« L'option du fédéralisme renouvelé n'est plus crédible, ni au Québec ni au Canada. Il s'agit d’un changement fondamental, dont les Québécois n'ont pas encore mesuré toute la portée. » Gilles Duceppe
 - source

Les marchands de tapis du lobby catholique wallon

Chronique de José Fontaine
samedi 9 février 2013
670 visites 1 message

Depuis plusieurs mois, face au Plan de réorganisation des universités en Wallonie et à Bruxelles du cabinet du ministre Marcourt en concertation avec tous les acteurs, l’université de Louvain répète de manière obsessionnelle que le Brabant wallon et Bruxelles« sont insécables ».

Le Plan Marcourt

Le Plan avait décidé de réorganiser et rationaliser l’offre d’enseignement sur la base des provinces, en « pôles », pôles ayant certains pouvoirs d’habilitation (je cite ici La Revue Nouvelle de mars 2012) : « un établissement est membre principal d’un pôle quand son implantation principale est dans la zone géographique du pôle. Il en est membre à titre complémentaire quand il y possède une implantation fonctionnelle. S’il est membre à titre principal il a la possibilité d’habiliter des formations sinon, il doit le faire en codiplômation avec un établissement à titre principal ou s’il n’organise pas d’enseignement dans un domaine avec son accord. »

Le pôle de l’Université catholique de Louvain est celui de la Province du Brabant wallon où cette université est implantée, mais l’UCL a sa Faculté de médecine à Bruxelles. Elle put cependant (je cite toujours la même revue) « à titre exceptionnel selon une correction de la note postérieure, développer cependant l’enseignement en matière de santé à Bruxelles comme si elle était membre à titre principal du pôle bruxellois. » Pôle bruxellois dont l’Université libre de Bruxelles (ULB) est le membre principal.

JPEG - 5.9 ko
Le recteur de l’UCL Bruno DElvaux
L’UCL est l’une des meilleures universités d’Europe et son recteur s’affirme régulièrement soucieux du développement wallon, qu’il lie à une image de la Wallonie autour de laquelle se mobiliser. Il le dit comme toutes les élites et comme toutes les élites il se comporte de telle manière que cette image sans cesse brisée demeure inopérante.

L’UCL ne s’est pas contentée de cette concession. Son recteur a clamé pendant des mois que « le Brabant wallon et Bruxelles étaient insécables ». Or le Brabant wallon est en Wallonie, Wallonie et Bruxelles étant des régions autonomes et distinctes. En décembre et janvier dernier, le ton a monté entre l’UCL et les autres universités. L’UCL dépassa à ce point les bornes que - fait exceptionnel - les cinq autres recteurs accusaient le recteur de l’UCL de faire des procès d’intentions, d’être de mauvaise foi et même malhonnête. L’UCL envisagea même des poursuites judiciaires. Finalement, un compromis a été trouvé qui enlève aux pôles la fonction importante qu’ils avaient, crée des « interpôles » (sic !) où, symboliquement, l’université de Louvain obtient satisfaction, car son « interpôle » (re-sic) englobe Bruxelles et le Brabant wallon redevenus « insécables ». Bourdieu dit que le pouvoir politique est fondamentalement celui de « regere fines » (établir les frontières). L’UCL se l’est arrogé.

Un peu d’histoire

Il faut remonter à l’affaire de Louvain en 1968. Les Flamands, bien conscients du fait que le maintien d’une université francophone comme l’UCL en terre flamande à Leuven (Louvain), à peu de distance de Bruxelles, vouait toute cette partie du Brabant flamand à la francisation, obtinrent le départ des Wallons de Leuven. Je me souviens bien du cri « Walen buiten », manière pour les Flamands de sauver leur langue. La volonté flamande était irrépressible.

