« Dans ce domaine comme dans bien d’autres, l’indépendance permet tout ce que la Confédération permet, tandis que la Confédération interdit bien des choses que l’indépendance rendrait possibles. »
André d’Allemagne

L’œuvre de la pensée magique

Les effets de l’insensibilité et de l’étourdissement volontaires sur la politique

Collaboration spéciale
lundi 29 octobre 2007
1 824 visites

« De pareilles œuvres sont des miroirs : quand un singe s’y regarde, il ne
peut pas y découvrir un apôtre »
Lichtenberg

***

Le Québec, à l’instar des autres États du monde contemporain, se
questionne sur son histoire, sa place, son rôle et son avenir. S’il n’a pas
encore le dos au mur – un État est un vendeur d’espoirs et un fabriquant
officiel de promesses non tenues –, il doit néanmoins persister et se
positionner dans de nombreux dossiers cruciaux et décisifs pour sa
population, que ce soient des problèmes d’infrastructure, d’intégration, de
langue, de violence ou d’environnement. Tous les citoyens, qu’ils le
veulent ou non, sont directement concernés par la situation politique
actuelle. Certains citoyens en sont conscients, d’autres ne ressentent rien
et préférent s’étourdir pour oublier la dure réalité.

Certes, il serait ici beaucoup trop facile de s’en remettre aux médias (et
de les blâmer illico) pour comprendre les enjeux derrière ces problèmes
cycliques. D’une part, il ne revient pas a priori aux médias (privés ou
d’État) de multiplier les enquêtes, d’expliquer sans fin et de jouer dans
les nuances, et d’autre part, dans une économie de marché, les médias
doivent d’abord chercher à survivre avant tout autre mission, aussi
honorable soit-elle. Par définition, un média est un spécialiste des
raccourcis vendeurs et de la mise en évidence dialectique par la
simplification volontaire. Si les médias informent ou désinforment la
population selon la perspective, on en déduira que non seulement cela est
inévitable, mais qu’il revient par conséquent au citoyen de chercher, dans
la mesure du possible, à comprendre par lui-même les enjeux du monde dans
lequel il vit. Mais cela n’est jamais facile. Car face aux nombreux « 
obstacles médiatiques », on se demandera ce que connaît ou éprouve le
citoyen ? Réponse : il souffre des symptômes de l’insensibilité et de
l’étourdissement volontaires. Autrement dit le citoyen, qui est une
personne espérant le meilleur, tombe rapidement dans le piège de la pensée
magique...

Qu’est-ce que la pensée magique ?

La pensée magique, c’est le besoin de s’en remettre à la magie ou à la
superstition pour interpréter les phénomènes courants, y compris
politiques. Refus obstiné de la discussion argumentée, ou misologie, la
pensée magique correspond à l’incapacité de juger par soi-même de la
réalité, c’est-à-dire à l’abandon de ses facultés au profit d’une initiation
à un secret. Elle explique ce qui se produit non pas par l’Histoire, mais
par les forces occultes. Ainsi apprécie-t-elle les explications courtes.

On reconnaîtra les premiers effets de la pensée magique dans la quête d’un
code secret pour comprendre la structure du monde. Ainsi, est magique
l’explication dernière, ultime, la vérité dans le sens caché. Ses adeptes
s’en remettent aux codes, aux formules, aux recettes. Ils aiment la
simplification et voient partout la signification des chiffres et des
lettres. Ils éprouvent la quête spirituelle et, face au réel, ils recourent
aux symboles. La puissance de cette « pensée » s’exprime dans la dépendance
à la loto, à l’astrologie, à la numérologie, mais aussi dans la mode du New
Age et de l’homéopathie.

Un saut : la pensée magique appliquée à la situation québécoise

L’un des grands malheurs de notre époque est que la pensée magique est non
seulement à la mode (autrement dit, elle ne se démode pas), mais elle
pénètre toutes les sphères de la société. En réaction aux exigences de
l’étude sérieuse, elle se réfugie dans le prêt-à-penser et les oppositions
faciles. Elle s’abreuve sans surprise aux bulletins de nouvelles et aux
unes des journaux. Le Québec, on le sait, n’échappe pas à cette vague. Pour
donner une idée, prenons un exemple bien documenté : la régression du
français à Montréal.

Actuellement, nombreux sont les citoyens qui refusent de voir en face
l’ampleur de la crise linguistique. Au fond d’eux-mêmes, ils se disent que
le français, à l’encontre de toutes les données statistiques
gouvernementales et des études universitaires, ne recule pas au Québec.
Partant de l’égo et de la théorie du rêve, ils sont heureux de visiter les
lieux de la diversité sans se rendre compte que le Québec a changé et que,
pendant qu’ils cherchent à vibrer aux musiques du monde, le Québec continue
d’évoluer et d’involuer. S’il faut le redire : les rues des villes de
l’ouest portent des noms anglais, les joueurs francophones disparaissent de
l’alignement des Glorieux, Second Cup confronte encore les lois
linguistiques, les départements d’université, face à la globalisation du
savoir, s’obligent à travailler davantage en anglais
, etc. L’admirateur de
la pensée magique, refusant le conflit au nom de la totalité, demeure
persuadé qu’il n’y a pas de problème politique et que, en bout de ligne, si
problème il y a, on trouvera de toute manière, grâce à la baguette,
une solution facile.

