NON, je regrette, le Québec n’est pas à vendre !

Le Québec, garde-manger du monde !

Ces Chinois que l’on achetait jadis pour 25 cents

Tribune libre de Vigile
lundi 10 janvier 2011
1 114 visites 10 messages

LE QUÉBEC, GARDE-MANGER DU MONDE !

Apprend à un homme à cultiver la terre, elle lui rendra au centuple !

Nous pourrions facilement qualifier les terres agricoles du Québec comme garde-manger de la planète et réserve mondial de l’alimentation parce que notre terre est de bonne qualité et ce n’est pas l’espace qui manque.

« Mais pour combien de temps encore ? »

En ces temps de turbulence économique et bouleversement climatique j’en appelle aux citoyens citoyennes du Québec à réfléchir et s’ouvrir les yeux sur l’urgence de se donner un Pays et prendre les dispositions nécessaires pour empêcher ces envahisseurs étrangers de mettre la main sur nos ressources au nom de la globalisation.

Nous avons le devoir de protéger le Québec, de protéger nos terres, de protéger notre eau ou toutes autres ressources, quelles qu’elles soient. Devenons Anti globalisation et protectionnisme contre ces capitalistes Néolibéral ou Anarcho-Capitalisme pollueurs de nos vies. Retournons aux vraies valeurs qui nous ont caractérisés en tant que société Québécoise, que ce soit au Saguenay Lac St-Jean, en Abitibi ou partout ailleurs en Province, nous devons favoriser la diversité propre à chacune de nos régions, soutenir l’agriculture Paysanne et les produits du terroir pour une alimentation saine.

Disons non à l’agrobusiness dont l’objectif premier est celui de s’enrichir en prenant possession de nos terres et cultiver la mort avec les OGM.

Nos pères ont travaillé à la sueur de leurs fronts, pour ainsi dire, à bras d’homme pour défricher les terres, enlever les souches, les roches, les sarcler, les labourer, les cultiver et récolter le fruit de leurs travail avec amour pour nourrir la famille.

Après avoir été harcelés par toutes sortes de réglementations afin d’être conformes aux exigences de l’UPA de la CAPTAQ et l’Agrobusiness. Les agriculteurs et agricultrices voyant leurs rêves devenir un cauchemar (l’endettement) ainsi que la relève fuir la ferme vers les grandes villes, n’ont plus la tête à l’ouvrage et par écœurement seraient tentés de tout vendre, même aux Chinois ! Mais à quel prix ?

Il est insensé de voir des agriculteurs qui n’arrivent pas à gagner leur vie avec leurs terres et que, parallèlement, des Chinois que l’on achetait jadis à l’école pour 25 cents veulent acheter leurs terres et maisons. Deux poids deux mesures. Est-ce un retour sur l’investissement ou brader notre héritage à des profiteurs étrangers voyant là une opportunité de répondre à leurs propres besoins alimentaires ?

Une dépossession pure et simple de nos biens et ressources équivaudrait à renoncer à notre mieux-être et mettrait inévitablement le dernier clou dans le cercueil de notre Nation !

Dans un des règlements de la CPTAQ, il est interdit à un agriculteur de vendre une terre à un étranger.

Saviez-vous qu’il existe un traité international qui contredit justement cette interdiction de vendre nos terres à des étrangers ?

À titre d’exemple, le chapitre clé du traité L’AMI s’intitule « Droits des investisseurs ». Y figure le droit absolu d’investir - acheter des terres, des ressources naturelles, des services de télécommunications ou autres, des devises - dans les conditions de déréglementation prévues par le traité, c’est-à-dire sans aucune restriction. Les gouvernements, eux, sont dans l’obligation de garantir la « pleine jouissance » de ces investissements. De nombreuses clauses prévoient l’indemnisation des investisseurs et des entreprises en cas d’interventions gouvernementales susceptibles de restreindre leur capacité à tirer profit de leur investissement. En particulier lorsque celles-ci auraient un « effet équivalent » à une « expropriation, même indirecte ». Ainsi, aux termes de l’accord, « la perte d’une opportunité de profit sur investissement serait un type de préjudice suffisant pour donner droit à indemnisation de l’investisseur ». C’est à dire qu’un Chinois pourrait gagner sa cause en poursuivant la CPTAQ sur la clause d’interdiction de vendre une terre à un étranger et jouir des lieux comme bon lui semblera.

