Plan Nord

La « balloune » se dégonfle

Qui est-il vraiment ? - DANGER

Tribune libre de Vigile
samedi 14 mai 2011
46 464 visites 23 messages


« Vous comprendrez, en lisant ce texte, que je suis obligé de dire que tout cela est le fruit de mon imagination... » - Michel


PM Charest : Qui est-il vraiment ?


Bref retour sur sa bio


D’entrée de jeu, clarifions une chose, le nom réel du PM Charest, selon son certificat de baptême, selon son diplôme universitaire et ses mentions à la Chambre de Communes est : John James Charest, et non Jean Charest. Il a opté pour se « faux » prénom francophone afin de mieux séduire les québecois en politique. Cela suppose que ses aptitudes de manipulateur ne sont pas d’hier… De plus, sur des sites officiels du gouvernement du Canada, la version anglophone donne John James et la version francophone donne Jean J. Charest. [voir article ]

John-John, comme l’appelait affectueusement sa mère, est initié très jeune aux entourloupettes des rouages politiques. Sa famille aisée, établit à Sherbrooke depuis des générations, a toujours œuvré de prêt ou de loin dans le monde politique. Son grand-père, en 1933, faisait partie de l’organisation de Maurice Duplessis — Oui-oui ce Duplessis qui a dit : « Un peuple ignorant est plus facile à gouverner ». Son père, Claude « Red » Charest, était quant à lui, un conservateur de longue date, mais ne sera pas aussi actif que son fils John-John. Mais souvent le fils réalise les rêves et les projets non-aboutis du père…


John-John est élevé dans un milieu tout à fait bilingue et biculturel, sa mère Rita qui est anglophone – Rita Leonard (pas Léonard) – Choisit son prénom – John James — et lui transmet sa culture. John-John sera très près de sa mère. Cette dernière décède lorsqu’il a 18 ans.


John James Charest fait son droit à l’université de Sherbrooke et est reçu au Barreau du Québec en 1981. Comme avocat, il ne pratiquera que pendant trois ans (ne plaidant que huit causes devant les tribunaux). Il fait très tôt son entrée en politique – Sous les recommandations de son père ? — derrière l’équipe de Joe Clark, puis de Brian Mulroney, en pleine ascension à cette époque, qui deviendra son mentor. On sait qu’à l’époque, Mulroney était appuyé, moralement et financièrement, par la famille Desmarais — Mulroney avait travaillé pour Desmarais en 1972 dans le conflit de La Presse [voir article]. Charest se retrouve au bon moment, au bon endroit, il sera très tôt initié au système d’ingérence et de pouvoir parallèle du clan Desmarais.


On se rappelle que Brian Mulroney, [voir article ] Premier ministre et chef conservateur, devint le député de Charlevoix, le fief de la richissime famille Desmarais, – Domaine démesuré à Sagard, et luxueuses maisons secondaires à Pointe-aux-pics, tout près de la Malbaie— famille plus influente que jamais dans les rouages de la politique canadienne – sans parler de leur poulain européen, Sarko.[voir article]


Charest, un fédéraliste bien enraciné


Donc, en 1984, à l’âge de 26 ans, Charest se fait élire dans Sherbrooke. Il occupera plusieurs ministères sous le gouvernement Mulroney. Brian Mulroney démissionnera sous une pluie de scandales. Kim Campbell devient chef du parti en 1993, mais suite à la vague libérale de Jean Chrétien en octobre 1994, elle démissionnera et Charest deviendra alors le chef de ce parti progressiste conservateur. Un parti décimé, complètement à terre avec seulement deux députés élus, dont lui-même. Charest aura été élu en 1984 sur la vague Mulroney, et terminera sa carrière fédérale sous la vague Chrétien.

Alors pourquoi redevient-il un politicien vedette ?


Les Desmarais ne pouvant rien faire pour sauver Mulroney, – opinion publique trop contre lui à cause des scandales – ils utilisent le bras droit du Trudeau, Jean Chrétien, le petit gars de Shawinigan, pour garder les rennes du Canada, et surtout veiller à ce que le Québec reste ce qu’il est : un peuple dépendant et facilement contrôlable. On sait qu’André Desmarais, fils de Paul, est marié à la fille de Jean Chrétien, on reste alors encore en famille.


