Bonne et Heureuse Année de réflexion

La démocratie représentative est-elle une imposture ?

Tribune libre de Vigile
lundi 31 décembre 2012
1 932 visites 26 messages

Comme dernier texte de l’année 2012, je vous offre cette entrevue avec Étienne Chouard sur notre prétendue démocratie. Voir ici : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/12/31/297-la-democratie-representative-est-elle-une-imposture-entretien-avec-dlr-n2-dec-2012

Les constitutions écrites par les élus, dans toutes les sociétés occidentales, sont des prisons, dit-il. Et il a parfaitement raison en ce qui concerne le peuple québécois aliéné à un double niveau, par une constitution canadienne qu’il n’a jamais votée et par une constitution rédigée par les maîtres et non par les citoyens.

L’indépendance de la patrie ne suffit pas. Il faut aussi une constitution citoyenne rédigée PAR et POUR les citoyens.Et au diable les élus.

Indépendance de la patrie et démocratie citoyenne exemplaire. Le reste c’est de la boulechite. Option Nationale aura mon vote tant qu’il mettra de l’avant ces 2 principes : indépendance et démocratie citoyenne exemplaire.

Bonne et Heureuse Année.

Pierre Cloutier

Commentaires

  • Eric, 9 janvier 2013 15h56

    Je me demande si...

    Tout ne découle pas d’un certain serment...

    Disons-le...

    Celui à la Reine...

    Pourtant...

    Au risque d’être accusé d’être vieu jeu...

    J’ai été baptisé et j’ai fait ma confirmation...

    Pis...

    Ça... ça m’a appris... de pas faire de serment à personne.

    Bref...

    Désolé pour l’écueil...

    Mais y’est là... et moi... je le vois.

    Peuvent ben vouloir être athée...

    Y sont même pas capable d’énumérer leurs valeurs.

  • 5 janvier 2013 11h34

    Message à une personne invisible

    Vous n’êtes même plus le Pélican Masqué, vous n’êtes plus rien. Cela nous indique votre degré de courage.

    Votre stratégie n’est que fantasme et pensée magique évoquée en plus au conditionnel.

    Pourtant la stratégie péquiste reste assez facile à comprendre : celle d’une petite élite nationaliste provincialeuse et provincialiste qui surfe sur sa carrière et qui espère qu’il y ait un jour une vague assez forte pour faire une espèce de "chouveraineté" tronquée afin de lui permettre de gouverner et de consolider ses privilèges.

    Jamais Pauline Marois ne va faire l’indépendance du Québec. Jamais. Elle est même incapable de prononcer le mot. Legault a plus de chance de la faire qu’elle et ce n’est pas peu dire.

    En ce qui me concerne, ce sont tous les deux des fumistes intégraux.

    Pierre Cloutier

  • 4 janvier 2013 21h06

    Relisez-vous Monsieur Cloutier , parce que dans vos
    paragraphes 1-2-3 de votre dernière réplique , on pourrait avec des modifications très très mineures , faire signer Stéphane Dion et Jean Chrétien...les Pères de la clarté référendaire...Alors , dernière tentative , la der des der , en ajoutant quelques précisions et commentaires...1)On ne dévoile pas sa stratégie à l’adversaire ...l’adversaire étant le camp fédéraliste qui lui se permet tout quand il est au gouvernement , sans référendum ,de sa seule légitimité de gouvernement , on verra bientôt l’ampleur des dégâts laissés par l’odieuse gouvernance fédéraste de JJC , à cette gouvernance fédéraste le PQ et le gouvernement actuel auraient voulu opposer une gouvernance dite chouverainiste ...en allant aussi loin que provoquer des affrontements de légitimité gouvernementale entre Québec et Ottawa, impliquant nécessairement la population , sur notre territoire...dans un ordonnancement stratégique commençant par la langue , l’identitaire , l’immigration , les ressources naturelles , l’environnement...l’implication citoyenne pacifiste aurait pu prendre plusieurs formes , appels aux députés , manifestation de soutien , remise en question de la légitimité des impôts à l’un ou à l’autre...
    Un hypothétique premier recul d’ Ottawa n’aurait pas été significatif, un deuxième non plus , mais un troisième ??? Un troisième recul d’Ottawa aurait-il sorti le gouvernement fédéral de chez-nous ...?? Ce qui nous mènerait en 2) La diversion que vous avez fait avec les ’on’ et les ’on veut-on veut pas’ escamotant l’essentiel , me fait douter de votre bonne foi , l’essentiel c’est que de référendum , on aurait pas besoin...même si il est au programme.