Nous étions alors à la fin du Concile. Des professeurs catholiques wallons de l’UCL et le mouvement chrétien de gauche Rénovation wallonne, pensèrent tirer parti de l’événement (voir C.Laporte, L’Affaire de Louvain, POL-His, Bruxelles, pp. 235-239 notamment). La scission de l’UCL en deux préfiguraient le passage de l’Etat unitaire belge à l’Etat fédéral. S’appuyant sur le grand printemps de l’Eglise à Vatican II, ces chrétiens virent dans l’événement la grâce de mettre cette université catholique au service de la Wallonie. Le déménagement de la section française de l’UCL hors de Flandre étant inéluctable, il fallait, à leurs yeux, que l’université s’installe au coeur de la Wallonie, collabore avec les autres universités et abandonne même son étiquette catholique pour, dans l’esprit du Concile , se mettre au service d’un peuple wallon frappé à mort par la crise structurelle de son industrie. Ils ne furent pas suivis, évidemment.

JPEG - 81.3 ko
Grand-Place de Louvain-la-neuve
Grand-place de Louvain-la-Neuve avec à gauche le cinéma, au milieu la Aula Mania et à droite la faculté de théologie. Une ville construite en Wallonie, certes, mais peut-être aussi contre une certaine Wallonie.

Ce qui préoccupait au premier chef l’UCL et ses dirigeants (du clergé ou non), n’était pas le Concile mais, dans la logique de l’extrême centralisation de l’Etat belge (et de leurs intérêts exclusifs), de demeurer au plus près de Bruxelles, voire à Bruxelles. Une ville nouvelle fut construite à grands frais à Louvain-la-neuve à quelques km de la capitale. Catholiques wallons et flamands s’unirent pour décider d’un investissement de 17 milliards de FB d’alors, une somme colossale pour un projet dont on peut se demander s’il était sensé, mais qui, en tout cas, n’a que peu servi la Wallonie en y établissant une ville nouvelle malgré tout fort coupée de sa sociologie, luxueuse à certains égards, très différentes des corons de Charleroi, La Louvière ou Seraing. L’université de Louvain ne s’était déplacée en Wallonie que pour n’être plus en Flandre, la proximité de Bruxelles étant le seul souci, le souci chrétien d’une Wallonie appauvrie ne comptant que pour des prunes.

Et maintenant

L’histoire se répète. Dès que l’UCL a eu satisfaction sur le Plan Marcourt le recteur de l’UCL publiait un communiqué où tout heureux d’avoir pu faire plier le pouvoir et résister à la pression des autres universités, il triomphait surtout d’avoir maintenu, « le lien communautaire entre la Wallonie et Bruxelles » et prévenu ainsi « une régionalisation de l’enseignement » ! L’UCL continue donc à vouloir établir les frontières d’une façon qui la serve. Maintenir les compétences de l’enseignement hors du pouvoir politique wallon et les garder dans une autre entité fédérée (qui regroupe Wallonie et Bruxelles francophone : la Communauté française), a peut-être le côté sympathique (illusoire !) de maintenir l’ « unité des francophones ». Mais à un prix absurde (qui ne sert ni la Wallonie, ni Bruxelles). Comme le dit le secrétaire général de la FGTB wallonne Thierry Bodson : la Wallonie est « le seul organe de pouvoir au monde à gérer l’économie, l’emploi, la formation mais pas l’enseignement » (L’Avenir du 8 février, p.3).

