Retour vers le centre

samedi 15 novembre 2008

Texte publié dans Le Devoir du lundi 17 novembre 2008 sous le titre La fin de l’antagonisme gauche-droite ?

***

La campagne électorale québécoise confirmera sans doute, avec le déclin annoncé de l’ADQ, combien aura été éphémère la montée subite d’une droite conservatrice au niveau idéologique et économique. Bref, on assiste à un retour de programmes plus centristes à l’image, comme le prétendent les chefs du PLQ et du PQ, de la société québécoise.

Certes, au-delà des questions identitaires, il est vrai que depuis maintenant quelques années les programmes politiques semblent vouloir se ressembler, bifurquant vers ce qu’il est maintenant convenu de nommer le centre : une expression qui sert à la fois une gauche qui a renoncé à son idéal révolutionnaire pour accepter définitivement la logique du marché économique, et une droite dont le laisser-faire a mené à la catastrophique crise financière et économique que nous vivons présentement.

Dans ce contexte, pouvons-nous vraiment encore classer les partis politiques en fonction du traditionnel antagonisme gauche-droite ?

Une gauche « efficace »

L’avènement des politiques de centre est probablement le résultat d’une transformation radicale de la gauche au cours des 30 dernières années. Devant faire face à l’échec du communisme et à la montée en puissance du néo-libéralisme (Reagan et Thatcher), la gauche a dû graduellement adoucir son discours politique afin de conserver la ferveur populaire. En somme, faire un détour plus à droite afin de séduire un électorat qui, avouons-le, se montrait critique devant les succès modestes de l’État providence et ses lacunes évidentes (dégradation des finances publiques, interventionnisme excessif, croissance des inégalités).

Avec un instinct politique remarquable, la gauche a alors adopté un discours de droite axé autour du thème de l’efficacité et de la productivité. Bref, l’État doit toujours servir de moteur afin de réduire les inégalités, mais sans compromettre la libre concurrence, la croissance économique et la logique du marché. (...)

Au Québec, la « nouvelle gauche » a été incarnée par Lucien Bouchard et le déficit zéro. Encore aujourd’hui, sous la plume de Jean-François Lisée, il est question de rendre la gauche plus efficace. C’est que, pour être électoralement rentable, il faut miser sur le centre, en empruntant au discours égalitaire, mais en se justifiant d’une pratique issue du « public management » et qui prétend que l’État devrait être géré à la manière d’une entreprise.

Une droite en perte de vitesse

À droite, on assiste à un renversement similaire, mais suivant la logique inverse. En effet, la crise économique et financière qui secoue actuellement l’ensemble de la planète démontre, à l’évidence, l’incapacité du marché à se réglementer seul et le besoin de faire appel à l’État afin d’encadrer le secteur financier. En outre, la présente débâcle semble avoir sonné le glas du « laisser-faire » et consacré le retour en force de l’État interventionniste, avec pour preuve la quasi-nationalisation du milieu bancaire aux États-Unis.

Au Québec, même s’il est vrai que la crise affecte moins le milieu bancaire, le programme du PLQ suggère d’accélérer les investissements dans les infrastructures à la hauteur de 4 milliards afin de soutenir l’économie du Québec en cette période d’incertitude économique. (...)

La droite est donc obligée elle aussi de s’ajuster à la nouvelle réalité et d’adopter un discours moins radical, à tout le moins au niveau économique, afin de retrouver un électorat qui pourrait être tenté de lui faire payer le prix politique des échecs qui ont mené à ce qui est maintenant considéré comme la plus grande crise depuis la dépression des années 30.

Une classification désuète ?

À la lumière des transformations récentes, la classification des formations politiques en fonction de l’axe gauche-droite s’avère de plus en plus obsolète. Au cours des 30 dernières années, nous avons assisté à un étrange mouvement de gauche à droite, du côté des formations dites de « gauche », et de droite à gauche pour les formations dites de « droite ». Le point culminant de ce transfert est cette politique du centre à laquelle les partis politiques empruntent, au gré des circonstances et des événements, des éléments susceptibles d’attirer l’électorat. Devant ce constat, peut-être est-il temps de trouver une nouvelle typologie susceptible d’être en harmonie avec notre époque et révélatrice des nouveaux défis qui nous attendent.

***

Antonin-Xavier Fournier

L’auteur est professeur de science politique au cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu et candidat au doctorat à l’UQAM.


Suggérer cet article par courriel
Élection Québec - 8 décembre 2008
Un rassembleur avec un plan... - Alain Frigon
mais il est où le plan ?

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
21 133$  35%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 22/10 CM: 200$
  • 22/10 Claude Bariteau : 150$
  • 21/10 Nicole Hamel : 50$
  • 21/10 Marcelle Viger : 100$
  • 21/10 Fernand Lachaine : 20$
  • 21/10 Gérard Héroux : 500$
  • 21/10 François Morneau : 30$
  • 21/10 Robert Lecompte : 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!