  • 4 janvier 2013 11h17

    Message au Pélican masqué

    La meilleure forme de stratégie c’est l’honnêteté, la transparence, la franchise et le courage.

    On dit ce que l’on pense et on fait ce qu’on dit. Le peuple aime les gens courageux. Pas les hypocrites.

    D’autre part, vous avez dit qu’on - qui est on ? - vous prenez-vous pour le peuple ? - ne veut pas de référendum alors que l’article 1.1 du programme péquiste est clair et ne nécessite aucune interprétation : le PQ prétend vouloir réaliser la souveraineté à la suite d’une consultation de la population par un RÉFÉRENDUM qui aura lieu au moment jugé opportun par le gouvernement.

    Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus ?

    En plus, on veut que ce soit le gouvernement qui décide de la date du référendum ce qui élimine tout recours à un référendum d’initiative populaire.

    On voit donc comment la petite élite provincialeuse empêche le peuple de se prononcer sur cette question. Le blocage il est là.

    Et les péquistois, ces prétendus grands stratèges, d’applaudir.

    Stratégie ? Quelle stratégie ? La stratégie de la remise aux calendes grecques et à la petite gouvernance provinciale de merde.

    Avez-vous fini de rire du monde ? Nous prenez-vous pour des imbéciles finis et des enfants ?

    Pierre Cloutier

  • Le Pélican, 3 janvier 2013 14h08

    Monsieur Cloutier , si vous n’avez pas compris en 2) de mon dernier commentaire ,retournez en 1) , et recommencer jusqu’à ce que ça allume ...On parle stratégie et vous rappliquez avec le programme ... on a du pain sur la planche...pas le temps cet après-midi , j’y reviendrai...

  • 3 janvier 2013 10h52

    Message à François Ricard

    L’argument sur le 8 millions de représentants est le premier argument soulevé par ceux qui ne sont pas renseignés sur le tirage au sort. La base du tirage au sort c’est que les institutions sont entre les mains de citoyens "amateurs", choisis pour un court mandat non renouvelable et avec des mécanismes importants de surveillance et de contrôle, évitant ainsi la "professionnalisation" de la politique qui conduit inévitablement à la plutocratie, à l’oligarchie et à la corruption.

    Prenez le temps de regarder les vidéos du professeur Étienne Chouard sur son site ici : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/ où il répond à toutes les objections.

    Pierre Cloutier

  • 3 janvier 2013 10h43

    Message au Pélican masqué

    Là vous vous contredisez sérieusement. L’article 1.1 du programme du Parti québécois se lit comme suit :

    1.1 Réaliser la souveraineté du Québec

    "Aspirant à la liberté politique, le Parti Québécois a pour objectif premier de réaliser la souveraineté du Québec à la suite d’une consultation de la population par référendum tenu au moment jugé approprié par le gouvernement".

    Vous avez bien lu j’espère : réaliser la "souveraineté" du Québec à la suite d’une consultation PAR RÉFÉRENDUM....."

    La seule différence c’est qu’il n’y a pas de date précise ce qui permet au PQMarois de rester dans le carré de sable provincial le plus longtemps possible en gouvernant la province de Québec. En fait. on essaie de nous faire croire qu’on va réaliser l’indépendance - pardon la souveraineté - par la porte en arrière, en hypocrites, comme si on avait honte de ce que l’on est. Nous prenez-vous pour des caves enfantins et abrutis ?

    Dans la vie, il faut avoir le courage minimal de ses convictions et c’est ce qui manque le plus aux péquistois qui se prennent tous pour de grands stratèges prétendument au diapason de la population.