Autre droit à indemnisation des investisseurs : la « protection contre les troubles ». Les gouvernements sont responsables, à l’égard des investisseurs, des « troubles civils », pour ne rien dire des « révolutions, état d’urgence ou autres événements similaires ». Cela signifie qu’ils ont l’obligation de garantir les investissements étrangers contre toutes les perturbations qui pourraient diminuer leur rentabilité, telles que mouvements de protestation, boycottages ou grèves. De quoi encourager les gouvernements, sous le couvert de l’AMI, à restreindre les libertés sociales.

Ça vous donne une maudite bonne idée sur ce qu’il adviendrait dans le dossier sur les gaz de schiste !

Ces accords Anarcho-capitalisme (l’ALENA, ZLÉA, AMI , OMC , OCDE , Etc.) signés à l’insu du vrai monde nous conduiront inévitablement à une érosion des protections sociales et environnementales et le film GASLAND nous en donne un bon aperçu et ce n’est que la pointe de l’iceberg !

http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=14616

La mondialisation des échanges commerciaux sont ni plus ni moins des ententes qui anéantiront toutes possibilités à des peuples de se prendre en main. Ils crèveront, nous vivrons, se disent-ils !

D’après Radio-Canada, les terres arables canadiennes seraient une valeur sûre.

« Un rapport 2009 de la firme de consultants britanniques Knight Frank LLP montrait que les terres agricoles canadiennes sont parmi les moins chères dans les pays industrialisés. Un hectare de terre arable se vend ainsi en moyenne 1725 $US au Canada. Cela se compare avantageusement au prix versé pour acheter un hectare en Irlande (58 500 $US), en Angleterre (17 100 $US), en France (12 500 $US), dans l’État américain de l’Ohio (11 000 $US), en Nouvelle-Zélande (9643 $US) et en Australie (3450 $US), voire dans d’anciens pays du bloc de l’Est, comme la Pologne (6660 $US), la Roumanie (4855 $US) et la Bulgarie (3120 $US). »

Comment pouvons-nous accepter que les plus belles terres du monde soient liquidées à un si bas prix ?

NON, je regrette le Québec n’est pas à vendre !

RETOUR À LA TERRE, UNE OBLIGATION POUR ÉVITER LA FAMINE !

On le voit bien ce bouleversement climatique actuel dans divers régions du globe, la sécheresse, les inondations et glissements de terrain qui ruinent à la fois les récoltes de l’année et hypothèquent le potentiel agricole, en lessivant les sols et en détruisant les équipements et les systèmes d’irrigation. Associer tout cela au géant des semences transgéniques MONSANTO bourrées de poison pour l’homme, la flore et la faune et on comprendra pourquoi certains Pays comme la Chine et d’autres Pays ciblent le Québec comme un paradis et la meilleure option pour éviter la crise alimentaire qui se pointe à l’horizon.
Bref ; si nous Québécois, ne nous occupons pas de nos propre affaires dans les années à venir, notre chien sera déjà mort !

Monsanto à St-Charles–sur-Richelieu.

Comme à chaque automne je commande 10 à 12 cordes de bois pour chauffer la maison, toujours du même fermier qui demeure à St-Charles sur le Richelieu. Par curiosité je lui ai demandé s’il connaissait Monsanto ?

Croyez-le ou non, ses yeux sont devenus grands comme des trente-sous !
J’ai ressenti une forme de défensive et sa réplique à la question posée fut disons le, catégorique. « On n’a pas le choix et c’est une bonne affaire puisque la production du blé est passée du simple au double, en plus de cela il n’y a plus de mauvaise herbe ! Qu’est ce que tu veux de mieux ? C’EST RENTABLE ! » Pauvre André Hébert ce gentleman farmer bon jack croyez-moi ! Comme plusieurs Québécois d’ailleurs qui ne réalisent pas dans quel genre de merdier ils s’exposent.

De grâce arrêtons ce carnage systématique et ce plan diabolique destructeur de l’humanité !

La prochaine décennie ne sera pas seulement un combat pour la souveraineté du Québec et la protection de nos ressources contre l’envahisseur, mais celui d’un changement obligé des mentalités !

Après avoir regardé « Le monde selon Monsanto », plusieurs autres témoignages dénonçant le pouvoir diabolique qu’exerce Monsanto sur l’agriculture dans le monde avec ses semences bourrées d’OGM, antibiotique, et pesticides. Y a de quoi réfléchir à un retour à la terre pour une saine alimentation !