Le petit Charest, avec ses grandes ambitions et toujours fidèle à mon oncle Paul, — comme un scout à son chef — a un potentiel qui doit être utilisé (biculturel, bilingue parfait, fédéraliste invétéré, anti-souverainiste mesquin). Mais lui, en qui le Canada ne croit plus, qui a fait élire 2 députés avec son parti conservateur décimé : Comment le ramener au premier plan de l’arène politique, et regagner la confiance du Canada anglais et des fédéralistes québecois ?


Desmarais, par l’entremise de Chrétien, lui donne sa dernière chance : faire triompher, au référendum de 1995, le camp du NON. Charest devient le vice-président du comité du Non – Monsieur Canada, au coté de Daniel Johnson (fils), un autre employé (avocat) du clan Desmarais.


On connait la suite, le plan Desmarais fonctionne, le camp du NON – avec la complicité de Jean Chrétien (commandites, Option-Canada, etc.) – vole le référendum de 1995 par des miettes, et John James Charest devient, aux yeux du Canada anglais et des fédéralistes « le Sauveur du Pays : Saint-James » comme l’appelaient certains !


Charest gagne alors son pari, et remplit toutes les exigences de mon oncle Paul… Il ne reste plus qu’à le transférer du bon coté ou il sera plus utile aux vrais dirigeants du pays : Le clan Desmarais. Promesse tenue, redevances obligent, Charest fait le saut – sous le$ recommandation$ de mon oncle Paul [Pont d’Or] – au Parti Libéral du Québec..! Pour le clan Desmarais, le contrôle devient parfait, Charest au Québec et Chrétien à Ottawa. John James, à qui l’on permet de réaliser ses rêves politiques, devient alors une pièce intéressante et redevable sur l’échiquier. Il ne reste plus qu’à le garder en place le plus longtemps possible pour qu’à son tour il soit rentable (il faut que l’ascenseur revienne)…


Parenthèse sur le Clan Desmarais [voir article] - [voir article]


La définition du POUVOIR et la « PHILOSOPHIE » du clan Desmarais :


Le pouvoir est la capacité d’imposer aux autres sa vision de la réalité.
Pour Les Grands Maîtres, le pouvoir « canadien-anglais » est sa capacité d’imposer à la minorité francophone sa vision de la réalité.
Diane Francis journaliste économique « Paul Desmarais n’a pas réussi parce qu’il le méritait, mais parce qu’il était un canadien- français minoritaire qui a bénéficié de largesses inaccessibles à d’autres »
Peter C. Newman « Pour les capitalistes canadiens, Paul Desmarais a valeur de symbole… … ils lui ont ouvert des portes dans le but de protéger leurs intérêts. »
[lire la suite…]


Nous voyons le pouvoir de la famille Desmarais [Pour ceux qui aiment le suspens]


Donc, si nous suivons bien les successions d’engrenages et les ramifications parallèles politiques du clan Desmarais, nous retrouvons en ordre chronologique, les Premiers ministres « chapeautés » par Paul Desmarais Sr et cette famille influente : (leurs marionnettes)


Au fédéral :

-  Daniel Johnson (père)

-  Pierre-Eliott Trudeau

-  Brian Mulroney

-  Jean Chrétien (sa fille est mariée à André Desmarais, le fils de Paul)

-  Paul Martin (ami et employé cadre supérieur de Paul Desmarais )

-  Stephen Harper ? (On sait que Desmarais a de gros intérêts financiers dans les pétrolières de l’ouest)

Au provincial :

-  Robert Bourassa

-  Daniel Johnson (fils)

-  John James (Jean) Charest

Pour ne nommer que ceux-là...

Le Pont d’Or (extrait du journal le Devoir du 12 mars 2008)


[Début de l’extrait]

Le salaire caché de Charest : entente privée, clame le PLQ..!


Le Parti québécois a attaqué seul sur cette question hier, puisque l’Action démocratique verse aussi un « salaire » de 50 000 $ à son chef depuis le mois de mai. Le leader du Parti québécois, François Gendron, doyen de l’Assemblée nationale, a soutenu qu’il n’avait jamais vu une pareille chose et a prévu qu’elle éclaboussera les rangs libéraux : « Comment le premier ministre du Québec, comme chef de parti et premier ministre du Québec, peut-il donner son aval à une telle pratique sans réaliser que, ce faisant, il laisse planer d’énormes soupçons sur sa propre intégrité et sur celle de tout son conseil ? », a-t-il demandé. M. Gendron s’est aussi scandalisé que l’ancien président du PLQ Marc-André Blanchard ait présenté la rémunération supplémentaire au chef libéral comme un mécanisme pour éviter la corruption, « pour protéger et s’assurer de le mettre à l’abri contre toute pression indue », selon les mots de M. Blanchard.