Il n’y a pas que l’UCL à ridiculiser ainsi la Wallonie et à hypothéquer tout son avenir : tous ceux qui manient du symbolique en Belgique francophone (ou presque) - les partis et leur idéologie, les institutions culturelles, beaucoup d’intellectuels, d’artistes et d’écrivains, la plupart des médias - ne voient pas le tort immense qu’ils commettent à favoriser l’amputation du pouvoir Wallon des pouvoirs que n’importe quel pays a dans le monde. Ce serait normal que la Wallonie - comme n’importe quel pays dans le monde, souverain ou non - gère à la fois les routes, les forêts, les fleuves, l’économie, mais aussi la culture, les universités, l’enseignement général, technique et professionnel et que médias et partis s’insèrent dans ce cadre. Certains ne voient pas ce que cela ajouterait à une Wallonie qui a besoin de se mobiliser, car dans dix ans, elle devra se débrouiller seule. Ils ne le voient pas parce que qu’ils préfèrent à l’intérêt global wallon, leurs chapelles, leurs universités, leurs partis, leurs vanités qu’on imagine facilement peu supporter d’assumer le fait d’être de cette Wallonie ouvrière, dominée, pauvre dont il faut donc continuer à miner le pouvoir politique au bénéfice d’une Belgique francophone toujours grande et belle même si elle est amputée de la Flandre, va l’être de sa monarchie et ne sera rien sans une Wallonie qui lui donne une assise de peuple historique.

Les marchands de tapis de l’UCL

JPEG - 10.8 ko
Syndicats wallons face aux policiers
Un pays sans luttes sociales n’est pas un pays ou ne le demeure pas.

Le sociologue Jean Rémy de l’UCL avait expliqué, au mouvement Eglise & Wallonie dont je suis membre, il y a une vingtaine d’années, que la déchristianisation et le déclin du clergé allaient révéler la face cachée des grandes infrastructures dites « chrétiennes » (comme l’enseignement par exemple), séparer plus nettement ce qui dans ces infrastructures relèvent d’une Foi authentique et ce qui n’est qu’expression d’un lobby dur et réactionnaire. Le printemps de Vatican II avait suscité un élan de générosité politique et sociale à l’égard de la Wallonie. Mais la soi-disant « chrétienté » a surtout été un contrôle social au service des dominants sous l’hypocrisie de l’adhésion à une Foi pourtant d’une force extraordinaire, mais qui n’a jamais été le fait que de quelques uns comme le souligne la déchristianisation. Ce que nous montrent les évolutions présentes, c’est sa réduction à des intérêts terre-à-terre défendus aujourd’hui avec cynisme et brutalité au service d’un néolibéralisme pur et dur qui n’en a rien faire d’un peuple ni des institutions politiques et démocratiques. Pascal disait que le Christ est à l’agonie jusqu’à la fin du monde. Il ne faut pas oublier que c’est entre autres pour avoir chassé les marchands du Temple qu’il le subit. C’est à chasser ceux-ci sans relâche qu’il faut s’atteler, une tâche qui sera sans cesse à reprendre. On le voit bien à l’allégresse avec laquelle les dirigeants du CDH (successeurs du PSC), claironnent qu’ils ne croient plus en Dieu et s’activent aux intérêts sordides de ce qui avait été fondé en son nom par les pharisiens qui les ont précédés et qui ont toujours haï l’idée wallonne.

Commentaires

  • Guy Finné, 30 avril 09h07

    Stupéfiant de mauvaise foi jésuitique de la part de ce rexteur !
    Se gargariser de l’unité wallonne et s’accoquiner avec la KUL pour une implantation de protothérapie à LEUVEN après l’épuration ethnique wallen buiten, c’est une honte et une parfaite démonstration de son double langage ignoble.
    Donc les patients wallons seront forcés de se soigner en FLAMAND selon les oukases flamingantes.
    Je vais d’autant plus éviter un cancer comme j’ai évité de travailler en Belgique pendant 34 ans après avoir perdu une année de scolarité en 1980 ! lol si on peut dire !

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Chroniques de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
14 606$  24%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/07 A. B. Barbel : 100$
  • 19/07 S.N.B. Énergie : 50$
  • 19/07 Hélène Brassard : 25$
  • 19/07 SSJB - Le Gardeur: 100$
  • 19/07 Robert Dean: 5$
  • 19/07 Anonyme : 5$
  • 19/07 LIVRALIRE Inc.: 5$
  • 19/07 Gaétan Frappier: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!