« «L’influence de l’éducation et des lettres crée les sociétés, et un peuple chez lequel elles se trouvent en honneur est éminemment progressif et civilisé» - Joseph Lenoir (1822-1861), poète et journaliste née à St-Henri (Montréal) »
Tiré du "Dictionnaire pratique des auteurs québécois", Fides, Hamel, Hare, Wyczynski, 1976, page 448.

Un avenir après Rideau Hall ?

La Reine Mimi

Billet — Louis Lapointe
vendredi 5 juin 2009
421 visites

En lisant une récente chronique de Pierre Falardeau, j’ai été étonné d’y apprendre que Michaëlle Jean et son prince consort allaient bientôt se retrouver au chômage. Curieusement, j’ai toujours pensé que notre bien-aimée Gouverneure générale du Canada avait tous les attributs requis pour devenir reine. Elle aime la vie de château, les fêtes, les voyages et les crises constitutionnelles. Elle a une magnifique garde-robe et doit probablement avoir un des plus beaux assortiments de chaussures, sacoches et chapeaux qu’on puisse trouver au Canada.

Elle a aussi un sens inné des relations publiques. Au cours de la dernière année, nous l’avons vu s’exhiber en compagnie d’un de ses plus fervents admirateurs, Nicolas Sarkozy, et discuter de l’avenir d’Haïti, son pays natal, en compagnie de Barack Obama. Nous l’avons vu soulever les foules en Haïti et plus récemment manger du cœur de phoque dans un village inuit du Nunavut dans le Grand Nord canadien. Si l’Autriche a eu sa Sissi, le Canada a maintenant sa Mimi, à ne pas confondre avec le ni-ni*, cette formule que la France, le Québec et le Canada tentent de mettre de côté dans le contexte d’une relation triangulaire difficile où la famille québécoise est le parent pauvre et le Canada l’ami fortuné.

C’est bien connu, Mimi n’aime pas le ni-ni. Ses dernières frasques commises lors de récentes escapades nous ont prouvé qu’elle pratiquait allègrement l’ingérence dans les affaires du Québec qui ne sont pas de son ressort, surtout si elles sont internationales et que si elle n’est pas indifférente au sort des peuples opprimés de la planète, la question de l’indépendance du Québec ne semble plus soulever la même passion qu’elle affichait jadis, alors qu’elle était la vedette d’un des nombreux documentaires de son mari Jean-Daniel Lafond où elle dînait en compagnie de Pauline Julien et de Gérald Godin. Si elle aime toujours dîner, les têtes ont changé.

Lorsqu’elle quittera sa résidence de Rideau Hall, je ne serais donc pas étonné si les grands de ce monde que sont les présidents de la France et des États-Unis lui suggéraient de contribuer à régler le problème haïtien en devenant la première reine de cette ancienne colonie française voisine des États-Unis. La Reine Mimi pourrait ainsi succéder à une longue série de présidents plus préoccupés par les robes, chaussures et sacoches de leurs épouses et de leurs maîtresses que du sort du petit peuple.

Avec Michaëlle Jean, les Haïtiens n’auraient pas ce problème, elle a déjà sa garde-robe et en plus, elle et son mari ont une solide expérience dans les relations d’anciennes colonies avec leurs occupants. Ils peuvent même changer d’allégeance au besoin, faisant ainsi preuve de grande souplesse, une qualité autant recherchée par les chasseurs de têtes que les descendants des tontons macoutes. Si une lectrice de nouvelles peut devenir Gouverneure générale du Canada, pourquoi ne deviendrait-elle pas reine d’Haïti ?

*ni-ni : non-ingérence et non-indifférence.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Chroniques de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
7 020$  12%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/04 Andrée Yanacopoulo : 50$
  • 20/04 Serge Sévigny : 200$
  • 19/04 Jean Lespérance: 100$
  • 19/04 Georges Le Gal: 50$
  • 19/04 Gilbert Paquette: 100$
  • 19/04 François Tisseur: 50$
  • 19/04 Gilles Bélanger: 50$
  • 19/04 Marc Blondin: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!