L’année vue par... Gérard Bouchard

Le retour des polarisations au Québec

jeudi 27 décembre 2012

2012 fut particulièrement chargée en événements et en déclarations de toutes sortes. En guise de bilan, nous avons demandé à quelques acteurs de commenter un moment fort de l’année, parfois de manière décalée. Pour commencer, un entretien Gérard Bouchard sur la polarisation de la société québécoise.

Sociologue et historien, le professeur Gérard Bouchard de l’UQAC concentre maintenant ses recherches sur la culture et l’étude comparée des imaginaires collectifs. Il a récemment publié La culture québécoise est-elle en crise ? (2007, avec Alain Roy) et le roman Uashat (2009) en plus de codiriger avec le philosophe Charles Taylor la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles (2008).

Le bilan média de la firme Influence Communication conclut que « l’année 2012 aura été celle de la polarisation », avec plus du quart de toutes les informations diffusées au Québec portant sur la campagne électorale, le conflit étudiant et les travaux de la commission Charbonneau. La société québécoise est-elle en train de se rediviser ?

Personnellement, plus que d’une augmentation de la polarisation, je parlerais de la multiplicité des polarisations, entre la gauche et la droite, Montréal et les régions, etc. Je ne vois strictement rien d’anormal ni de remarquable là-dedans. C’est le fait d’une société moderne, postmoderne et démocratique, où le débat public bat son plein. Il y a même un élément de santé là-dedans. Il faut par contre faire la part du fait que le Québec est une société minoritaire, qui a toujours cultivé un certain sens de sa fragilité, parfois plus, parfois moins, en fonction des conjonctures. C’est une société longtemps colonisée aussi. On a donc traditionnellement fonctionné à l’union et au consensus. En plus, la polarisation habituelle entre nationalistes et fédéralistes s’est mise en retrait. On ne dira pas qu’elle a éclaté, mais bon, son repli a permis aux autres polarisations de s’exprimer.

Il y a quatre ans, vous avez codirigé une commission sur les accommodements raisonnables, qui étaient alors la source de vives tensions. Ce n’est plus le cas. Pourquoi la polarisation entre la laïcité et le religieux a-t-elle autant diminué ?

Cette polarisation est certainement en retrait. D’ailleurs, son essor il y a cinq ou six ans paraît aussi difficile à expliquer que sa récente disparition. Pourquoi cette crise a-t-elle germé ? Pourquoi les choses se sont-elles soudainement calmées ? Ce n’est certainement pas parce que Taylor et moi avons réglé tous les problèmes. Ça fait partie de ce qui se passe dans une société et que les sociologues sont incapables d’expliquer.

À ce propos, le journal Le Monde avait demandé à Alain Touraine, un des grands sociologues de son temps, de rédiger une série de textes pour exposer son diagnostic de l’état et de la marche de la société française. C’était à l’hiver et au printemps 1968. Je me rappelle d’avoir lu ça. C’était magistral. Mais il n’y avait rien dans ces essais qui laissait prévoir l’ombre de l’explosion qui allait suivre au mois de mai 68. Il faut rester humble devant les changements sociaux.

Ici, personne non plus n’a prévu l’impact du conflit étudiant transformé en crise sociale. Faut-il y voir une manière d’exprimer les nouvelles polarisations sur la scène politique ?

Au contraire, il me semble que les nouvelles polarisations ne s’expriment pas sur la scène politique. Nous nous retrouvons avec des partis contraints à de vieilles allégeances et c’est vrai pour tous les partis, le PQ, la CAQ ou le PLQ. Au Parti libéral, il n’y a pas beaucoup de nouvelles idées, même présentement, alors qu’on ne voit pas bien quels débats vont surgir de la course à la chefferie. Le parti de François Legault, c’est une accentuation de l’aile droite du PLQ. Le gouvernement minoritaire péquiste ne peut pas affirmer grand-chose non plus.

La carte politique actuelle ne représente donc pas bien l’échiquier bouleversé de notre société. Il y a de nouvelles formes de revendications, portées par les jeunes, par exemple, qui ne trouvent pas bien à s’exprimer dans la carte parlementaire. Il faudrait peut-être plus de partis, un mode de scrutin proportionnel, des coalitions.

Le problème n’est-il pas encore plus profond avec les révélations sur la corruption de la commission Charbonneau qui accentuent la perte de confiance en nos institutions ?

C’est très grave pour n’importe quelle société de perdre l’estime de soi. Les Québécois perdent confiance en leurs institutions, leurs élites et eux-mêmes finalement. Cette tendance était là avant la commission Charbonneau. Ça fait au moins une décennie qu’on se fait dire que notre société souffre d’immobilisme, devient incapable de mener à terme de grands projets et même d’en concevoir. Chacun cherche des causes de cette stagnation. Il y a une perspective de droite qu’on connaît bien. Il y en a une de gauche aussi. Bref, l’idée était déjà là et le bulldozer de la corruption nous rentre dedans et aggrave ce sentiment. On va vivre là-dedans encore des années, les révélations vont s’étendre et on va amplifier encore l’impression que le système est pourri mur à mur.

Quelle serait alors la conséquence ou la menace la plus grave ?

La polarisation, les polarisations, c’est très bien, c’est sain, c’est essentiel. Cette année, le débat est descendu dans la rue. Il n’y a pas eu de révolution, ni de barricades. Ce n’est pas une guerre civile et ces manifestations sont peut-être davantage le signe que le sentiment d’impuissance, d’immobilisme et de cynisme n’a pas encore tout étouffé. Reste que d’après moi, le principal défi, ce serait de redonner au Québec une estime de soi. Comment pouvons-nous reconnecter avec les mythes qui nous ont portés depuis quelques décennies ?

Alors comment ? Voyez-vous des solutions ? Faut-il, par exemple, attendre un ou une leader charismatique qui pourrait stimuler les changements et faire consensus ?

Dans des sociétés comme les nôtres, je ne suis pas certain que ça marche encore au charisme. Voyez avec Barack Obama, qui n’est certainement pas paralysé par son manque de charisme. Je ne miserais donc pas sur cette idée, mais sur des élites qui inspirent confiance par leur intégrité. On se contenterait d’une nouvelle classe politique, d’une nouvelle génération de leaders qui incarnerait autre chose, pas juste de l’honnêteté : une vision convaincue et ferme de ce qu’il faut faire en s’y engageant résolument, sans reculer. C’est de cela que nous avons bien besoin. Il nous faut des directions claires et cohérentes, portées par des gens crédibles.


Suggérer cet article par courriel
Actualité québécoise
Reprendre ce qui nous appartient

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
21 478$  36%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 24/10 Pierre Grandchamp : 25$
  • 24/10 Angèle Larocque : 10$
  • 24/10 Linda Rivard: 10$
  • 24/10 Simon Bouchard Pietrograzio : 5$
  • 24/10 Anonyme : 100$
  • 23/10 Richard Lemieux : 70$
  • 23/10 Isabelle Beaudoin : 25$
  • 23/10 Anonyme Anonyme: 100$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!