    C’est curieux, mais dans les programmes de QS et d’ON on retrouve pas une telle formulation concernant un référendum portant sur la souveraineté.

    Étiez-vous au congrès de 2005 où tous les militants ont voté pour le "projet de pays" que Boisclair et Marois n’ont jamais respecté ou êtes-vous un de ces nouveaux militants libéraux déguisés recrutés par Boisclair, le fumiste en chef ?

    Cout’donc, vous me prenez pour un imbécile ou quoi ?

    Pierre Cloutier

  • François Ricard l&8217;inconnu, 3 janvier 2013 09h02

    @ M. Cloutier

    La représentation est un élément essentiel de toute démocratie, je pense. Le Québec ne saurait avoir une assemblée nationale de 8 000 000 de membres ni avoir 8 000 000 de présidents.
    Il y na deux façons de choisir ses représentants : par voie électorale et par tirage au sort ; ou même par une combinaison de ces deux façons de base.
    Quelle que soit la, ou les façons,utilisée, rien ne nous empêche de nous donner les balises que nous jugeons nécessaires ou souhaitables:le référendum d’initiative populaire, la destitution,l’imputabilité.
    Mais, dans tous les cas, nous devons nous donner des représentants, des porte-parole. À moins de me tromper, bien sûr.
    À tout évènement, j’aime bien votre intervention qui nous amène à fouiller la question.

  • Le Pélican, 2 janvier 2013 22h57

    Monsieur Cloutier , vous écrivez:J’ai expliqué dans un livre de 100 pages comment les leaders du PQ avaient trahi les militants de la base en ce qui concerne l’accession à l’indépendance. Je vous mets au défi de prouver le contraire... et vous n’avez convaincu personne ou très peu de gens , on sent moins d’amertume dans le ton de votre livre que dans vos interventions sur Vigile mais... le problème n’ est pas là ... le problème , c’ est que l’ ensemble des militants péquistes et la population vous devancent dans la compréhension de l`évolution de la stratégie , la population lit mieux entre les lignes que vous ne pouvez le faire...Grosso modo (et encore une fois) 1)on ne dévoile pas sa stratégie à l’adversaire et ...surtout 2) on veut pas de référendum , d’engagement référendaire , de date de référendum ,de contenu de question référendaire ... parce qu’on n’en aura pas besoin...Allez un p’tit effort des neurones...pour vous mettre au diapason de la population .

  • 2 janvier 2013 21h05

    Message à François Ricard

    Un système de gouvernement représentatif, avec toutes les variables possibles, demeure un système de gouvernement représentatif, dans lequel le peuple délègue à des "représentants" le pouvoir de faire des lois en son nom.

    C’est là-dessus que je vous demande de réfléchir. L’argument voulant que la "population n’est pas prête" n’est pas un argument. C’est un prétexte pour ne pas penser et agir.

    Message au Pélican masqué.

    J’ai expliqué dans un livre de 100 pages comment les leaders du PQ avaient trahi les militants de la base en ce qui concerne l’accession à l’indépendance. Je vous mets au défi de prouver le contraire. Mais vous ne le lirez pas évidemment et vous vous en tiendrez aux clichés éculés et aux sophismes. C’est plus facile car cela ne demande pas d’efforts intellectuels et c’est que les dirigeants des partis politiques aiment : de bons petits moutons, ignorants, peureux et bien dociles.

    C’est d’ailleurs pour cela que vous vous cachez derrière un masque. Cela ne demande pas beaucoup de courage.

