« Nous sommes des Québécois. Cela veut dire que le Québec est le seul coin du monde où nous puissions être pleinement nous-mêmes.  »
René Lévesque, Option Québec

Questions About the Financial Crisis

What triggered the US subprime crisis ? Can you compare it to past crises such as the 80’s crisis ?

www.TheNewAmericanEmpire.com
lundi 3 décembre 2007

The problem [of loan defaults] will be significantly
bigger next year [2008] because 2006 [mortgages] had
lower...standards.
Henry Paulson, U.S. Treasury Secretary

The best way to destroy the capitalist system is to
debauch the currency. By a continuing process of
inflation, governments can confiscate, secretly and
unobserved, an important part of the wealth of their
citizens.
John Maynard Keynes (1883-1946)

***

Note : Traduction française : Dany Quirion (plus bas)

***

Questions from the Turkish Daily News, Istanbul,
Turkey :

Question No 1 - What triggered the US subprime crisis ? Can you compare it to past crises such as the 80’s crisis ?

Answer by Dr. Tremblay :

Four interrelated factors are responsible for creating
the ongoing (subprime mortgage) financial crisis
that is raging in the United States today.

First, monetary
policy.

After the technology dotcom bubble burst in 2001 and
brought about the March to November 2001 recession,
the Greenspan Fed aggressively lowered the Federal
Funds rate from 6.5% to 1% in 2004, the lowest it had
been since 1958. it is considered now that this was
excessive, and that the Fed should not have lowered
the Federal funds rate below 2%, and that it should
have begun to raise it sometime in 2002. Indeed, from
2002 to 2004, the American central bank pursued a
monetary policy that was too expansionary. Former Fed
Chairman Alan Greenspan has argued to explain his
policies that he was afraid of an onset of deflation,
but few economists agree with him. Between 2002 and
2004, the Fed had no need to keep real short term
interest rates so negative for so long, especially as
the Bush administration was cutting tax rates and
increasing military expenditures with its military
invasion of Iraq.

Second, the housing
boom.

Abnormally low interest rates in the U.S., but also
elsewhere because of the interconnections between
money and capital markets, fed a housing boom
world-wide which was unsustainable because partly
based on price speculation. Indeed, mortgage rates in
the U.S. remained low, even after the Fed started to
raise the Federal funds rate from 1% in mid-2004 to
5.25% in June 2006. This was brought about by
Americans borrowing huge amounts abroad. —In 2006, the
U.S. current account deficit even reached 6% of GDP.
China, Japan and oil-producing countries were the main
buyers of U.S. Treasury bills and bonds.

Third, new banking
rules.

With ever rising house prices, lending institutions
relaxed their lending rules as the housing collateral
behind the loans was gaining in value. Mortgage banks
and other lenders began to accommodate subprime
borrowers with dubious credit by extending mortgage
loans to homebuyers who would not have qualified in
other times. Nontraditional home loans were advanced
to borrowers who had no documented incomes. Some loans
were interest-only loans with down payments of 5% or
less. Some were adjustable rate loans
(ARMs), with low rates for one or two years to be
reset later at much higher rates. In 2006, about 25
percent of American mortgages were subprime and close
to 20 percent were adjustable rate loans.

Fourth, new financial
instruments.

With the demand for mortgage loans increasing, large
banks resorted to some inventive financing of their
own in order to economize their capital. They began
repackaging loans and slicing them into some exotic
new types of securities, and in so doing, shifted
their lending risk to the buyers of such securities.
Thus came into being a new class of securities — often
rated AAA by credit rating agencies—that
money market funds, insurance companies, pension funds
and other investors could purchase.

These new "structured investment vehicles" (SIVs) came
under various names such as "Collateralized Bond
Obligations" (CBOs) or "Collateralized Debt
Obligations" (CDOs). They had the characteristics of
unfunded short-term asset-based commercial paper
(ABCP). It is this ABCP market which is unraveling
presently in the United States and elsewhere, and
which is at the center of the current financial
crisis. At its peak in the summer of 2007, the U.S.
ABCP market was valued at some $1.170 trillion. It has
fallen now to some $900 billion and is still
contracting, as banks write down bad debts. (N.B. :
This process of financial disintermediation may last
many years.)