Le whip péquiste Stéphane Bédard a demandé pour sa part « combien il a reçu au total sur 10 ans et sous quelle forme ». Au PQ, on se demandait aussi pourquoi le premier ministre avait attendu 10 ans, et le reportage de TVA du journaliste Robert Plouffe, pour faire état de cette entente (par un communiqué diffusé hier à 5h du matin).


[Fin de l’extrait du Devoir]


Aujourd’hui, avec toutes les recherches qui ont été fait, nous pouvons affirmer que Charest fut plus que très bien payé pour faire le saut en politique provinciale. Il avait fait des « miracles » pour le camp du NON au 1995. Il était perçu, par le Canada anglais et les fédéralistes comme le sauveur du Dominion of Canada…


La famille Desmarais a encore joué un grand rôle dans ce référendum volé de 1995 avec leurs marionnettes : Jean Chrétien, Daniel Johnson, et J.J. Charest. – pour ne nommer que ceux là...


Charest aurait selon certain touché plus de 4 millions de dollars pour faire le saut en politique provinciale et devenir chef du parti Libéral du Québec, au service entre autres, du Clan Desmarais - Équivalent figuratif : Charest un « agent secret du clan Desmarais ». Voir l’article de Patrick Bourgeois, un texte bien étoffé sur le sujet paru en le 30 octobre 2006.

Même l’ambassadeur américain s’interroge sur l’influence du clan Desmarais au Québec..! Donc, preuve n’est plus à faire que John James Charest est un « employé », qui gouverne le Québec, ayant comme « patrons parallèles » Les Grands Maîtres : Le clan Desmarais.

Pont d’Or > Plan OR > Plan Nord


Charest, bon gradué de l’Université des Grands Maîtres, nous arrive en 2009 avec ce fameux projet du Plan Nord. Que doit-on penser..? Le petit Charest a très jeune été habitué aux gâteries des Messieurs, et ces messieurs ne l’ont pas déçu. John-John voit alors le Plan Nord comme un Plan OR, semblable en pont d’Or… Telles les « magouilles » entre lui et Normandeau concernant Hydro-Québec, Anticosti et Petrolia (Desmarais). Charest rêve d’un plus grand coup et tente le tout pour le tout avec son projet du Plan Nord : soit donner le nord québecois, nos ressources NON-RENOUVELABLES, aux plus offrants..!


Ha, le concept est excellent en soi..! Mais la gestion de ce projet par ce gouvernement « vendu », et habitué au retour d’ascenseur par les Grands Maîtres, ruinera le Québec, et les générations à venir. On parle d’investissement du gouvernent – nos deniers publiques – de 2.1 G$ sur 5 ans (plusieurs appellent déjà cela des subventions cachées aux minière). On achète les Premières Nations avec 500 logements, on leur promet des jobs (au salaire minimum ?) ; On crée une Société du Plan Nord, qui servira « sûrement » de filtre libéral quant à l’attribution des contrats secondaires… Le PLQ, Charest et Normandeau en tête, nous font un gros « show de boucane » télévisuel et nous annoncent, pour nous séduire, des revenus, des redevances pour le Québec de 1.4 G$ sur les cinq prochaines années…


Charest, ce manipulateur invétéré, spécialiste du louvoiement, ayant été à la bonne école, un homme pour qui le Québec ne représente qu’une province de second ordre à exploiter – comme ses mentors lui ont bien appris – s’apprête à donner nos ressources non-renouvelables à ses « vrais » patrons. Ce dernier veut faire vite, car il sait qu’il gouverne sur du temps emprunté – à peine 20% de la population l’appui actuellement. Il s’autoproclame « Grands Bâtisseur » (autoritarisme), et tente de nous faire avaler une grosse couleuvre en nous disant que ce sera le projet d’une génération… Oui, deux, et même trois générations mettront des décennies à se remettre de ce « Plan_Or » de ce PM déchu. Charest passera à l’Histoire pour avoir été le 1er Premier ministre du Québec ayant eu une pétition signée par un quart de millions de québecois demandant sa démission. Il passera aussi à l’Histoire comme étant le Premier ministre le plus « nébuleux » du Québec s’étant toujours obstiné à une commission d’enquête publique sur la construction (collusion-favoritisme-corruption-etc.) tellement réclamée par le peuple, les villes, les syndicats, etc. Pourquoi ? Est-ce que ces mêmes bailleurs de fonds et ces mêmes entreprises auront aussi une part majoritaire des contrats du Plan Nord..?