    Pierre Cloutier

  • Le Pélican, 2 janvier 2013 15h00

    Monsieur Cloutier , vous dites : J’appuie ON pour 2 raisons fondamentales : un parce que leur programme est radical en ce qui concerne l’accession à l’indépendance et deux parce que le programme fait mention d’une constituante pour rédiger une constitution du Québec... Serait-ce plutôt parce que la probabilité d’occurrence d’ON est nulle...? Mêmes les médias canadianisateurs que sont LCN-TVA et RDI ont choisi Françoise de QS pour diviser le vote souverainiste...jugeant le Lider Massimo de Nicolet trop ’drabe’, comme disait Lapierre...Je veux pas vous faire changer d’idée ,je veux comprendre...Et les trente mois de basses attaques contre le PQ et sa cheffe qui ne ’pognait’ pas(157 fois vous l’avez écrit) , et ces propositions farfelues de tandem , de trio et de foursome(tiens !) pour remplacer Marois... elle est PM aujourd’hui... Cette promptitude aussi, à répliquer à l’’infaisabilité’ de toutes
    propositions impliquant l’ ici-maintenant visant la réunification des forces souverainistes et la prise d’action commune(résistance) pour ’shaker’ le Carcan-Nadda... Et cette fuite en avant , pour faire diversion ,parsemée de toutes sortes de propositions niaises ...utopiques .Écrivez Monsieur Cloutier , et des fois,relisez-vous , vous mettant ainsi à l’abri de l’ incohérence .

  • François Ricard l&8217;inconnu, 2 janvier 2013 13h36

    @ m. M. Cloutier
    J’avais, je pense, compris votre message.
    C’est que j’ai l’impression que ce que vous proposez est une véritable révolution et je ne crois pas la population prête, actuellement, à nous suivre dans une telle voie.
    Ma suggestion est donc une version hybride qui permettrait de commencer à faire l’éducation politique de la population. Un premier pas qui nous amènerait à en faire d’autres par après.
    De plus, je vous trouve bien dur envers le système américain que je trouve supérieur au système britannique. Les membres du Congress, représentants comme sénateurs, bien qu’appartenant à un parti politique, ne sont pas tenus à une adhérence stricte à la ligne de parti.
    Le problème avec le système américain est le financement des partis.Le système américain fait une nette distinction des pouvoirs. Malheureusement ils ont perdu le contrôle de leur système à cause des caisses électorales. Eisenhower en 1958 avait averti ses compatriotes que le complexe militaro-industriel était à faire main basse sur leur gouvernement. Tous ses successeurs ont préféré ignorer son avertissement. Aujourd’hui, quand on y regarde de près, les Etats-Unis d’Amérique ne sont plus une démocratie mais une ploutocratie. Tout ce qu’il leur reste est le simulacre électoral qui est dominé par l’argent.

  • 2 janvier 2013 11h40

    Message au Pélican masqué

    Ce que vous faites dans votre court texte, c’est de la petite politique partisane de merde et je ne tiens absolument pas à m’abaisser à ce niveau.

    Je ne suis pas un fan des partis politiques. J’appuie ON pour 2 raisons fondamentales : un parce que leur programme est radical en ce qui concerne l’accession à l’indépendance et deux parce que le programme fait mention d’une constituante pour rédiger une constitution du Québec.

    Je souhaite tout simplement que cette constituante soit tirée au sort et que la constitution soit écrite PAR et POUR les citoyens et non pas PAR et POUR les élus.

    Une vraie constitution citoyenne. Voir ici : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/

    Le reste ne m’intéresse pas du tout.

    N’essayez pas - tout péquiste étroit - un péquistois - que vous êtes - de me prendre en défaut avec ON. Vous ne le pourrez pas.

    ON est là pour amener le peuple québécois à l’indépendance et doter le Québec d’une constitution - je l’espère - citoyenne.

    S’il dévie de ces 2 objectifs fondamentaux, je le combattrai autant que je combats le PQMarois qui a trahi la cause de l’indépendance depuis belle lurette.

    Je ne suis pas un fan des partis politiques et des politiciens professionnels. Je suis pour l’indépendance de la patrie apc et pour le pouvoir citoyen - la démocratie exemplaire.

    Si vous voulez jouer dans les bas-fonds de la petite politique partisane provinciale, comme spectateur et comme citoyen voyeur et impuissant, c’est votre problème. Pas le mien.