The savings-and-loans crisis
of the early 1980’s was also a serious blow to the
U.S. economy. Over 1,000 savings and loan financial
institutions failed, and losses were estimated to have
totaled around $150 billion. As well, the crisis was a
contributing cause to the 1990-1991 recession. This
time around, the financial crisis is at the very least
as bad, if not worse, because it involves the
integrity of the entire American banking sector. The
extent of the losses this time is not yet fully known,
but everybody agrees that it will be very substantial.

(Another 1990 example is the near failure of the hedge
fund Long-Term Capital Management

(LTCM), in September 1998. The Federal Reserve (FED)
had to intervene in panic and provide liquidity in
order to prevent a forced liquidation of the large
positions held by LTCM, which would have depressed
bond prices and hike interest rates, at a time there
was a financial crisis in Asia. — N.B. : Hedge funds are
essentially speculative private entities that take
risky financial positions in interest rate, currency
and commodity derivatives, and in financial markets in
general.)

Question No 2 - How will the average American be
affected ?

Answer Dr. Tremblay :

Since home ownership is a large portion of the average
American’s net worth,

declining house prices and foreclosures on delinquent
mortgage loans are bound to reduce private consumption
spending in the coming months through a negative
"wealth effect". The loss of jobs and incomes in the
construction and financial industries is also going to
negatively impact consumption spending. Above all, the
average American may have to reduce his debt load.
Together, mortgage debt and consumer debt account for
some 125 percent of disposable income. These are
historically high levels.

Question No 3 - How do you assess Fed’s policies after
the outbreak ? What is your opinion about the scepter
of inflation ?

Answer Dr. Tremblay :

Well, as I wrote on my blog of last September
21,

I think the Bernanke Fed panicked when it announced a
larger than expected half percentage point cut in both
the federal funds rate and in the discount rate, and
this after having slashed its discount rate by a half
point, on August 17 (2007). The purpose was to
facilitate distress borrowing by America’s largest
banks and to facilitate the bailout of their
affiliates (known as conduits) and other operators,
such as hedge-funds, caught in the sub-prime loans
crisis. In so doing, the Bernanke Fed is, to a certain
extent, following Walter Bagehot’s advice for
aggressive discounting in a situation of financial
crisis. The only problem is that Bagehot’s rule calls
for the central bank to lend copiously in times of
critical credit stringency ... but at a high rate of
interest. By lending to troubled lenders at reduced
preferential rates, the Fed has been acting as their
"government" or their ’insurer", i.e. subsidizing
their risky loans operations and innovative finance,
while taxing anybody else who holds American dollars.
It is not only attempting to make the banks more
"liquid", but also more "solvable" and less likely to
fail.

In so doing, and especially with its policy of
abandoning the dollar
in
foreign exchange markets, the Bernanke Fed is sowing
the seeds of future inflation. All the new money that
has been injected into the financial system will be
difficult to retrieve and inflationary pressures
should begin to show in a few years, after an expected
economic slowdown. The more so that the 54-year
average long inflation-disinflation-deflation
Kondratieff cycle is about to run its course by
2010-11. A new inflation phase should begin
thereafter.

Question No 4 - When the US coughs, the world gets
flu, they say. What will happen when the US gets a flu
such as this ? What are the prospects for emerging
market such as Turkey, which rely on exports, plus
have seen massive foreign capital inflows during the
past 5 years ?

Answer Dr. Tremblay :

The U.S. economy accounts for about one quarter of the
world economy, so it is reasonable to expect that an
American slowdown will impact other economies. As of
now, Europe and Asia are still booming. However, the
decline in the U.S. dollar and the concomitant
appreciation of the euro and most other currencies,
coupled with the rise of the price of oil, is bound to
have a negative impact on these economies. In fact, it
can take as much as two years for a currency over
appreciation to impact the real economy.

The danger for Turkey is to
be caught with an overvalued currency while pursuing
an export-led growth strategy. Indeed, in the last few
years the (new) Turkish lira has risen against the
U.S. dollar and even against the euro. This has had
beneficial effects in the fight against inflation, but
this also could hurt future growth. The most recent
example of such a predicament was Argentina, in the
late 1990’s, which was forced to abandon its peg to
the U.S. dollar.