En plus d’être mortel pour la santé, ses semences rendent la terre stérile et contaminent la flore provoquant la mort des abeilles.

Bacon , un film à voir si ce n’est déjà fait

Voir la vidéo des Chinois qui jouent le rôle des abeilles.

Le déclin des abeilles (1)

Le déclin des abeilles(2)

La chanson à José

L’OMC

L’AMI

L’OCDE

L’ALENA

ACUE

La ZLÉA

Les ennemis de la Nation par Gilles VERRIER

L’agriculture québécoise est en crise à l’heure de la mondialisation

Crier famine par Patrice-Hans Perrier

http://cecal.net/folder.2006-01-03.8360909861/articles-pace/1998/l-accord-multilateral-sur-l-investissement-et-l-approche-du-canada?set_language=en

http://toutsurlachine.blogspot.com/2009/09/la-chine-lassaut-des-terres-agricoles.html

Commentaires

  • 21 avril 2013 23h31

    *...des Chinois que l’on achetait jadis à l’école pour 25 cents...*

    Très raciste !

  • Menestrelem, 13 janvier 2011 05h22

    Pour M. Taillon seulement.

    M. Taillon, j’ai transmis un commentaire pour M. Bousquet, lui communiquant ma vive déception pour son commentaire laxiste sur Monsanto et l’importance de laisser le gouvernement nous protéger. Avez vous recu ? Et si oui, pourquoi n’a t’il pas été publié ?

    Merci

  • andre taillon, 12 janvier 2011 14h45

    Que de raison et de clarté dont vous faites preuve mon cher amis Menestrelem !
    Vous dites « la souveraineté n’est pas une option, elle est devenue une nécessité. Une nécessité si urgente, que nous ne pouvons et ne devons pas attendre les résultats d’un référendum pour la réaliser. » Entièrement d’accord, même que je rajouterai que notre souveraineté n’est pas seulement une question de langue et de territoire mais une question de survie pour l’humanité en devenant l’exemple à suivre pour les peuples de l’avenir !
    Notre société souffre du syndrome de la désorientation, pareil aux abeilles qui ne retrouvent plus la ruche.
    La manipulation médiatique, et la puissante diversion des esprits par les médias et le contrôle de l’information hypnotisant la masse me fait peur pour notre avenir.
    Il y a tant de chose à changer et à faire avant que le rouleau compresseur de la globalisation nous passe dessus qu’il nous faudrait un exploit en 2011 pour éviter l’inévitable. Pas dans 5 ans, là, ici maintenant !
    Merci d’être là !
    André Taillon

  • Menestrelem, 12 janvier 2011 11h51

    Merci Monsieur Taillon pour votre texte, et surtout pour la générosité de votre contribution.

    Je comprend votre désarroi. Je le vis depuis 1998 alors que j’apprenais que le gouvernement acceptait de laisser passer sur nos terres des organismes génétiquement modifiés. J’ai depuis ce temps, entré en désobéissance civile, question de ne pas contribuer à cette infamie historique. Je vous évite les détails par mesure de précaution par rapport à ceux qui cherchent plus de trouble qu’il y en a (à lire entre les lignes).

    Toujours est-il que je vous encourage fortement à poursuivre votre démarche de documenter cette dynamique d’acquisition des terres du Québec. En particulier par rapport aux Chinois, qui sont en train tout en douce, d’envahir l’Amériques. A ce sujet, je vous informe que le gouvernement américain louait pour 600 millions de dollars une base navale américaine désaffectée (Floride, Key HeWest) à une compagnie navale chinoise, ce qui est un symbole à ne pas négliger dans l’étude de la dynamique d’acquisition chinoise des ressources naturelles en Amériques du nord. Dans la même veine, Henri Kissenger qui maîtrise l’’art de se placer dans le bon camps, a deux clients importants à travers sa firme de consultants (http://www.sourcewatc0h.org/index.php?title=Kissinger_Associates,_Inc), l’Arabie saoudite (911) et les Chinois. J’ai l’intime conviction que dans ce jeu géo-stratégique qui bat son plein, l’Amériques du nord est vendue par morceaux aux Chinois en échange d’un peu de temps avant qu’ils laissent tomber le dollars.