    Pierre Cloutier

  • 2 janvier 2013 11h26

    Message à M. Ricard

    Je ne veux pas affirmer que vous n’avez rien compris, car vous me traiteriez d’impoli. Alors je vais vous dire de relire tout simplement mon texte et celui qu’a envoyé Serge Charbonneau et de vous rendre sur le site d’Étienne Chouard ici : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/ pour comprendre ce qu’est une constitution citoyenne et faire la différence entre le système de gouvernement REPRÉSENTATIF dans lequel nous vivons et la démocratie DIRECTE et le TIRAGE AU SORT.

    C’est de cela dont il est question et rien d’autre. Il ne s’agit pas de comparer les différentes formes de gouvernement représentatif mais d’expliquer et surtout de bien comprendre les différences entre le gouvernement représentatif (l’élection), le référendum d’initiative populaire (la démocratie directe) et le tirage au sort.

    Il ne s’agit pas uniquement de séparer les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire - on peut aussi ajouter le pouvoir médiatique et le pouvoir financier - mais se demander qui contrôle ces pouvoirs et au profit de qui.

    La démocratie c’est le pouvoir du peuple, par et pour le peuple. Où est le pouvoir du peuple dans le gouvernement représentatif, sauf celui de voter (élection) une fois à tous les quatre ans, pour choisir ses maîtres ?

    Pour faire plus simple pour que vous compreniez, je suis favorable à ce que François Ricard - le citoyen - ait la chance au moins une fois dans sa vie d’être tiré au sort pour exercer un mandat court (1 an ou 2) et non renouvelable au sein d’une Chambre citoyenne de l’Assemblée nationale du Québec avec pouvoirs de surveillance et de contrôle sur les élus.

    Actuellement, le citoyen ne participe à aucune des décisions qui le concernent et qui l’affectent dans la vie de tous les jours, sauf celui de voter une fois à tous les 4 ans, pour des candidats choisis par les partis politiques, qui une fois élus font ce qu’ils veulent en attendant l’autre élection.

    Pour faire encore plus simple, disons que le pouvoir décisionnel d’une nation ne doit pas être entre les mains de politiciens professionnels comme maintenant - une petite élite privilégie - mais entre les mains "d’amateurs" comme vous et moi, c’est-à-dire les citoyens, avec leur expérience de la vie, qui valent bien celui des politiciens professionnels.

    Le peuple n’a pas besoin d’intermédiaires qui le trahissent constamment en servant leurs intérêts particuliers - leur carrière - au détriment souvent du bien commun.

    C’est cela la démocratie. Le pouvoir du peuple, par et pour le peuple.

    Et je vous prie : ne me citez pas la démocratie à l’américaine, la pire qui soit pour maintenir le peuple bien éloigné des décisions qui le concernent.

    Avez-vous compris ? Je ne vous demande pas si vous êtes d’accord ou pas. Je vous demande tout simplement si vous avez compris comme il faut la différence entre le gouvernement représentatif et la vraie démocratie, où le peuple exerce le pouvoir sans intermédiaires.

    Car, il ne faut pas se faire d’illusion : le gouvernement représentatif n’a jamais été celui des pauvres mais celui des riches, des possédants et des privilégiés.

    Pierre Cloutier

  • Un papa québécois, 2 janvier 2013 09h15

    Voilà 18 ans...

    18 ans que je joue à ce jeu...

    Seulement 18 ans... et déjà...

    Je ne peux détourner mon regard de ce jupon... sale et crotté qu’on a bien tenté de cacher sous cette belle robe appelée "Modernité".

    Tout est dans le jupon...

    En plus y’est taché... pis y pu.

    Qu’est-ce que le jupon...?

    Notre histoire dans toute son intégralité.

    Bonne Année 2013 Fils & Filles de jupon.

    Misécorde à tout les faux-aveugles.

    Jusqu’à nouvel ordre.

  • François Ricard l&8217;inconnu, 2 janvier 2013 06h15

    Une gouvernance véritablement démocratique fait une nette différence entre les trois pouvoirs : législatif, exécutif et juridique. C’est la raison pour laquelle j’aime bien le système américain dont nous pourrions nous inspirer.
    Le Congress est constitué de la Chambre des représentants et du Sénat.
    Nous pourrions avoir un président, chef de l’exécutif élu au suffrage universel, une Assemblée nationale élue à la proportionnelle et un Sénat formé par tirage au sort.
    Et bien sûr le financement public des partis.

