dans
quelques mains, fréquemment des hommes à la mentalité
de gangsters prennent le contrôle. »
Lord Acton (1834-1902)

***

En mars 1885, John Fiske écrivit un essai pour le
magazine Harper, appelé « Le destin manifeste », dans
lequel il affirma que la soi-disant « race anglaise »
était destinée à dominer l’ensemble du monde au cours
du 20ème siècle à venir. Ensuite, selon cette théorie
prétentieuse, il y aurait un millénaire de paix et de
prospérité. Ce fut cependant le rédacteur
expansionniste John L. O’Sullivan qui, en 1845,
inventa l’expression célèbre quand il écrivit sur « 
notre destin manifeste pour recouvrir le continent,
avec une tâche assignée par la Providence : œuvrer au
libre développement de nos millions (d’hommes) se
multipliant annuellement ».

Une telle pensée effrayante trouva son écho un
demi-siècle plus tard chez les fascistes allemands qui
pensaient que leur Reich fasciste durerait un
millénaire et qu’ils pourraient contrôler le monde. Il
semblerait que les chimériques impérialistes pensent
souvent qu’ils ont découvert la recette magique pour
la domination « millénaire ». Ils revêtent leurs
folles ambitions de la notion d’Exceptionalisme
allemand ou usaméricain. Fondamentalement, tout « 
exceptionalisme » chez les peuples est profondément
enraciné dans le racisme et la haine égoïste « de
l’autre ». L’Allemagne nazie impériale était
préoccupée par la race et elle en arriva à
l’extermination des peuples parce qu’ils étaient de la
« mauvaise » race et étaient déclarés « Untermensch »
(sous-hommes). Plus de cinquante millions d’individus
ont du mourir pour dissiper ces mythes dangereux.

Quand les excès religieux renforcent les instincts et
l’idéologie impérialiste, les choses peuvent devenir
bien plus hallucinatoires. Pour certains, « la
doctrine divine » du Destin Manifeste provient de la
conviction moralisatrice selon laquelle le « Dieu »
chrétien projetait que le monde soit sous le contrôle
des chrétiens blancs, européens ou usaméricains. C’est
la vieille marotte colonialiste selon laquelle les
peuples à la peau sombre des terres étrangères ont
besoin d’une intervention externe pour se gouverner.
Par exemple, selon le millénarisme puritain, ou la
théorie anglo-saxonne ou teutonne de la supériorité
raciale, quelques Usaméricains religieux du 19ème
siècle, se virent dans leur illusion en quelque sorte
comme le « Nouvel Israël », et ils se persuadèrent de
devoir combattre les sauvages dans l’intérêt d’une
civilisation chrétienne supérieure. Selon cette
théorie raciale de l’histoire, populaire à la fin du
19ème siècle aux USA et au début du 20ème siècle en
Allemagne, les nations teutonnes sont destinées « à
porter la civilisation politique du monde moderne dans
ces parties du monde habitées par des races barbares
et a politique », comme l’a expliqué l’historien John
Burgess.

En 1886, une période féconde en auteurs chimériques,
Josiah Strong publia un livre intitulé « Notre pays »,
dans lequel il défendait l’opinion que les peuples
parlant anglais ont pour « mission » d’évangéliser le
monde. Quelques années plus tard, Brooks Adams publia
une théorie ethnocentrique semblable de l’histoire
dans un livre intitulé « La loi de la civilisation et
le déclin », dont la thèse principale était que les
nations oscillent historiquement entre barbarie et
civilisation. Dans un développement étonnant, l’auteur
continuait ensuite en prônant la barbarie, arguant du
fait qu’elle était nécessaire pour développer des
empires et pour assujettir des colonies. Adams
continuait en envisageant l’apparition d’une alliance
anglo-saxonne entre les USA et la Grande-Bretagne qui
dominerait le monde.

De telles idées excentriques ne sont pas sans
importance, parce que tôt ou tard les politiciens
opportunistes pensent à les utiliser comme tremplin
vers le pouvoir. Par exemple, un politicien US
impérialiste, Theodore Roosevelt, écrivit en 1889 un
livre intitulés « Le vainqueur de l’Ouest », dans
lequel il disait que le massacre en 1864 de plusieurs
centaines de femmes et d’enfants Cheyennes avait été
« l’un des actes les plus vertueux et bénéfiques qui
ait été commis sur la frontière ? ». Pour ce politicien
enivré d’ idées millénaristes, l’extermination ou le
génocide des Amérindiens servait à faire progresser la
« civilisation ».

