Honte à vous, Jean Charest

vendredi 18 mai 2012

« If you can’t stand the heat, get out of the kitchen »
- Winston Churchill

Honte à vous pour vos paroles et vos décisions. Mercredi soir, c’est un homme ordinaire, faisant partie de la manifestation de rue à Montréal et qui avait l’âge d’être le père d’un des jeunes présents autour de lui, qui a eu les mots justes pour commenter votre décision entêtée de continuer à jouer les matamores en refusant d’entendre l’appel au secours des grévistes. Il a commenté votre coup de force législatif en disant qu’« un gouvernement qui a les deux mains sur le volant et qui ne voit pas les milliers de personnes qui sont dans la rue… est dangereux. » Je le crois aussi.

Il aurait probablement suffi qu’au lieu d’éparpiller des sommes d’argent importantes pour améliorer les prêts et bourses, de semer des millions pour améliorer des points que les étudiants n’avaient pas soulevés, vous preniez le temps de vous asseoir avec eux pour parler de leurs préoccupations et de chercher, avec eux, un terrain d’entente qui aurait pu satisfaire les deux parties. Ça se fait chaque jour, dans toutes les petites décisions familiales. C’est Léo Bureau-Blouin qui l’a souligné avec à propos en disant qu’« un bon père de famille, quand il a des problèmes avec ses enfants, n’appelle pas la police à la maison pour les régler. Il s’assoit avec ses enfants pour en parler ». Léo, avec ses 20 ans, a plus de sagesse que vous. Ce qui n’est pas sans effet sur la réaction du public.

Je comprends bien que ce que le Québec vous a fait vivre ne doit pas vous rendre très heureux chaque jour. Les Québécois vous ont dit, de façon retentissante, qu’ils ne vous aimaient pas et qu’ils n’avaient pas confiance en vous. Ils vous ont demandé de partir, de façon assez brutale, et la relation de confiance continue d’être à son plus bas. C’est sûrement difficile à accepter pour un homme aussi orgueilleux que vous l’êtes, qui pensait bien avoir réussi à atteindre sa propre « inaccessible étoile » et être devenu une sorte d’intouchable en s’accrochant au sommet. Hélas, ce n’est pas ce qui se produit.

Vous avez réagi en vous promettant de bien montrer aux Québécois de quel bois vous vous chauffez. Votre colère s’est abattue sur nous sans retenue. Vous tirez visiblement du plaisir à nous faire mal et à nous diminuer. Votre mépris exprimé de toutes les façons possibles et sur toutes les tribunes quand vous parlez de ce peuple qui, selon vos prétentions, n’a pas su vous reconnaître les qualités exceptionnelles que vous vous reconnaissez vous-même, en est la preuve flagrante. Votre orgueil vous donne envie de régler des comptes. Ce que vous faites en pensant peut-être que nous ne nous en rendons pas compte.

Vous faites la « job de bras » à Québec, dans la foulée du rôle que vous avez joué lors du deuxième référendum sur la souveraineté du Québec, comme Stephen Harper fait la « job de bras » à Ottawa parce que nous avons voté NPD. Nous sommes coincés entre les deux.

Il se lève dans nos rues une toute nouvelle génération de jeunes qui n’ont pas peur de vous. Ce sont les enfants des parents, et parfois même des grands-parents, qui sont restés avec la Crise d’octobre 1970 de travers dans la gorge. Le Québec a découvert qu’il a une mémoire et que son « Je me souviens » n’est pas juste une phrase vide.

Je ne connais pas les gens qui vous conseillent en ce moment, mais je vous assure que vous auriez tous intérêt à venir marcher un soir, dans la rue, avec des milliers de jeunes qui réclament « leur juste part » de cette société si mal foutue qui est la nôtre et qui partageraient volontiers avec vous des idées pour arriver à un meilleur équilibre. Mais je sais que vous ne viendrez pas. Comme je sais qu’il n’y a pas d’abonné au numéro qu’ils ont composé.

Je ne sais pas si vous arrivez à dormir la nuit. J’espère que non. Moi, après votre conférence de presse annonçant votre décision d’imposer une loi spéciale à nos enfants, j’ai repassé dans ma tête tous les premiers ministres que j’ai connus. J’ai 80 ans. J’en ai connu plusieurs. Quelques insignifiants, sûrement. Des brillants ? Quelques-uns, mais en moins grand nombre que les précédents. Mais j’ai le regret de vous annoncer que vous êtes le pire ; c’est à se demander si vous avez du coeur.

Vous n’aimerez pas cette chronique. J’en suis bien consciente. Alors, si mon droit d’expression vous dérange tellement, je vous pense capable de vouloir me faire taire. Comme dit la chanson : vous pouvez m’envoyer vos policiers. Dites-leur « qu’ils pourront tirer, car je n’aurai pas d’arme ».

Les blessures que vous laisserez dans notre peuple, M. Charest, seront longues à guérir. Mais j’ai la certitude que nous y arriverons. Je suis heureuse de savoir que la relève est debout. Ça ira plus vite.


Suggérer cet article par courriel
Crise sociale - JJC le gouvernement par le chaos
Construire le chaos

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
27 563$  46%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 12/12 Majella D'Anjou: 150$
  • 9/12 Anonyme : 80$
  • 9/12 G. Cotton et L. Depault: 50$
  • 9/12 Guy Roy : 25$
  • 7/12 Camille Dumoulin : 75$
  • 7/12 Samuel Beaudoin Guzzo: 30$
  • 7/12 Don Anonyme : 150$
  • 7/12 Michel Morency : 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!