  • Le Pélican, 1er janvier 2013 23h27

    Monsieur Cloutier , vous dites : Option Nationale aura mon vote tant qu’il mettra de l’avant ces 2 principes : indépendance et démocratie citoyenne exemplaire...Démocratie citoyenne exemplaire...!!!??? Et bien , vous étiez pas sur les médias sociaux...car ON avec quelques dizaines de sympathisants ont voulu se faire passer pour des dizaines de milliers ...qu’ ils ont utilisé des sondages biaisés...qu’ils se sont auto-proclamés en avance...qu’ Aussant a été proclamé le politicien le plus populaire du Québec avec une longueur d’avance sur tous les autres...tentant par là de créer une ’vague’(tordant)...à ce qu’il parait , ils ont gagné la bataille des médias sociaux et ...récolté 1% du vote populaire et le Grand Timonnier de Nicolet a perdu son comté...Toutes les contorsions avec la vérité , toutes les tentatives de manipulation que j’ai vues là , Monsieur Cloutier , j’ai 62 ans , et je n’ai jamais vu de ma vie rien d’aussi tordu , d’aussi scabreux ...

  • 1er janvier 2013 22h45

    Message à Serge Charbonneau

    C’est tout à fait cela que j’essaie simplement de faire comprendre aux gens ici sur Vigile.

    On est tellement habitué à décrire le système dans lequel on vit comme LA "démocratie" qu’on ne peut même pas imaginer qu’il puisse exister quelque chose d’autre.

    De façon concrète et pour donner un exemple, j’aimerais mieux vivre dans un Québec, où un Barberis-Gervais, un Marcel Haché, une Marcelle Viger, une Lise Pelletier ou n’importe laquelle ou lequel d’entre nous pourrait être tiré au sort pour une période d’une année ou deux, sans renouvellement de mandat, pour faire partie de l’Assemblée nationale du peuple québécois, que de voter pour des arrivistes, des opportunistes et des carriéristes.

    Les citoyens "ordinaires" auraient ainsi la chance d’être choisis au moins une fois dans leur vie - s’ils sont volontaires évidemment - pour avoir l’honneur et le privilège de devenir des législateurs en ayant comme seule ambition de servir le bien commun et non leurs intérêts personnels.

    Me semble que c’est facile à comprendre. Cesser d’être confiné, comme citoyen, au rôle de spectateur pour devenir acteur de la "res publica", qui est, le plus noble idéal qu’on peut avoir sur terre.

    En tout cas, c’est une belle utopie.

    Pierre Cloutier

  • 1er janvier 2013 22h39

    Le tirage au sort m’apparaît être la seule méthode permettant de désigner une assemblée représentative. Ses modalités opérationnelles restent à discuter mais Étienne Chouart travaille fort pour nous proposer un modèle praticable. Tous ceux qui retirent des privilèges dans le maintien du système des partis s’opposeront forcément au tirage au sort, car ce mode de justice implacable rendrait infiniment plus difficile les combines petites et grandes.

    L’informatique n’a pas de parti pris, si elle est utilisée comme moyen pour faire advenir une démocratie authentique, impossible jadis faute des techniques, elle aura servie la cause du progrès. Sinon elle servira à réduire les masses dans la misère et la subordination au profit de l’oligarchie mondiale. C’est malheureusement cette dernière tendance qui se profile lourdement sous nos yeux en ce début de 2013, il nous faut la renverser. Faire la promotion de l’élection par tirage au sort c’est de la dynamite, on peut expliquer beaucoup de choses à partir de là, en particulier l’absence de démocratie (qui est en fait manipulation et démagogie) qui caractérise notre monde moderne.

    GV

  • Serge Charbonneau, 1er janvier 2013 21h17

    La démocratie : Le "pouvoir du peuple"

    Les assemblées parlementaires sont l’épine dorsale de la démocratie telle qu’elle existe actuellement.