Charest agit comme un joueur compulsif, qui s’apprête à jouer le tout pour le tout, mais avec nos sous..!

Plan Nord : La « balloune » se dégonfle…


Et pour couronner le tout, deux jours après l’annonce de Charest, à grand coup de clairons et trompettes, que le Plan Nord rapportera au Québec sur 5 ans près de 1.4 G$ en redevances – chiffres annoncés par lui et Normandeau – on apprend, suite aux calculs de l’opposition, que cette « balloune » se dégonfle de 12 fois minimum – et le ministre libéral des finances Raymond Bachand le confirme. Encore une fois Charest aura tenté de jouer avec les mots et de faire ce qu’il a toujours fait depuis des lunes : se foutre des québecois..! Si on regarde tout cela de près : un Plan pas de plan, des chiffres « floués », un discours de « poudre aux yeux » pour nous leurrer, des annonces « à la Hollywood » pour nous endormir, et tout ce cirque pour finalement mieux nous faire avaler, que le nord québecois sera donné à rabais… sous nos yeux, à la méthode Charest..!

Agissements concertés


Nous savons tous que les perspectives financières de ce projet pourraient être excellentes pour le Québec, si les minières et les diverses entreprises impliquées sont bien encadrées. Il faut s’assurer que les retombées économiques seront réelles pour le Québec. En ce sens, la création d’un commissaire – un vérificateur — au Plan Nord, est absolument nécessaire. Il faudrait aussi une part plus active de l’état avec l’industrie, un partenariat obligatoire pour s’assurer un retour équitable des revenus pour le Québec. N’oublions pas que ces ressources ne sont pas renouvelables...! Il est donc primordial que le Québec s’assure de sa juste part, ces richesses nous appartiennent. De plus, le gouvernement devrait obliger et insister pour que la transformation des ces ressources est lieu en sol québecois (secteur secondaire). En agissant ainsi on s’assurerait, en plus de redevances équitables, de retombées économiques substantielles pour le Québec. Il ne faut surtout pas que notre sous-sol soit vidé, et expédié ailleurs, comme le souhaite Charest. Cela serait désastreux pour l’avenir économique du Québec.


D’autre part, ces minières devraient s’engager à « prévenir et nettoyer leurs dégâts », c’est-à-dire avoir une conscience environnementale pour ne pas répéter les erreurs du passé – montagnes de résidus miniers polluants et dangereux pour la santé, lacs et cours d’eau pollués et morts à jamais (ex : les lacs « d’eaux rouges » en Abitibi), contaminations humaines et animales aux métaux lourds, etc.

Certains diront que si nous exigeons trop de contraintes face aux minières, cela fera fuir l’industrie. Mais voyons cela d’un autre œil : Premièrement, les industries qui fuiraient, face à de telles exigences, confirment directement leur irresponsabilité envers les générations à venir. Deuxièmement, vaut mieux avoir moins d’industries, mais avoir des partenaires responsables et s’assurer d’un partage et de retombées économique équitables pour l’avenir du Québec.


Nous savons que notre PM Charest se soucie très peu de telles mesures. Il est prêt à laisser « débarquer » n’importe qui ici avec leurs gros sabots, et vider notre sous-sol de ses ressources. De là, il y a danger ! De plus, Charest ne veut pas de débat sur le montant réel des redevances, car le montant qui reviendrait au Québec serait minime, une fois les ristournes et les divers crédits et largesses fiscales appliquées à ces redevances. Certains économistes parlent d’à peine 2% de retour réel au Québec..! Si l’on déduit à cela l’investissement (subvention) promis par Charest en infrastructure (routes, port, logements,…), soit 2,1 milliards sur 5 ans, alors ce projet, à court et moyen terme, pourrait même être déficitaire pour le Québec… restons vigilants ! Charest ne travaille pas pour le Québec, souvenons-nous de son parcours, il travaille pour ses Grands Maîtres.