    Dans toute cette discussion actuellement puérile sur la souveraineté, le référendum et le repatriment des pouvoirs du Québec, nous occultons complètement ce qui se passe au plan de notre endettement et de l’utilisation éhontée de nos ressources naturelles. Il est à espérer que le dossier du Gas de S.... nous permette de réveiller les consciences et surtout stimuler l’action citoyenne pour que nous réalisions (dans les faits) la souveraineté du Québec. Je me répète, la souveraineté n’est pas une option, elle est devenue une nécessité. Une nécessité si urgente, que nous ne pouvons et ne devons pas attendre les résultats d’un référendum pour la réaliser.

    Pour ce faire, nous devons en premier lieu, forcer la discussion sur les cibles et les indicateurs de souveraineté, comme par exemple : le Québec a un taux global d’endettement de X % par rapport à son PNB, le Québec parvient d’ici 201 ? à renouveler de x% du couvert forestier qu’il avait dans les années 190x, le Québec achète x% des produits pharmaceutiques sur son territoire, le Québec produit x % de ce qu’elle consomme, etc. Seule une discussion sur ce que nous entendons par souveraineté, nous permettra de la réaliser. Le débat sur le référendum est une manoeuvre pour nous distraire. Pendant ce temps, nos ressources sont dilapidées et notre potentiel est miné.

    En tout les cas, continuez ! Votre article m’a rassuré, il y a encore des hommes avec une conscience et du courage.

  • 11 janvier 2011 14h43

    Bonjour à tous !
    Merci pour vos commentaires
    @ M. Bousquet,

    En 1950, il y avait 140 000 fermes dans les campagnes du Québec. Aujourd’hui il n’en reste que 26 000. Si rien n’est fait... notre agriculture disparaîtra. Alarmiste ? Si ces chiffres ne vous ont pas convaincu, rien ne le fera.
    Dès 1950, afin de soi-disant rattraper l’industrialisation des fermes ontariennes, la commission Héon est claire : il y a 100 000 fermes de
    trop ! (sur les 140 000 à l’époque) 40 000 fermes de grande taille et modernes feraient bien l’affaire. Pour y arriver, elle propose de hausser les normes de toutes sortes et les contrôles à la ferme afin de décourager les fermiers aux pratiques traditionnelles qui finiront par disparaître. Le résultat est frappant.
    À partir des années 70, la gestion de l’offre fait son apparition et accélère la standardisation de l’agriculture, faisant disparaître au tournant des années 80 un grand nombre de fermes.
    Années 90, la globalisation des marchés prend de la force. On voit s’amorcer les négociations du GATT et de l’ALENA qui viendront gruger la souveraineté alimentaire des nations. Malgré les risques,
    l’UPA, nos gouvernements et l’industrie s’engagent résolument dans une orientation productiviste de l’agriculture avec comme fer de lance de ce modèle le secteur porcin.
    Pour y arriver, le gouvernement acceptera d’allonger les centaines de millions de dollars réclamés par l’UPA afin de soutenir les fermes industrielles, ne laissant rien au passage pour les petites fermes qui continueront de décliner à un rythme alarmant. En aucun cas, la population qui paye la facture ne sera tenue au courant.
    Début des années 2000, le secteur porcin est en crise et les effets environnementaux de l’agriculture industrielle se multiplient. Pendant ce temps, l’UPA continue à demander plus d’argent au gouvernement pour soutenir le même modèle.
    Aujourd’hui, la crise agricole est généralisée : absence de relève, disparition accrue des fermes, endettement à la hausse et revenus à la baisse. L’UPA se retrouve désormais au banc des accusés pour avoir littéralement livré nos fermes en pâture à la mondialisation sauvage et pour n’avoir pas su proposer des alternatives.

    M. Bousquet vous me semblez ne pas comprendre la situation actuelle des fermiers qui sont plutôt passé de riches à pauvres depuis les années 50 ! Qu’est ce qu’être riche pour vous ?

    Bien entendu que votre propriété acheté en 1950 vaux une fortune aujourd’hui mais dans le cas des cultivateurs ils ont été obligés d’hypothéquer leurs fermes pour satisfaire l’Agrobusiness. J’ai vendu ma ferme 1 million mais je dois 875,999 $ ALLO !
    « Qui va empêcher quelques-uns uns de nos agriculteurs de vendre leurs terres à certains étrangers ? » Certainement pas vous M.Bousquet !
    « Est-ce que nous allons discriminer les Chinois parce qu’ils sont nombreux et que nous avons peur qu’ils nous envahissent ? » Se Poser la question c’est déjà y répondre ?