    L’assemblée parlementaire est une représentation trompeuse du peuple, et les régimes parlementaires constituent une solution tronquée au problème de la démocratie.

    L’assemblée parlementaire se présente fondamentalement comme représentante du peuple, mais ce fondement est, en soi, non démocratique, parce que la démocratie signifie le pouvoir du peuple et non le pouvoir d’un substitut...

    Le fait même de l’existence d’une assemblée parlementaire signifie l’absence du peuple. Or la démocratie véritable ne peut s’établir que par la participation du peuple lui-même et non au travers de l’activité de ses substituts.

    Les assemblées parlementaires, en excluant les masses de l’exercice du pouvoir et en usurpant la souveraineté populaire à leur profit, sont devenues un écran légal entre le peuple et le pouvoir. Il ne reste au peuple que cette apparence de démocratie qu’illustrent les longues files d’électeurs venant déposer dans l’urne, leur bulletin de vote.

    Afin de mettre à nu la réalité de l’assemblée parlementaire, il nous faut rechercher d’où elle vient.
    Elle est soit élue dans des circonscriptions électorales, soit constituée, dans un parti, une coalition de partis, par désignation. Mais aucun de ces moyens n’est démocratique, car la répartition des habitants en circonscriptions électorales signifie qu’un seul député représente, selon l’importance de la population, des milliers, des centaines de milliers, ou des millions de citoyens.

    Cela signifie aussi que le député n’est pas attaché par un lien organique populaire avec les électeurs, puisqu’il est considéré, selon la thèse de la démocratie classique, comme le représentant de tout le peuple au même titre que les autres députés. Dès lors, les masses se séparent définitivement du député, et le député se sépare définitivement des masses. Car dès qu’il est élu, il usurpe leur souveraineté et agit à leur place...

    La démocratie classique, actuellement dominante dans le monde, revêt les membres des assemblées parlementaires d’une respectabilité et d’une immunité qu’elle dénie au simple citoyen.

    Cela signifie que les assemblées parlementaires sont devenues un moyen d’usurper et de monopoliser le pouvoir du peuple.

    C’est pourquoi il est aujourd’hui du droit des peuples de lutter à travers la révolution populaire, en vue d’éliminer ces instruments de la monopolisation de la démocratie et de la souveraineté, que sont les assemblées parlementaires, qui usurpent la volonté des masses. Il est du droit des peuples de proclamer un nouveau principe : "Pas de substitut au pouvoir du peuple."

    Lorsque l’assemblée parlementaire est formée à la suite du succès d’un parti aux élections, elle est l’assemblée du parti, et non l’assemblée du peuple, elle représente un parti et non le peuple.

    Et le pouvoir exécutif détenu par l’assemblée parlementaire est le pouvoir du parti vainqueur, et non le pouvoir du peuple.

    Il en est de même de l’assemblée parlementaire au sein de laquelle chaque parti dispose d’un certain nombre de sièges ; les titulaires de ces sièges sont les représentants de leur parti et non ceux du peuple, et le pouvoir émanant d’une telle coalition est celui des partis coalisés et non le pouvoir du peuple.

    Dans de tels régimes, le peuple est la proie pour laquelle on se bat. Il est alors abusé et exploité par ces appareils politiques qui se combattent pour parvenir au pouvoir, pour arracher des voix au peuple tandis que celui-ci s’aligne en files silencieuses, qui se déroulent comme un chapelet, afin de déposer des bulletins dans les urnes de même qu’il jetterait des papiers dans une poubelle...

    C’est cela la démocratie classique qui domine le monde entier, qu’il s’agisse de régimes à parti unique, de régimes bipartites ou multipartites, ou même sans parti ; ainsi il apparaît clairement que "la représentation est une imposture".

    Quant aux assemblées qui se forment par la désignation ou la succession, elles
    n’ont aucun aspect démocratique.

    Étant donné que le système des élections des assemblées parlementaires repose sur la propagande pour attirer les voix, c’est donc un système démagogique au vrai sens du mot. Il est possible d’acheter et de manipuler les voix.