Explications plausibles : Rumeurs des coulisses


Nous savons que le conglomérat multinational indien,Tata Group – appartenant à Ratan Tata (Tata Steel, Tata Motors, Tata Indicom, Tata Institute of Social Sciences, Tata Communications, TATA Industries, Tata …) cette richissime et multimilliardaire compagnie, et ses multiples filiales, est de plus en plus impliquée dans divers projets québecois. Ex : Tata Steel sera un joueur important dans le projet Plan Nord, entre autres, dans l’exploitation du minerai de fer de la région de Schefferville.


Rappelons-nous aussi, Charest a annoncé aux québecois, il y a peu longtemps, qu’il « insistera » pour que le Québec ait un pourcentage d’autos électriques minimum en circulation sur nos routes (d’ici 2020). Cela parait bien au niveau environnemental, je suis d’accord. Mais, qui est un gros fabricant de ces autos électriques de nouvelle génération ? Tata Motors, encore une filiale de ce Tata Group. - Tata Institute of Social Sciences, est impliqué aussi dans des projets avec l’Université McGill… Tata est partout, et si nous fouillons plus loin, nous trouvons qu’André Desmarais – Bon ami de J.J. Charest – siège avec Ratan Tata sur le JP Morgan Chase & Co.’s international council, les liens sont là, et 1 + 1 = 2 ! Des rumeurs courent que Charest ferait de son Plan OR (comme son Pont d’Or), son « assurance retraite ». En cédant les richesses du Québec à petit prix, il s’assurerait d’un job très payant comme cadre supérieur pour la richissime Tata Group et du même coup, d’une retraite dorée !


Quand on se recule, et que l’on regarde la vue d’ensemble de son parcours, nous constatons que Charest est un opportuniste, un égocentrique, et que rien ne peut arrêter cet homme pour favoriser son propre sort. Il semble un danger pour la survie du Québec… Réfléchissons !

Michel Dion
http://twitter.com/iiibooo
PS : Article complet : www.malys.ca
Voir aussi : http://goo.gl/dKq4d et http://goo.gl/5nfHP

Commentaires

  • Réjean Roy, 1er juillet 22h37

    Pourquoi avoir conclu que Charest est un opportuniste et un égocentrique...Pourquoi hésiter à le qualifier de ce qu’il est vraiment...UN TRAÎTRE...ET UN ESCROC...

  • paulblais, 30 juin 22h58

    Un peuple ignorant est plus facile a gouverner...On en est rendue la .que dire de plus..Les jeunes generation a venir ,et celle présentement .pour eux ,l,histoire n,importe peu ...nous allons etre assimiler comme l,ont été les peuples autoctonnes.....Qui des jeune générations connaisse l,histoire de ses peuples.....

  • Philippe Martel, 30 juin 05h13

    Il y a une grosse erreure.

    Daniel Johnson était au provincial et non au fédéral.
    Il a été chef de Union National au tout début et premier ministre du Québec.

    Le reste de article me semble bon.

  • Félix, 9 août 2012 22h25

    C’est excellent ! Merci beaucoup !

  • griggs mysterium - facebook , 1er août 2012 23h03

    Votez libéral, pour que la machine leur pete dans face !!! Parceque si on rammene l’harmonie et la paix (modérer) le changement sera plus long !!!
    Moi je vote pour Jean Charest !!!! Et vous faite de même s.v.p. !!! (parceque les mains sur le volant et la pédale dans l’fond on peut juste pogner le champs !!)

    Depuis que j’ai vue le clip de (David Icke) (les 30 premieres minutes sont merveilleuse), que l’oppresseur fait de plus en plus et de plus en plus trop pour controler, qu’il y aura un éveil de consience. Tsé une claque dans face qui reveillera le monde entier !!! pas calmer le jeux, mais plutot leur donner un char sport qui peut monté a 400km/h avec ben du gaz dedans pis une belle paire de gant sport, pis leur dire bonne route pis roule pas trop vite ( pour, comme un gars pas de tete pis trop fiere, pogne le champs d’aplomb !!!!!

    Vive Jean Charest j’avais juste pas compris ce qui se passait, vas-y mon grand montre nous ce que tu peux faire, pas game pas game !!!

    Tu vas voir, il va passer en char rapidement (élu), tu vas etre triste toi, mais moi je vais lui dire GOGOGO plus vite plus vite plus vite !!!! Et la ça va faire mal à tout le monde et LÀ l’éveil !

