La nef des fous ou comment sortir d’une crise annoncée

mercredi 15 avril 2009


Parce qu’une tel fléau ne pouvait nous frapper, nous qui avions des banquiers, des économistes et des politiciens compétents. Mais l’histoire se répète, essentiellement parce que nous serions incapables d’apprendre de nos erreurs passées, écrivait John Kenneth Galbraith.

Nous vivons aujourd’hui une crise économique dont les experts s’accordent à peu près pour dire qu’elle aura la profondeur de celle que nos parents ou que nos grands-parents ont vécue durant les années 1930. Quand ceux-ci nous en parlaient de leur crise, nous ne pouvions qu’être désolés pour eux. Parce qu’un tel fléau ne pouvait nous frapper, nous qui avions des banquiers, des économistes et des politiciens compétents. Mais l’histoire se répète, essentiellement parce que nous serions incapables d’apprendre de nos erreurs passées, écrivait John Kenneth Galbraith dans Le Crash de 1929 - que toute la population aurait intérêt à lire ou à relire -, ainsi que Paul Krugman, qui lui écrit dans le New York Times.

En 1933, au plus bas de la pire crise économique de l’histoire récente, le taux de chômage a frôlé les 25% aux États-Unis, et les 28% au Canada. Cette année, il devrait franchir allègrement la barre des 10%, toujours en hausse. Mais personne n’aurait vu venir la crise actuelle, pas même Henri-Paul Rousseau, notre ancien professeur d’économique. Pourtant, il y a quelques semaines à peine, nous naviguions au beau milieu des bulles spéculatives de toutes sortes prêtes à éclater pour tout dévaster. Les banquiers ne voyaient rien, pas plus que les économistes et les politiciens en qui nous devrions remettre aveuglément toute notre confiance. Et soudain, il y aurait eu une banquise...

Contrairement à ce que Gérald Filion nous enseigne au Téléjournal de Radio-Canada avec ses deux mains jointes, ce n’est pas la confiance des investisseurs qui devrait tout particulièrement effrayer les banquiers, les économistes et les politiciens, mais bien celle de la population. Ainsi, pourquoi cette dernière devrait-elle payer, et à chaque fois, de ses impôts, le renflouement du gros bateau dont on sait maintenant qu’il ne possède pas de radar, et sur lequel nous devrions nous engouffrer aveuglément comme dans la seule Arche de Noé disponible, du moins selon nos banquiers, nos économistes et nos politiciens actuels ?

Finir en HLM

Naguère, nous n’avions pas le choix : l’Église catholique était alors la seule habilitée à piloter le navire, cette même Église catholique dont on transforme depuis un bon moment déjà les églises en appartements. Dans les années 1950, personne n’aurait osé spéculer là-dessus, et on aurait vraiment fait une bonne affaire en gageant sur le long terme, pour une fois. Si nous persistons à placer aveuglément notre confiance entre les mains des banquiers, des économistes et des politiciens, sans être ni des devins ni des financiers chevronnés, nous pouvons prédire, l’histoire se répétant, que les immenses édifices qui hébergent actuellement les banques ainsi que la Caisse de dépôt et de placement du Québec finiront en HLM.

Si le pape, cet expert, ne veut pas porter de condom, c’est bien de ses affaires et il a le mérite de nous l’annoncer depuis le ciel, de sorte que ceux et celles que cela intéresse en sont maintenant bien avertis. Ainsi, tout comme le pape, les experts devraient s’en tenir strictement à leur domaine de compétence et laisser à la population les choix à prendre en matière de finalité de leur économie. Par exemple, quand les banquiers, les économistes et les politiciens se mêlent d’obliger les pauvres à épargner quand ils ne reçoivent pas de salaires, alors on devrait penser au pape dont l’immense demeure pourrait bientôt héberger tous les pauvres de Rome, sous le regard mélancolique de Michel-Ange.

Quant aux professeurs d’économiques, ils devraient plutôt apprendre à leurs étudiants à reconnaître les bulles qui menacent la société, non pas celles qui résultent de la conduite sportive de quelques banquiers aventureux, mais les plus enflées et les très très foncées qui, en éclatant, obligent à chaque fois les politiciens à voler au secours des banquiers avec l’argent de la population flouée, et à leur verser des bonus en prime, un malheur n’arrivant jamais seul.

Dans leurs recherches, que les économistes usent sans réserve du principe de précaution ex ante. Qu’ils mettent les économètres au travail même si ni les banquiers ni les politiciens actuels ne leur donneront de subvention de recherche. Mais quel prestige les économistes acquerraient, et bien mérité à part de ça ! Et si ces derniers ne sentent pas véritablement l’urgence de se mettre au travail, un jour n’est peut-être pas si loin où les immenses Business Schools de ce monde pourraient bien elles aussi finir par héberger beaucoup de pauvres, ce qui serait sans doute un juste retour des choses.

Jules Lamarre, Ph.D., économiste et géographe, Université Laval

Édith Mukakayumba, Ph.D., géographe, Université du Québec à Chicoutimi


Suggérer cet article par courriel
Crise mondiale — Crise financière
2014 : année à risques pour l’économie mondiale

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
22 128$  37%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 28/10 Marc Potvin : 200$
  • 28/10 Anonyme : 50$
  • 28/10 Gaston Fluet : 200$
  • 28/10 Denis Lavoie : 150$
  • 27/10 André Baril : 50$
  • 24/10 Pierre Grandchamp : 25$
  • 24/10 Angèle Larocque : 10$
  • 24/10 Linda Rivard: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!