Question No 5 - Do you perceive a difference of
approach between the Anglo-Saxon economies and
continental Europe economies, which have, for the most
part, come out unscathed ?

Answer Dr. Tremblay :

As you know, some European banks had to be bailed out
after suffering huge losses coming from their
asset-backed commercial paper operations. As a
consequence, the Bank of England and the
European Central Bank
have injected huge sums of new money in their banking
sectors. In the U.S., the Fed has a double mission,
which is to contain inflation but also to accommodate
economic growth. In Europe, the ECB’s central mission
is to contain inflation. This does not mean that there
are not political pressures to abandon the fight
against inflation in order to spur growth, as Mr.
Sarkozy’s campaign against Mr. Trichet’s policies well
illustrates. On the whole, however, it would seem that
the rush toward irresponsible banking practices was
less prevalent in Europe than in the United States,
and that the negative impact should be less prevalent
in Europe than in the USA.

Question No 6 - What is the lesson to be learned from
this crisis, and what kind of precautions should be
taken ?

Answer Dr. Tremblay :

Obviously, there was a lack of diligence and
supervision on the part of central banks and of other
regulatory agencies, especially in the United States.
Former Fed Chairman (1951-1970) William McChesney
Martin once said that "The job of the Federal Reserve
is to take away the punch bowl just when the party
starts getting interesting." — As the subprime
financial crisis was getting up steam, the Greenspan
Fed seemed to have been too close to the Bush
administration and its political objectives and not
enough aware of the danger that new financial rules
were creating for the health of the financial system
and of the economy as a whole. The Fed should have
taken the monetary punch bowl away in 2003-04, but it
did not. We still do not know the extent of the damage
that has been done to the real economy. I hope it can
be contained and will not spread.

Question No 7 - Do you foresee a US recession ?

Answer Dr. Tremblay :

Fed Chairman Ben Bernanke and U.S. Treasury Secretary
Henry Paulson do not see a recession in the U.S. in
2008. As for myself, I think an economic slowdown is
unavoidable in 2008. I do hope that the worst-case
scenario will not materialize. However, I expect
nevertheless a mild American recession in 2008, to be
followed by a more severe one in 2010-2011 (at the
trough of the 10 year cycle).

Question No 8 - What will be the impact on

a- The dollar ?

Answer Dr. Tremblay :

Well, the U.S. dollar has been declining for many
years and is hitting all-time lows against the euro.
In 2000, the euro was worth less than 83 cents, but it
is now close to $1.50, a 45 percent depreciation for
the dollar. I think the current phase of the dollar
decline is close to have run its course. Baring some
big geopolitical shock, the U.S. dollar could rebound
in the months ahead. It is presently very much
oversold.

Over the long run, we have entered a period where the
demand for energy and resources is going to be strong
relative to supplies. This should favor the currencies
of resource-based economies, such as Canada, Australia
and the emerging economies in general.

and b. On oil prices ?

Answer Dr. Tremblay :

Oil prices have been the mirror image of the decline
of the U.S. dollar. At close to $100 a barrel, the oil
market is either close to a top, or is factoring in a
Bush-Cheney bombing of Iran and a resulting serious
disruption in oil shipping in the gulf of Hormuz. If
there were to be a conflict between the United States
and Iran, oil prices could go much higher, before
plummeting down due to a worldwide recession. If it
turns out that there is no hot conflict with Iran and
no disruptions in the supply of oil, the present high
prices would logically ratchet down.

***

- source


Questions et réponses concernant l’actuelle crise
financière

Par le professeur Rodrigue Tremblay

Traduction : Dany Quirion

« Le problème [des défauts de paiement] sera
sensiblement plus grand l’année prochaine [2008], car
[les hypothèques de 2006] avaient de bas critères. »
Henry Paulson, le secrétaire du Trésor des États-Unis

« La meilleure façon de détruire le système
capitaliste est de s’attaquer à sa monnaie. Par des
procédés constants d’inflation, les gouvernements
peuvent confisquer d’une façon secrète et inaperçue
une part notable de la richesse de leurs citoyens. »
John Maynard Keynes (1883-1946)

Question n ° 1 - Qu’est-ce qui a déclenché la crise
des subprimes aux États-Unis ? Pouvez-vous la comparer
aux anciennes crises telles que celle des années 80 ?