    Mais tsé comme je dis, si on ralentie l’oppression, le changement sera plus long, il a les mains sur le volant, il est heureux, se rend pas compte du mal qu’il peut faire, il veut clancher... La machine va peter lui peter dans face !!! Regarde le clip !!!! sur l’éveil !!!! vraiment faut que ça change et il nous donnera l’exemple lui et les autres qui vote pour lui, l’exemple que ça ne fonctionne pas un systeme comme ça... sinon, la semi-paix vas s’instaler pour 3ans et apres on va se faire varger dedans... souhaites-tu ça vraiment pour les prochaines générations !!!!

    Je vote Jean Charest !!!! (il serait tellement heureux, Charest rentre à 89% des votes !!! La tete lui enflerait tellement, pis il ne voyera pas le piege pantoute !!! Pis PAFFFF

    c’Est l’éveil mondial contre l’opresseur !!!! quand ils auront ramasser l’Argent et que l’argent ne vaut plus rien... qui est le winner !!!! quand la haine et la peur n’existeront plus !!!

    Quand l’entraide sera suppérieur à tout l’or du monde !!!!

    JE VOUS LE DIT JE VOTE LIBÉRAL OU BIEN JE VOTE POUR UN PARTIS QUI LUI BARRERA PAS LE CHEMIN , GOGOGO LES LIBÉRAUX LIBÉRER NOUS DE CE SYSTEME POURRIS !!!

  • Ozwart, 14 mai 2012 16h28

    Voila pourquoi jaime le net
    Combien de media nous a donné un portrait aussi detailler et mettant en lumiere les liens entre jean chareat et les joueurs majeur du monde corporatif.
    Et apres sa les media corporatif propagandiste s en vont prétendre que le journalisme citoyen est une mauvaise chose..... la meilleur joke , une mauvaise chose pour leur propagande oui.

  • Laurent Desbois, 14 mai 2012 09h35

    "Le vrai visage de Pierre Elliot Trudeau"

    http://lesintouchables.com/livre-576-Le-vrai-visage-de-Pierre-Elliott-Trudeau.php

    Voir l’essai à la fois psychanalytique, anthropologique et politique au sujet de ce dernier : "Le vrai visage de Pierre Elliot Trudeau" par François-Xavier Simard, éd. Les Intouchables, 2006. ISBN : 2-89549-217-4.

    Ce médecin conclu que l’hostilité de Trudeau contre la nation Québécoise s’expliquerait par son conflit œdipien et des identifications familiales.

    Vu notre questionnement identitaire, ce livre pourrait être d’une certaine utilité.

  • Laurent Desbois, 14 mai 2012 09h32

    Le premier ministre fédéral libéral , Louis-Stephen St-Laurent (baptisé Louis-Étienne)

  • Michel, 4 mai 2012 17h02

    Merci pour cet article.

    Juste une petite correction, Daniel Johnson (père) a été premier ministre au provincial, pas au fédéral. De 1966 à sa mort en 1968.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Johnson

  • Loraine, 12 novembre 2011 08h13

    Félicitations, un article très éloquent et très bien documenté, nous démontrant encore une fois les ramifications stratégiques des contrôleurs de la richesse de notre pays. Si tous les québécois relisaient un peu l’histoire, ils verraient que Charest comme bien d’autres avant lui ont toujours réussit à nous passer un sapin et qui plus est avec les boules !

  • Félix Pinel, 6 novembre 2011 07h37

    Vous placez Daniel Johnson père dans la liste des politiciens fédéraux à la solde de Desmarais, une double erreur factuelle et historique.

    1-Daniel Johnson père évoluait sur la scène québécoise (provinciale) et non pas fédérale. Il a été député à l’assemblée nationale, chef de l’union nationale et premier ministre du Québec.

    2- Daniel Johnson père n’était pas à la solde de Desmarais bien que ce dernier ait tout fait pour le contraindre. Johnson est le premier parlementaire québécois à parler de l’indépendance avec son livre Égalité ou indépendance. Il n’a pas été au pouvoir bien longtemps, personnellement je crois qu’il a été assassiné, mais c’est une autre histoire. Regardez ses réalisations en très peu de temps au pouvoir et surtout l’étroite collaboration qu’il était à développer avec le général De Gaulle.

    M.Dion pour la crédibilité du reste de votre texte, vous devez retirer Johnson père de votre liste, ne le confondez pas avec ses fils.

