« Le journalisme consiste en l’art de mentir tout en respectant scrupuleusement les faits. »
Boubakar Boris Diop

Les valeurs libérales

« Financement sectoriel », habituez-vous à cette expression, vous risquez de l’entendre beaucoup pendant la commission Charbonneau.

mercredi 2 mai 2012

En entendant Jean Charest dire, la semaine dernière, qu’il refusait de négocier avec Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de la CLASSE, parce que cette organisation ne respecte pas les valeurs de son gouvernement, je n’ai pu m’empêcher de penser (et d’écrire sur mon blogue) que certains de ses collègues ne sont pas si scrupuleux quand vient le temps de remplir les coffres électoraux.

Il est ironique de constater, en lisant le reportage de mon collègue André Noël ce matin, que c’est la ministre de l’Éducation (et vice-première ministre), Line Beauchamp, qui se retrouve au coeur d’une histoire douteuse de financement.

Un petit lundi matin à Laval en 2009. Une salle privée d’un restaurant italien. La ministre de l’Environnement, quelques organisateurs et des entrepreneurs travaillant, justement, dans le domaine de l’environnement. Une heure plus tard, à la fin de ce petit-déjeuner fort productif, le Parti libéral est plus riche de 60 000$.

L’un des entrepreneurs présents, qui a fait un chèque de 2995,00$ au PLQ, obtiendra au cours des mois suivants une bonification de son certificat d’autorisation pour son entreprise du ministère de l’Environnement.

Cela n’a rien à voir, voyons ! nous dira le gouvernement, la main sur le coeur. Pure coïncidence. Comme les contrats entre le gouvernement et les firmes de génie-conseil hypergénéreuses avec le PLQ ; comme les liens entre l’ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau, le Groupe Roche et l’entrepreneur Lino Zambito ; comme l’obtention d’un permis de port d’arme par un ancien dirigeant de BCIA, après une rencontre avec l’ancien ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis...

Quant aux accointances mafieuses de l’un des entrepreneurs, Domenico Arcuri, présent à Laval, la ministre n’était pas au courant, dit-on. Pas plus que ses organisateurs, que son parti et que son entourage. Sont pas curieux, les libéraux. Pas très prudents non plus.

Au bureau de Mme Beauchamp, on précise : « Elle tient à vous dire qu’elle va s’assurer que cette personne-là ne va plus se représenter à ses activités. » Bon, nous voilà rassurés.

Pas question toutefois de retourner l’argent de M. Arcuri et de sa famille (13 270$ entre 2002 et 2009), dit-on au PLQ, puisqu’on ignorait qu’il s’agit d’un chef mafieux. Pas curieux, disais-je, les libéraux. Pas très scrupuleux non plus pour des gens qui prêchent le respect des valeurs démocratiques.

Le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, devrait peut-être instruire ses collègues sur les risques de fréquenter la mafia, une fois qu’il en aura fini avec le dangereux Gabriel Nadeau-Dubois.

À supposer que la ministre Beauchamp et tout son entourage ne connaissaient pas, effectivement, les activités extraprofessionnelles de M. Arcuri, ils savaient fort bien qu’ils étaient en face d’un entrepreneur dans le domaine de l’environnement qui cherchait à obtenir un nouveau permis pour le traitement des sols contaminés.

Il y avait aussi sur place un ingénieur qui préparait des études techniques pour soutenir la demande de M. Arcuri et des membres d’une grande firme de génie, qui avaient d’ailleurs organisé ce petit-déjeuner de financement, et qui avaient, à l’évidence, des intérêts à ce qu’une telle rencontre ait lieu. Ce genre d’activité ressemble davantage à du lobbying qu’à du financement politique, avec apparence de conflit d’intérêts.

Officiellement, rien d’illégal, toutefois. Rien d’illégal à payer 1000$ (en fait, beaucoup plus que ça pour certains) pour rencontrer une ministre responsable des dossiers cruciaux pour votre propre entreprise. Ce n’est pas du lobbying non plus, parce qu’officiellement, aucune démarche n’est faite auprès de la ministre. Ces entrepreneurs très occupés rencontrent des ministres à 8h30 le lundi matin dans une salle privée d’un restaurant par pur amour de la démocratie.

Au Parti libéral, on appelle ça du financement « sectoriel ». Traduction : cibler certains secteurs d’activité économique (génie-conseil, transport, ressources naturelles, firme d’avocats, environnement, construction, etc.) pour remplir les coffres du parti.

Rien d’illégal là non plus, mais tout le monde dans le milieu sait que c’est le moyen parfait de contourner la loi qui interdit aux entreprises de faire des dons aux partis politiques.

« Financement sectoriel », habituez-vous à cette expression, vous risquez de l’entendre beaucoup pendant la commission Charbonneau.


Suggérer cet article par courriel
Commission Charbonneau

L’HUBRIS libérale enfin promise au châtiment

HUBRIS - mot grec, féminin : chez les Grecs, tout ce qui, dans la conduite de l’homme, est considéré par les dieux comme démesure, orgueil, et devant appeler leur vengeance.


Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
5 965$  10%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 8/04 Capucine Trenca : 50$
  • 8/04 Myriade Klon : 50$
  • 8/04 Stéphane Van-Aelst : 25$
  • 8/04 Henri Marineau : 25$
  • 8/04 Paul Rodgers : 15$
  • 8/04 Gilles Thouin : 5$
  • 8/04 Raymond Saint-Arnaud: 20$
  • 8/04 Ronald Richard : 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!