Les questions sont adressées par le « Turkish Daily
News, » à Istanbul en Turquie.
Les réponses sont du Dr Tremblay.

Quatre facteurs sont reliés entre eux et sont
responsables d’avoir engendré la crise financière en
cours [les subprimes] qui sévit aujourd’hui aux
États-Unis.

Premièrement : la politique monétaire. Après
l’éclatement de la bulle Internet [dot.coms en
anglais] en 2001 ayant provoqué la récession de mars à
novembre 2001, la Fed alors présidée par Alan
Greenspan a agressivement abaissé le taux d’intérêt
directeur [le Federal Funds rate] passant alors de
6,5% à 1% en 2004, soit le plus bas taux depuis 1958.
Il est maintenant reconnu que cette réduction était
excessive et que la Fed n’aurait pas dû abaisser son
taux en deçà de 2% et qu’il aurait dû être à nouveau
augmenté quelque part en 2002. En effet, de 2002 à
2004, la banque centrale des États-Unis a mené une
politique monétaire qui était trop expansionniste.
Étant aujourd’hui devenu l’ancien président de la Fed,
Alan Greenspan explique sa politique d’alors en
affirmant qu’il avait peur que n’arrive une période de
déflation, mais peu d’économistes sont d’accord avec
lui. Entre 2002 et 2004, la Fed n’avait pas besoin de
garder les taux d’intérêt à court terme aussi bas et
pendant si longtemps, d’autant plus que
l’administration Bush avait réduit les taux
d’imposition et qu’elle avait augmenté ses dépenses
militaires par l’invasion militaire de l’Iraq.

Deuxièmement : le boom immobilier. Les taux d’intérêt
anormalement bas aux États-Unis et aussi partout
ailleurs en raison de l’interconnexion entre l’argent
et les marchés de capitaux a alimenté un boom
immobilier à travers le monde qui n’était pas viable à
long terme, puisqu’il était basé sur la spéculation.
En effet, les taux hypothécaires aux États-Unis sont
demeurés faibles, même après que la Fed ait commencé à
relever son taux directeur [Federal Funds rate] de 1%
au milieu de 2004 jusqu’à 5,25% en juin 2006. Cela a
amené les États-uniens à emprunter d’énormes sommes à
l’étranger. En 2006, le déficit courant des États-Unis
a même atteint 6% du PIB. La Chine, le Japon et les
pays producteurs de pétrole étaient les principaux
acheteurs de bons du Trésor et des obligations US.

Troisièmement : de nouvelles règles bancaires. Étant
donné l’incessante augmentation de la valeur des
maisons, les institutions de prêt ont assoupli leurs
règles de prêts puisque les maisons données en
garantie de ces prêts gagnaient toujours de la valeur.
Les banques et les autres prêteurs hypothécaires ont
commencé à accommoder les emprunteurs de la catégorie
des subprimes ayant un crédit douteux, en élargissant
le marché des prêts hypothécaires à ces acheteurs de
maison qui en d’autres temps n’auraient pas pu se
qualifier. Des prêts pour l’acquisition de maison ont
été octroyés de manière non conventionnelle à des
emprunteurs qui n’ont pas eu à justifier leurs sources
de revenus. Certains prêts étaient des prêts appelés « 
payez-l’intérêt-seulement » [interest-only] avec de
faibles versements hypothécaires de 5% ou moins.
Certains autres prêts étaient des prêts à taux
variables (ARMs), avec de faibles taux d’intérêt pour
la première année ou pour les deux premières années,
pour être par la suite augmentés à des taux beaucoup
plus élevés. En 2006, environ 25% des prêts
hypothécaires aux États-Unis étaient des subprimes et
près de 20% étaient des prêts à taux variables.