  • Gilles, 1er juillet 2011 09h05

    M. Dion.
    Dans mon analyse personnelle du monde politique, j’essaie d’évaluer les gens de facon neutre sans tenir compte de mes convictions.
    Personne n’est entièrement parfait et personne n’est entièrmeent pourri.
    Ainsi, je ne suis pas d’accord avec toutes les décisions de M. Charest mais il en a pris d’excellentes pour les québécois aussi.
    Dès les premières lignes de votre document, vos paroles transpirent la haine envers M. Charest. Est-ce qu’avoir une mère anglophone devrait l’empêcher de respirer l’air du Québec ? Est-ce un péché si une mère québécoise d’origine disons russe donne un nom russe à son enfant ? Vous connaissez comme moi d’ardents séparatistes dont la conjointe est anglophone, et pourtant ce sont eux qui l’ont choisi. Est-ce qu’il serait préférable qu’un John Smith influence les politiciens du Québec au lieu d’un Desmarais.
    Est-ce mal que des investisseurs étrangers s’intéressent au Québec.
    Je n,ai pas lu tout votre document car il est teinté de haine et de parti pris. J’aime les analyses neutres et véridiques qui me présentent les deux coté d’une médaille.
    Salut et cessez cette désinformation SVP
    Gilles

  • ques d&8217;emplois, 20 mai 2011 21h35

    Et la balloune se confirme encore davantage après la visite de Charest à Fermont aujourd’hui 20 mai ! Crédules comme des gens arrivant de loin, les « grands » médias ont servi de porte-voix à notre JJ national pour lancer des chiffres astronomiques d’emplois, d’investissements et de retombées. La balloune, c’est notamment que le projet d’Arcelor Metal, dans l’axe Fermont-Port-Cartier, est en marche depuis belle lurette. De quoi mesurer son avancement, en début d’année, le chantier de construction de l’entreprise a été le théâtre d’un accident industriel qui a fait plusieurs millions $ de dommages. Question : Charest a-t-il attendu que les dégâts soient réparés avant de s’y rendre ? C’est peut-être pour ça que le plan « nard » a été retardé.
    A l’heure actuelle, les investissements sont tout aussi colossaux du côté des minières à Labrador City, de l’autre bord de la frontière Québec-Terre-Neuve. Et il n’y a pas là de plan « narth ».

  • Ivan Parent, 17 mai 2011 22h22

    Bien étayé avec force détails. Bravo !

    Ivan Parent

  • O, 17 mai 2011 14h58

    Qui n’a pas encore lu la bible sur ce sujet ?

    "La Nébuleuse". Petit voyage au coeur des relations non recommandables de Jean Charest. (Patrick Bourgeois)
    Les Éditions du Québécois, 2008, 249p

    La Nébuleuse est le douzième ouvrage publié dans la collection "Essais pour un Québec libre" dirigée par Pierre-Luc Bégin.

    Le travail effectué par Bourgeois est d’une importance considérable. En tant qu’auteur libre de toute attache, il a la possibilité de communiquer des informations que bien peu de gens peuvent révéler... (4ième de couverture)

    Tellement bien étayé que la meute d’avocats lancée contre lui n’a pas encore décidé de le poursuivre.

  • Susan Kiepprien, 16 mai 2011 22h50

    Charest a aussi parlé de la Chine comme partenaire minier. Mon ancien est un géologue, ingénieur minier et président d’une minière junior inscrite à la Bourse. Il a quelques projets en Algérie où les chinois ont plusieurs contrats.

    Selon lui, les chinois remportent presque toujours les contrats miniers puisque leurs frais à débourser sont minimes. Ils font venir leurs propres travailleurs chinois sur leurs propres transports et n’utilisent pas les populations locales. Même leurs cuisiniers viennent de la Chine et les denrées alimentaires aussi en grande partie. Les salaires sont très bas et ils travaillent fort. Les chinois ne se mêlent pas aux gens de la place et forment des enclaves isolées. Donc, aucun avantage économique pour les populations régionales.

    Finalement, les chinois extraient les ressources et les sortent du pays qu’ils exploitent. Les chinois ont un énorme besoin de ressources minières et n’hésiteront pas à profiter de toutes situations pour combler leurs besoins au moindre coût possible.

    En d’autres mots, ils videront le Québec de ses ressources sans rien laisser en retour.