Quand en 1901 il devint président après l’assassinat
de William McKinley, Theodore Roosevelt appliqua ses
théories raciales sur la civilisation aux Philippines,
où les USA combattirent une insurrection nationaliste
pendant quatorze ans, à la manière de ce qu’est en
train de faire aujourd’hui en Iraq, George W. Bush,
qui se considère comme investi d’une mission. Et il
n’est peut-être aps surprenant eut-être sans surprise,
la presse protestante usaméricaine fut le principal
soutien à la brutale guerre des Philippines
(1899-1913), une guerre qui fit des centaines de
milliers de morts. Naturellement, au royaume du
génocide, Adolf Hitler surpassa tous les impérialistes
millénaristes quand dans les années 30 il s’engagea à
exterminer les juifs et les Tziganes en Allemagne, et
dans de nombreuses parties de l’Europe. Il fallut une
guerre mondiale pour arrêter ce fou excentrique.

Au début du 21ème siècle, un vent de folie semblable
souffle dans certains milieux.

En Israël, par exemple, la pensée du « destin
manifeste » fondé sur la religion est répandue. Par
exemple, la théorie du Sionisme généralement admise se
base, en grande partie, sur le mythe intéressé du
peuple « élu ». La bible judaïque est censée avoir
donné aux Israéliens d’aujourd’hui un droit divin sur
tout le territoire arabe de Palestine. Ce mythe est
ensuite utilisé pour justifier la construction et
l’expansion de colonies israéliennes illégales sur les
terres arabes, de Gaza et de Cisjordanie.

On peut aussi mieux comprendre les causes de la guerre
perpétuelle au Moyen-Orient quand on sait que, selon
la Halacha (loi religieuse juive), le terme « êtres
humains » se réfère seulement aux juifs. En effet, une
majorité décisive de sages talmudiques regardent les
goyim (terme péjoratif hébreu pour les non-juifs — un
goy, des goyim) comme des animaux ou des
infra-humains. Avec des vues aussi extrémistes, il est
compréhensible que quelques rabbins orthodoxes en
Israël considèrent que les conventions
internationales, comme la 4ème Convention de Genève
qui proscrit le massacre délibéré des civils et la
destruction des maisons et des propriétés, font partie
de la « moralité chrétienne » et n’engagent pas
Israël.

Aux USA, le puissant mouvement néo-conservateur est
également conduit par un sentiment de supériorité
morale et par la « bonne cause » comme excuse de
l’impérialisme.

Le motif qui cache cette fois encore des intérêts
terre à terre est la diffusion de l’universalisme
démocratique, particulièrement au Moyen-Orient riche
en pétrole. Irving Kristol, l’un des premiers
néo-conservateurs, avança l’idée que les USA avaient
besoin au d’une version 21ème siècle du Destin
Manifeste démocratique. Pour lui et sa ribambelle de
néo-conservateurs, exactement comme c’était le Destin
Manifeste des USA d’atteindre l’Océan Pacifique au
19ème Siècle, c’est aujourd’hui le Destin Manifeste
des USA de contrôler les régions riches en pétrole
comme le Moyen-Orient, sous prétexte de propagation de
la « démocratie » ou de lutte contre le terrorisme aux
quatre coins du monde. De cette façon est construite
la base intellectuelle pour édifier un empire
impitoyable et ploutocratique sous l’apparence de
propagation d’une démocratie « à taille unique ».

La supposition branlante derrière une telle pensée est
que le peuple, et particulièrement les Usaméricains,
ne verront pas la contradiction fondamentale qu’il y a
à vouloir imposer la démocratie par des moyens
antidémocratiques (c’est-à-dire d’utiliser la
puissance militaire pour répandre la démocratie).
Néanmoins, pour les missionnaires néo-conservateurs,
il est légitime d’utiliser la force pour convertir le
monde à une certaine sorte de « démocratie » dirigée
US. C’est la nouvelle religion. C’est, naturellement,
un bobard ; dans une démocratie, le pouvoir provient
du peuple, pas des envahisseurs étrangers armés, et la
loi, non la force, règle les interactions entre les
individus et entre les nations. De fait,
l’impérialisme est l’antithèse même de la démocratie.