    Alors que les plus pauvres ne peuvent être au cœur des luttes électorales : ce sont toujours et seulement les riches qui gagnent les élections !

    Ce sont les philosophes, les penseurs et les écrivains qui se sont faits les avocats de la théorie de la représentation parlementaire, au temps où les peuples étaient ignorants et menés comme des troupeaux par les rois, les sultans et les conquérants... L’aspiration ultime des peuples était alors d’avoir un mandant pour les représenter auprès des gouvernants. Mais cette aspiration même était rejetée. C’est pour réaliser cette ambition que les peuples ont péniblement et longuement combattu.

    Il n’est donc pas raisonnable que maintenant, après la victoire de l’ère des républiques et le commencement de l’ère des masses, la démocratie soit seulement l’apanage d’un petit groupe de députés devant agir au nom des masses. C’est une théorie surannée et une méthode dépassée. Le pouvoir doit être entièrement celui du peuple.

    Les plus tyranniques dictatures que le peuple ait connues se sont établies à l’ombre des assemblées parlementaires.

    Ce texte rédigé sans nul doute à la suite d’une longue analyse et d’une longue réflexion, n’est pas de moi. Et je préfère le présenter sans la signature de son auteur pour que seul son discours pousse la réflexion.

    Serge Charbonneau
    Québec

  • Serge Charbonneau, 1er janvier 2013 16h54

    « La démocratie représentative est-elle une imposture ? »

    OUI.
    Et ce, de plus en plus parce que de moins en moins représentative.

    Serge Charbonneau
    Québec

  • 1er janvier 2013 12h43

    Message au Pélican masqué

    Je ne fais pas de politique professionnelle provinciale. Cette politique-là ne m’intéresse pas même si je suis obligé de la subir. Je préfère LE politique à LA politique et les idées à la partisannerie moutonnière et bêbête.

    Je cherche, je fouille, je m’interroge, je propose, je doute et j’exprime ma colère. Si c’est trop pour vous, vous n’avez qu’à pas me lire. Cela me dérange pas tout. Je n’ai pas besoin du regard des autres pour vivre.

    Pierre Cloutier

  • Le Pélican, 1er janvier 2013 10h16

    Et...et,pour ce qui est de l’ici...!!!?... le maintenant...!!!???

  • André Meloche, 31 décembre 2012 17h23

    Ça fait plus de vingt ans que je me méfie, surtout après la lecture de Derrida (Otobiographies. L’enseignement de Nietzsche et la politique du nom propre), texte écrit pour la commémoraison du bicentenaire de la constitution américaine. Il faut être complètement sénile pour donner dans ce genre de carcan...

  • Léon, 31 décembre 2012 15h28

    La démocratie dans son ensemble est une imposture, car elle sera toujours la dictature de la majorité et le Québec étant minoritaire subira toujours la dictature de la majorité canadienne. Ensuite, avec la démocratie au Québec, les indépendantistes subiront sans cesse la dictature de la majorité fédéraliste . L’idéal serait que les indépendantistes se séparent des fédéralistes en s’érigeant un gouvernement parallèle indépendantiste.

  • oscar fortin, 31 décembre 2012 13h56

    M. Pierre Cloutier, vous n’avez jamais aussi bien dit :

    "le peuple québécois aliéné à un double niveau, par une constitution canadienne qu’il n’a jamais votée et par une constitution rédigée par les maîtres et (...)"

    Je vous souhaite une Bonne et Heureuse années 2013, avec de la santé pour nous accompagner dans cette longue marche vers notre indépendance politique et économique.

    Oscar Fortin

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Tribune libre de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
22 128$  37%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 28/10 Marc Potvin : 200$
  • 28/10 Anonyme : 50$
  • 28/10 Gaston Fluet : 200$
  • 28/10 Denis Lavoie : 150$
  • 27/10 André Baril : 50$
  • 24/10 Pierre Grandchamp : 25$
  • 24/10 Angèle Larocque : 10$
  • 24/10 Linda Rivard: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!