    Quand j’ai lu que Charest voulait travailler avec la Chine pour le Plan Nord, j’ai immédiatement compris que les dés étaient déjà lancés et que notre Charest se fout royalement de son peuple.

    Susan Kiepprien

  • Robert Genesse, 16 mai 2011 18h47

    Bien vue !Bravo

  • yvon sylva, 15 mai 2011 15h26

    Merci M. Dion, très bon texte. Sauf la comparaison "comme un scout". Un scout met son honneur à mériter confiance.
    Charest n’a rien d’un scout. ;)

  • Mona Simard, 14 mai 2011 15h11

    Le plan « nard » de Charest « grand bâtisseur », c’est de la bouillie désinformative pour les chats naïfs qui carburent aux lapins qui sortent des chapeaux. C’est pourtant clair dès le départ. Comme c’est la règle avec le tandem Charest-Normandeau, les richesses naturelles et les profits iront aux « développeurs ». Aux Québécois iront les emplois et les taxes qui vont avec pour financer les routes et autres infrastructures requises par les « développeurs » qui, eux, auront des abattements d’impôt. Aux Québécois ira aussi la tâche de boucher les trous qu’auront creusé les « développeurs » quand ils auront tout pris, dans 15 ou 20 ans.
    Et la « surveillance » environnementale rémunérée par nos impôts va à qui ? Au groupe américain PEW, ou plutôt à l’Initiative canadian, ou plutôt à l’Initiative canadienne section Quebec. Bref, de la bouillie verte « made in America » et « made in Canada » pour les chats naïfs.

  • Julie H., 14 mai 2011 14h04

    Dans l’ensemble, je suis d’accord avec vous. Certainement que M. Charest tentera un autre mandat, mais s’il n’est pas élu majoritairement, il prendra le chemin du privé.

    Et Tata Group devient une option sérieuse pour lui, ce Holding multinational, qui a des tentacules partout dans le monde, s’implante doucement, mais sûrement au Qc.

    Alors, oui, M. Charest, avec tous ses contacts d’affaires au Qc et au Canada, deviendrait un bon allié pour Ratan Tata. De plus, la familles Desmarais n’est jamais loin derrière lui... Si on savait ce qu’on sait pas, nous ferions certainement des sauts !

  • jcpomerleau, 14 mai 2011 12h28

    En complément d’information. Ces leaders souverainistes qui mangent dans les mains de mon oncle Paul

    Le Globe and Mail a consacré un long reportage pour désigner les 25 personnalisés les plus influentes de la politique au Canada. Surprise surprise, Paul Desmarais arrive en premier. Au sujet de M Lucien Bouchard il déclare, entre autre :

    (...)

    “Desmarais befriended Lucien Bouchard when the latter was still a federalist and serving as Canada’s ambassador in Paris, a post to which he was appointed by Desmarais’ closest political soulmate, Brian Mulroney. But Desmarais remained pals with Bouchard even after he betrayed Mulroney, founded the Bloc Québécois and almost won the 1995 referendum. Desmarais always doubted Bouchard was a true separatist…”

    (il commenta aussi sur Pierre Marc Johnson et André Boisclair).

    http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/article917085.ece

    ...

    La game de Desmarais c’est de contrôler le plus grand nombre de pions possible.

    JCPomerleau

  • Marie Mance Vallée, 14 mai 2011 11h54

    Merci M. Dion. Vous me rassurez...

    Je croyais qu’il n’était pas sain d’esprit ou encore qu’il « pétait la balounne régulièrement ». Oups ! C’est vrai ! Il a un chauffeur...

  • 14 mai 2011 11h37

    Félicitations,

    Très bon article, M. Dion. Très bien documenté.
    Tous les Québécois devraient lire cela. Ils auraient la rage au coeur.

    Pierre Cloutier

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Plan nord - à qui profitent nos richesses naturelles ?
Tripotage et copinage étaient les deux mamelles du gouvernement Charest
Tribune libre de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
21 478$  36%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 24/10 Pierre Grandchamp : 25$
  • 24/10 Angèle Larocque : 10$
  • 24/10 Linda Rivard: 10$
  • 24/10 Simon Bouchard Pietrograzio : 5$
  • 24/10 Anonyme : 100$
  • 23/10 Richard Lemieux : 70$
  • 23/10 Isabelle Beaudoin : 25$
  • 23/10 Anonyme Anonyme: 100$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!