Cependant, une telle fureur pleine de condescendance
sème les graines de nombreuses guerres impérialistes à
venir se cachent là les graines de nombreuses guerres
impérialistes à venir, des guerres qui pourront
convenir aux ordres du jour de quelques puissants
intérêts particuliers. En effet, la nouvelle version
théologique néo-conservatrice du Destin Manifeste est
aussi une théologie de la guerre permanente. En tant
que telles, ces vieilles théories dans de nouveaux
habits représentent le plus grave danger pour la paix
mondiale. Et puisque George W. Bush souscrit à cette
ancienne théorie géopolitique déjantée, le monde
devrait y prêter une attention particulière.

Quant à Bush Jr. lui-même, à vrai dire, tout en
affirmant que les USA n’ont aucun plan pour rester
longtemps en Iraq, après la soi-disant « libération »
qu’il avait concocté illégalement de sa propre
initiative au printemps 2003, il prend beaucoup de
soin à souligner que la décision de la date du départ
des troupes US d’Iraq se posera aux « futurs
présidents et aux futurs gouvernements en Iraq », et
pas à lui. C’est compréhensible puisque son
administration est actuellement occupée à construire
une place forte de type moyenâgeux à Bagdad, déguisée
en ambassade. Cette nouvelle Cité de Carcassonne aura
un mur de ronde de 4,5 mètres (15 pieds) d’épaisseur
et s’étendra sur un site d’environ 54 hectares (104
acres). Le Pentagone est aussi occupé à construire 14
bases militaires permanentes en Iraq occupé, capables
d’accueillir 50 000 soldats US et leurs familles. Une
expédition temporaire ! Comme le Général Anthony
Zinni, ancien commandant US au Moyen-Orient, l’a
estimé, il ne pourrait pas y avoir plus « stupide »
provocation vis-à-vis du monde musulman que de
construire des bases militaires US permanentes dans un
pays arabe du Moyen-Orient. C’est une garantie
certaine de décennies de guerre et de troubles. —
Dans une répétition, à cent ans de distance, de
l’invasion des Philippines, les commandants de guerre
US pensent maintenant qu’un certain niveau de forces
américaines sera « nécessaire » en Iraq jusqu’en 2016.
« Plus ça change, plus c’est pareil » [en français dans
le texte, NDT].

Une telle duplicité n’échappe pas à l’attention du
monde, bien que de nombreux usaméricains gardent leur
tête profondément enterrée dans le sable, et refusent
de faire face à la réalité et aux conséquences de leur
gouvernement « impérial ». Par exemple, un récent
sondage réalisé en Grande-Bretagne a constaté que les
Britanniques n’ont jamais eu une opinion aussi
mauvaise sur les dirigeants US qu’à présent. En effet,
une étude du 26 au 28 juin 2006 a trouvé que seulement
12 pour cent des Britanniques font confiance à
l’administration Bush-Cheney pour agir sagement sur la
scène mondiale. C’est la moitié du nombre de ceux qui
avaient foi en une Maison Blanche défigurée par le
Vietnam en 1975, dans l’ère post-Nixon. Aujourd’hui,
une grande majorité de Britanniques voient les USA
comme une « société cruelle, vulgaire, arrogante,
déchirée par les classes et le racisme, rongée par le
crime, obsédée par l’argent et menée par un hypocrite
incompétent. » — Gardons à l’esprit que la
Grande-Bretagne de Tony Blair est censée être l’alliée
la plus dévouée de George W. Bush. Il est donc
raisonnable de croire que dans d’autres pays la
réputation des USA sous Bush II est probablement
encore plus mauvaise.


Original :
http://www.TheNewAmericanEmpire.com/tremblay=1034

Traduit de l’anglais par Pétrus Lombard, membre
associé et révisé par Fausto Giudice, membre de
Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité
linguistique (www.tlaxcala.es). Cette traduction est
en Copyleft : elle est libre de reproduction, à
condition d’en respecter l’intégrité et d’en
mentionner sources et auteurs.

Suggérer cet article par courriel

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
16 360$  27%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 14/09 Benoit Mailhot : 50$
  • 14/09 François Ricard : 20$
  • 14/09 Jean-Marc Southiere: 50$
  • 14/09 Charles Duhamel : 50$
  • 14/09 Dale Rondeau : 25$
  • 14/09 Réal Ouellet : 100$
  • 14/09 Manon Arsenault : 25$
  • 14/09 Michel Charlebois : 40$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!