Quatrièmement : les nouveaux produits financiers. Avec
la forte augmentation des demandes pour des emprunts
hypothécaires, les grandes banques ont eu recours à
certains produits financiers inventifs en vue
d’économiser leur capital. Elles ont commencé à
regrouper ces prêts de manière plus attrayante et à
les segmenter (ou à les fractionner) sous la forme de
nouveaux titres exotiques et ce faisant, à transférer
le risque de crédit aux acheteurs de ces titres. C’est
ainsi qu’a été créée une nouvelle catégorie de titres,
souvent cotée AAA (la cote la plus sûre) par les
agences de cotation et que des fonds mutuels, des
sociétés d’assurance, des fonds de pension et d’autres
investisseurs pouvaient acheter.

Ces nouveaux Fonds d’investissement spécialisés (SIVs)
sont présentés sous différents noms tels que les
Titres adossés à des créances obligataires (CBOs) ou
les Titres adossés à des actifs (CDOs). Ils avaient
les caractéristiques des Papiers commerciaux
[Asset-based commercial paper]. C’est le marché des
papiers commerciaux qui est actuellement perturbé aux
États-Unis et ailleurs et qui est au centre de la
crise financière actuelle. Au plus fort de la crise au
cours de l’été 2007, le marché des papiers commerciaux
aux États-Unis était évalué à environ 1 170 milliards
de dollars. Il est tombé aujourd’hui à environ 900
milliards de dollars et il continue toujours à
s’amenuiser, alors que les banques comptabilisent des
créances douteuses. [NB : Ce processus de
désintermédiation (1) financière peut durer plusieurs
années.]

La crise de l’épargne et du crédit du début des années
1980 fut aussi un coup sérieux à l’économie US. Plus
de 1000 institutions financières d’épargne et de
crédit ont fait faillite et les pertes sont estimées à
environ 150 milliards de dollars. De plus, la crise a
contribué à engendrer la récession de 1990-1991. Cette
fois-ci, la crise financière est au moins aussi
mauvaise, sinon pire, puisque c’est l’intégrité de
l’ensemble du secteur bancaire US qui et remis en
question. L’ampleur des pertes de la crise actuelle
n’est pas encore complètement connue, mais tout le
monde s’accorde à dire qu’elles seront très
importantes.

[Un autre exemple des années 90 est la faillite tout
juste évitée en septembre 1998 du Hedge fund « Long
Term Capital Management (LTCM). » La Réserve fédérale
(la Fed) a dû intervenir en panique et fournir des
liquidités afin d’éviter la liquidation forcée de cet
important acteur financier qui aurait alors eu un
impact négatif sur le cours des obligations et qui
aurait engendré une hausse des taux d’intérêt et ce,
au moment même où se déroulait une crise financière en
Asie. NB : Les Hedge funds sont essentiellement des
entités spéculatives privées qui ont pris des risques
financiers dans les taux d’intérêt, sur le marché des
devises et des produits dérivés de même que dans les
marchés financiers en général.]

Question n ° 2 - Comment l’états-unien moyen en
sera-t-il affecté ?

Puisque la propriété d’une maison est une grande
partie de la valeur nette de l’états-unien moyen, la
baisse des prix de l’immobilier et les saisies suite
au défaut de remboursement des emprunts hypothécaires
les contraindront à réduire les dépenses de
consommation au cours des prochains mois par un effet
négatif sur la richesse. La perte d’emplois et de
revenus dans la construction et dans l’industrie
financière va également avoir un impact négatif sur
les dépenses de consommation. Par-dessus tout,
l’états-unien moyen sera être appelé à réduire son
endettement total. Réunis ensemble, la dette
hypothécaire et l’endettement des consommateurs
représentent environ 125% du revenu disponible.
Historiquement, ce sont des niveaux très élevés.

Question n ° 3 - Comment évaluez-vous les politiques
de la Fed suite à ces turbulences ? Quel est votre avis
au sujet du scepticisme relatif à l’inflation ?