Les effets de l’insensibilité

Ici, il importe de préciser notre diagnostic. Si la pensée magique est à
la mode et qu’on la retrouve partout dans la société québécoise (elle passe
lentement dans les mœurs), on sera très heureux de l’identifier grâce au
symptôme de l’insensibilité. Celle-ci consiste à refuser la perception de
ses cinq sens au profit d’un sixième. Autrement dit, l’insensible se
réfugie dans l’intuition de l’au-delà. Si l’on prend par exemple le
compliqué dossier de l’environnement, nombreux sont les citoyens qui
pratiquent l’intoxication volontaire. Que font-ils ? Ils refusent de sentir
la pollution par les odeurs et ne voient pas le « smog » au-dessus de
Montréal ; ils refusent de reconnaître l’urgence de changer leurs
comportements. Le climat se réchauffe mais peu d’entre-nous sont prêts à
renoncer à leur voiture et à critiquer l’absence d’une politique
environnementale. On ne ressent pas encore le problème, dit l’insensible,
donc il n’existe pas.

L’insensible ne se limite pas à la perte des sens, il
perd la faculté de discerner. Alors l’insensibilité devient spirituelle. Le
vocabulaire se transforme, le savons-nous ? Si les citoyens disaient il y a
10 ans « le Québec », aujourd’hui (peut-être sous l’influence des rhapsodes
de la météo d’un océan à l’autre), ils se revendiquent de « la Province du
Québec ». Est-ce que cela est grave ? Non, clament-ils, nous aimons les
clichés et les expressions à la mode. Comme un singe, l’insensible imite et
répète ce qu’il a entendu et lu dans les médias. Sans surprise,
l’insensibilité (physique et spirituelle) culmine dans le repliement sur
soi, la défense obstinée de ses intérêts personnels contre le Bien commun.

L’étourdissement dans la nouveauté

Or, l’autre symptôme de la pensée magique propre à notre situation, une
situation mondiale également, se situe dans l’étourdissement. En effet la
population, contre les leçons de l’Histoire, voue un culte presque
fanatique à la nouveauté. Voilà pourquoi tout ce qui n’est pas récent ne
présente aucun intérêt. Il n’est pas surprenant dès lors que nos enfants,
réceptifs à la mode, connaissent une passion indomptable par les
innovations technologiques. Quand nous les observons, nous voyons
l’étourdissement dans la nouveauté. En général, ils ont tous un baladeur,
un téléphone mobile et un ordinateur. Pourquoi sommes-nous épris
d’informatique et d’électronique ? La réponse, assurément « réactionnaire »
pour les « addics » et les obsédés du gadget, se dit ainsi : parce que l’on
préfère jouer dans le virtuel et s’étourdir plutôt que de rencontrer la
réalité. Car que dit la réalité ? Que c’est dans l’effort que l’on réussit
et que le jeu, en pratique, ne peut pas occuper toute une journée.

Plusieurs citoyens aujourd’hui désabusés, s’enfermant de le privé,
refusent la responsabilité : ils rêvent d’une mobilité incessante,
d’étourdissements, d’un maelstrøm final, de spirales de communications
illimitées et de jeux virtuels, d’une gouffre catastrophique qui les
avalera. Les insensibles et les étourdis, quand ils reviennent à l’occasion
sur terre, ont toujours en commun de rêver d’une solution simple aux
problèmes compliqués des sociétés complexes.

L’oubli actif de l’Histoire dans l’aérien

L’effet de ces symptômes se voit dans un rapport faussé à l’Histoire. Le
converti récent à Harry Potter, au Code Da Vinci et au livre Le Secret ne
comprend pas pourquoi les Québécois s’inquiètent pour leur avenir, car de
sa perspective « aérienne », l’Histoire est un récit sans douleur, sans
remise en question, sans confrontation, sans conflit.

En clair : le fan de la magie pratique l’oubli actif de l’Histoire et la
négation du devoir de mémoire. Pour lui, le Québec s’est construit en une
fin de semaine, peut-être deux, et il se réparera en une nuit. Donnons ici
un exemple curieux et d’apparence paradoxal : loin de saisir l’apport
inestimable du folklore dans la survie d’un peuple, l’étourdi demeure
persuadé – et on ne pourra pas lui en vouloir puisque son époque est
aérienne – que la « musique du monde » parle de la culture, tandis que son
folklore est une tare. Un nombre élevé de Québécois, fiers d’avoir pignon
en ville, refusent le travail historique du folklore sous prétexte
(inconscient ?) qu’il renvoie à un passé douloureux. Repliés sur eux-mêmes,
ils rêvent aux autres cultures…

L’homme du commun, celui qui se méfie des scribes sans envergure, comprend
l’Histoire comme immédiateté et non comme un rapport de force. Il perd de
vue que la magie fait disparaître l’Histoire politique. Critique improvisé
de la thèse du repliement sur soi, il rêve de cosmopolitisme sur la rue
Jean-Talon. Pendant qu’il accepte son traumatisme d’infériorité, il veut
oublier que la politique s’établit sur des rapports de force historiques et
que le Québec, comme le Canada, sont confrontés à des choix engageant leur
avenir. Il ne comprend pas l’essentiel parce qu’il cherche, dans le miroir,
un apôtre… La pensée magique supprime le réel et influence les choix
politiques. Mais si cela est vrai, comment les politiciens s’y
prendront-ils pour convaincre les citoyens victimes de la pensée magique
que l’Histoire existe ?

Dominic DESROCHES
Département de philosophie
Collège Ahuntsic

— Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) —

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Penser le Québec - Dominic Desroches

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
7 020$  12%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/04 Andrée Yanacopoulo : 50$
  • 20/04 Serge Sévigny : 200$
  • 19/04 Jean Lespérance: 100$
  • 19/04 Georges Le Gal: 50$
  • 19/04 Gilbert Paquette: 100$
  • 19/04 François Tisseur: 50$
  • 19/04 Gilles Bélanger: 50$
  • 19/04 Marc Blondin: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!