    Pour ce qui est de Monsanto, continuez dons d’acheter en vrac chez SUPER C !

    @ Isabel Je retiens les mots conscience et responsabilités ! Les Alimenteurs très bon documentaire merci.

    @ M Noël,

    D’accord avec vous ! L’immigration c’est la richesse d’un Pays. Mais faut savoir la choisir cette immigration ?

    @ André,

    Je savais que tu réagirais à mon article et je t’en remercie ! La promotion de Vigile je la fais à tous les jours dans mon entourage et je suis à chaque fois surpris de constater que plusieurs personnes n’en savent rien.

    INDÉPENDANCE ! AxxxxxxxxxxN

    André Taillon

    http://www.unionpaysanne.com/

  • 11 janvier 2011 10h27

    Monsieur Taillon

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article. Nous ne sommes pas sortis du bois, au Québec, si un nouveau média rédigé par les forces progressistes québécoises ne fait pas bientôt son apparition pour contrebalancer la propagande fédéraliste de Gesca et de Québecor qui nous manipule comme c’est pas possible. Si le PQ s’était donné un organe d’information, depuis sa fondation, pour vendre l’idée de l’indépendance, nous ne serions pas dans ce cul-de-sac actuel. Pour moi, c’est une négligence impardonnable ! Par contre, ce que nous pourrions faire dans l’immédiat, c’est de tenter de faire la promotion de Vigile aux quatre coins du Québec. La marche du 12 février est une belle occasion pour donner beaucoup de visibilité à Vigile avec nos pancartes. Il m’a fait plaisir. INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION !

    André Gignac pour un Québec indépendant et libre !

  • jacques noel, 10 janvier 2011 20h08

    Les Suisses, Belges, Allemands étaient essentiellement de petites familles venues acheter UNE terre au Québec pour y vivre et prospérer. Leurs enfants sont devenus québécois. C’est l’immigration de rêve, qui enrichit le Québec, s’intègre, s’assimile, dérange personne.

    Le portrait est complètement différent avec les Chinois qui viennent acheter la terre pour la coloniser avec des travailleurs chinois qui n’ont pas un seul instant le projet de s’intégrer à notre société. Ce sont des colonisateurs comme on a vu tout au long de l’histoire de la colonisation mondiale.

  • Isabelle Poulin, 10 janvier 2011 19h42

    Bonjour Monsieur Bousquet, les agriculteurs devront comme vous et moi prendre conscience de leur responsabilités. Sinon voyez ce qui nous attend dans le documentaire : les alimenteurs.

    http://www.dailymotion.com/video/xfeun9_les-alimenteurs-premiere-partie-1-de-3_news

  • Gilles Bousquet, 10 janvier 2011 19h18

    Vous écrivez : « RETOUR À LA TERRE, UNE OBLIGATION POUR ÉVITER LA FAMINE ! »

    Les fermes du Centre du Québec et de la Montérégie valent, au bas mot, un million de beaux dollars canadiens. Nos fermiers sont passé de pauvres à millionnaires en une cinquantaine d’années, il me semble.

    Qui va empêcher quelques-uns uns de nos agriculteurs de vendre leurs terres à certains étrangers ? Il y a déjà certaines nationalités qui ont acheté de des terres québécoises, depuis plusieurs années, des Belges, des Suisses, des Allemands etc. qui se sont bien intégrés au Québec et qui nous vendent leurs produits, quand nous voulons les acheter vu qu’ils n’ont pas de transport à payer. Est-ce que nous allons discriminer les Chinois parce qu’ils sont nombreux et que nous avons peur qu’ils nous envahissent ?

    Pour ce qui est de Montsanto, c’est à nos gouvernements et à leurs experts, à nous protéger, si cette compagnie prend trop de risques avec notre santé.

  • Isabelle Poulin, 10 janvier 2011 19h06

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Tribune libre de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
25 278$  42%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 25/11 Jacques H. Grenier: 50$
  • 25/11 Bernadette Meunier-Gobeille : 50$
  • 23/11 Marcel Duclos : 50$
  • 23/11 Linda Rivard: 10$
  • 23/11 Normand Lefebvre: 25$
  • 23/11 Serge Lapointe : 30$
  • 23/11 Erik Vasseur : 20$
  • 23/11 Alexandra Villeneuve: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!