Eh bien, tel que je l’écrivais sur mon blog le 21
septembre dernier, je pense que la Fed actuellement
présidée par Ben Bernanke a paniqué lorsqu’elle a
annoncé qu’elle réduisant ses taux de façon plus
importante qu’il ne l’avait été anticipé, une
réduction d’un demi point de son taux directeur
[Federal Funds rate] et de son taux d’escompte et ce,
alors même qu’elle avait déjà coupé son taux
d’escompte d’un demi point, le 17 août 2007. Le but
était d’aider les grandes banques des États-Unis
confrontées à de grandes difficultés d’emprunt et de
faciliter le renflouement de leurs filiales et
d’autres acteurs, tels que les Hedge funds, aux prises
dans la crise des prêts subprimes. Ce faisant, la
Réserve fédérale de Ben Bernanke suit, dans une
certaine mesure, les conseils de Walter Bagehot qui
prône une réduction agressive des taux en situation de
crise financière. Le seul problème est que la règle de
Bagehot recommande à la banque centrale de prêter
généreusement en période critique d’austérité du
crédit ... mais à un taux d’intérêt élevé. En prêtant
à des prêteurs en difficulté à des taux préférentiels
réduits, la Fed agit comme si elle était leur « 
gouvernement » c’est-à-dire qu’elle finance leurs
opérations de prêts à risque tout en taxant ceux qui
détiennent des dollars US. Il ne s’agit pas seulement
de tenter de les rendre plus « liquides », mais aussi
plus « solvables » et de diminuer le risque de
faillite.

En agissant ainsi et surtout par sa politique
d’abandon du dollar sur les marchés des changes
étrangers, la Réserve fédérale de Ben Bernanke sème
les germes d’une inflation future. Tous ces nouveaux
argents qui ont été injectés dans le système financier
seront difficiles à retirer et les pressions
inflationnistes devraient commencer à se pointer dans
quelques années, suite au ralentissement économique
prévu. D’autant plus que le cycle de Kondratieff, un
long cycle moyen de 54 ans d’inflation, de
désinflation et de déflation est sur le point de
suivre son cours en 2010-11. Une nouvelle période
d’inflation devrait débuter tout de suite après.

Question n ° 4 – Il est dit que lorsque que les
États-Unis toussent, le reste du monde attrape la
grippe. Que se passera-t-il lorsque les États-Unis
attraperont une grippe aussi forte que celle-ci ?

Et quelles sont les perspectives pour les marchés
émergents tels que la Turquie, qui comptent sur les
exportations et qui ont vu un afflux massif de
capitaux étrangers au cours des 5 dernières années ?

L’économie US représente environ un quart de
l’économie mondiale, de sorte qu’il est raisonnable de
s’attendre à ce que le ralentissement de l’économie US
aura des répercussions sur les autres économies.
Aujourd’hui, l’Europe et l’Asie sont encore en plein
essor. Toutefois, la baisse du dollar US et
l’augmentation simultanée de la valeur de l’euro et de
la plupart des autres monnaies, conjuguée à la hausse
du prix du pétrole, sont appelées à avoir un impact
négatif sur ces économies. En fait, il peut prendre
jusqu’à deux ans avant qu’une monnaie surévaluée ait
un impact sur l’économie réelle.

Le danger pour la Turquie est d’être aux prises avec
une monnaie surévaluée alors qu’elle poursuit une
stratégie de croissance économique appuyée sur les
exportations. En effet, au cours des dernières années,
la Nouvelle livre turque a augmenté par rapport au
dollar US et même par rapport à l’euro. Cela a eu des
effets bénéfiques dans la lutte contre l’inflation,
mais cela pourrait aussi nuire à la croissance future.
Le plus récent exemple d’une telle situation a été
l’Argentine, à la fin des années 1990, qui a été forcé
d’abandonner la parité fixe de sa monnaie avec le
dollar US.

Question n ° 5 - Est-ce que vous percevez une
différence d’approche entre l’économie des pays
anglo-saxons et celles des pays de l’Europe
continentale qui, pour l’essentiel, s’en sortent
indemnes ?

Comme vous le savez, certaines banques européennes ont
dû être renflouées après avoir subi de lourdes pertes
dans leurs opérations des papiers commerciaux. En
conséquence, la Banque d’Angleterre et la Banque
centrale européenne ont injecté d’énormes sommes
d’argent neuf dans leur secteur bancaire. Aux
États-Unis, la Réserve fédérale a une double mission,
qui est de contrôler l’inflation et aussi de favoriser
la croissance économique. En Europe, la mission de la
Banque centrale européenne est de contrôler
l’inflation. Cela ne signifie pas qu’il n’existe pas
des pressions politiques visant à renoncer à la lutte
contre l’inflation, afin de stimuler la croissance,
telle que l’illustre si bien la campagne de M. Sarkozy
contre les politiques de M. Trichet. Dans l’ensemble,
toutefois, il semblerait que les pratiques bancaires
irresponsables sont moins répandues en Europe qu’aux
États-Unis, de même que les impacts négatifs devraient
être moins répandus en Europe qu’aux États-Unis.

Question n ° 6 - Quelle est la leçon à tirer de cette
crise et quels types de précautions devraient être
prises ?

De toute évidence, il y a eu un manque de diligence et
de supervision de la part des Banques centrales et des
autres organismes de réglementation, en particulier
aux États-Unis. L’ancien président de la Fed
(1951-1970) William McChesney Martin a déjà dit que « 
Le travail de la Réserve fédérale est de partir avec
le bol à punch juste au moment où la fête commence à
être intéressante. » Alors que la crise financière des
subprimes démarrait réellement, la Fed de Greenspan
semble être demeurée trop près de l’administration
Bush et de ses objectifs politiques et qu’elle n’ait
pas suffisamment pris conscience du danger que les
nouvelles règles de gestion financière avaient été
créées pour la santé du système financier et de
l’économie dans son ensemble. La Fed aurait dû partir
avec le bol à punch monétaire en 2003-2004, mais elle
ne l’a pas fait. Nous ne connaissons pas encore
l’étendue des dommages qui ont été causés à l’économie
réelle. J’espère qu’ils peuvent encore être maîtrisés
et qu’ils ne se propageront pas.

Question n ° 7 – Prévoyez-vous une récession aux
États-Unis ?

Le président de la Fed Ben Bernanke et le secrétaire
du Trésor des États-Unis Henry Paulson ne voient pas
de récession à l’horizon pour les États-Unis en 2008.
Quant à moi, je pense que le ralentissement économique
est inévitable pour 2008. J’espère que le pire
scénario ne se matérialisera pas. Toutefois, je
m’attends néanmoins à une légère récession aux
États-Unis en 2008, qui sera suivie par une plus
sévère en 2010-2011 (soit au creux du cycle de 10
ans).

Question n ° 8 - Quel sera l’impact sur le dollar ?

Eh bien, le dollar est en baisse depuis de nombreuses
années et il atteint des records de tous les temps par
sa faible valeur face à l’euro. En 2000, l’euro valait
moins de 83 cents alors que maintenant, il est près de
1,50 $. Je pense que la phase actuelle de la baisse du
dollar cessera bientôt. Hormis quelques grands chocs
géopolitiques, le dollar pourrait rebondir dans les
mois à venir. Il est actuellement très survendu.

Sur le long terme, nous sommes entrés dans une période
où la demande en énergie et en ressources va être
forte par rapport aux capacités de production. Cela
devrait favoriser les monnaies des pays dont les
économies sont fondées sur les matières premières
telles que le Canada, l’Australie et les pays
émergents en général.

Question n ° 9 - Quel en sera l’impact sur les prix du
pétrole ?

Les prix du pétrole sont le reflet de la baisse du
dollar US. À près de 100 dollars le baril, le marché
du pétrole est soit proche d’un sommet, ou soit il
sera fonction d’une guerre contre l’Iran souhaitée par
le tandem Bush-Cheney et qui aura pour résultat de
graves perturbations dans la livraison du pétrole dans
le détroit d’Ormuz. S’il devait y avoir un conflit
entre les États-Unis et l’Iran, le prix du pétrole
pourrait devenir encore beaucoup plus élevé avant de
chuter, en raison d’une récession mondiale. S’il
s’avérait qu’il n’y avait pas de grand conflit avec
l’Iran et aucune perturbation dans l’approvisionnement
en pétrole, le niveau élevé des prix actuels devrait
logiquement redescendre.

Suggérer cet article par courriel

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
6 770$  11%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/04 Jean Lespérance: 100$
  • 19/04 Georges Le Gal: 50$
  • 19/04 Gilbert Paquette: 100$
  • 19/04 François Tisseur: 50$
  • 19/04 Gilles Bélanger: 50$
  • 19/04 Marc Blondin: 50$
  • 19/04 Benoit Mailhot: 50$
  • 19/04 Claude Jodoin: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!