« La culture est l’héritage de la qualité du monde. »
André Malraux

Réplique à "Quand Hérouxville parle"

Hérouxville ou le fantasme de l’Un

Tribune libre de Vigile
dimanche 4 novembre 2007
465 visites

Monsieur Labelle,

Votre condamnation du pédantisme qui anime certains
intellectuels est tout à fait louable
. Cependant, je considère que dans le
cas qui nous intéresse, vous contribuez à ajouter votre petit caillou à la
construction d’un mur que certains tentent d’ériger entre un « Nous »,
fantasme d’une unité identitaire que nous avions réussi à tenir
adroitement à distance, et un « Eux » fagoté des plus grands périls. Je
vous concède, d’entrée de jeu, la présence à peine voilée d’un mépris
véhiculé par un certain nombre de professionnels de la pensée.
Effectivement, certains ont bien su profiter de la situation pour étaler
leur « supériorité » morale et intellectuelle par rapport à ceux qu’ils
caricaturent comme étant les « ploucs du fond de la campagne ».
Effectivement, certains sont visiblement ravis de voir le spectacle
accablant qui se joue sur les scènes du théâtre médiatique québécois. Ces
élites intellectuelles, dont vous dépeignez avec éloquence l’hypocrisie,
méritent, sans doute, la verve que vous avez ici mise en œuvre.

Cependant, vous suggérez, et je vous cite : d’aller « au-delà
du contenu même du discours tenu par les responsables de la municipalité »
d’Hérouxville. Vous dites qu’ « il faudrait aussi se pencher sur le fait
même qu’ils tiennent un discours, qu’ils prennent la parole en public ».
Cette parole populaire dont vous semblez faire l’éloge et qui, par
ailleurs, est sans nul doute souhaitable, n’est pas ce qui est disputé ici.
N’avons-nous pas affaire plutôt à un discours émanant de représentants
d’une institution publique ? À des responsables qui ont déjà cette
auctoritas que vous tentez de dresser comme étant ce à quoi ils s’opposent ?
Ce à quoi convie la parole prise par les représentants de la municipalité
d’Hérouxville n’est pas une parole émancipatoire d’un groupe ou d’une
communauté dominée et exclue. Elle est la parole de représentants d’une
municipalité, création de l’Assemblée nationale du Québec, institution qui
est, par ailleurs et paradoxalement, occupée presque exclusivement par la
majorité qui se dit à l’orée de tous les dangers. « Quand Hérouxville parle
 » ce n’est pas le peuple qui parle, mais bien le fantasme de l’Un.

Vous convoquez la pensée de Jacques Rancière pour asseoir votre
argumentation. Le partage du sensible, rendu visible grâce à ce débat, est
véritablement ce qui est troublant. Ce « Nous » versus le « Eux » qu’ils
dépeignent, disons-le sans ambiguïté, d’une façon révoltante et
grossièrement réductrice, est énoncé précisément sous la bannière de cette
autorité. Autorité double, puisqu’elle émane de leurs positions de
représentants de la chose publique, comme représentants de leur
municipalité, élus par le peuple, possédant les titres permettant cette
prise de parole publique. Je disais double puisqu’ils s’accoutrent, en
plus, en se servant de la première comme stratégie de légitimation, de
l’autorité de ce « Nous » qu’ils s’appliquent à définir et à l’intérieur
duquel ils tentent de nous confiner. Dois-je vous rappeler que c’est
précisément contre ce processus d’identification univoque que la pensée de
Jacques Rancière est dirigée ? Dois-je également, en évitant un débat
d’érudition dont vous seriez sans doute le vainqueur, exprimer la
désolation vers laquelle peut conduire le ressentiment sous couvert de
vertu ?

Les rieurs que vous décrivez, M. Labelle, j’en fais partie. Or,
ce n’est pas d’un « large sourire » dont mon visage est vêtu. C’est un
rire jaune. Un rire triste à pleurer. Le rire atterré de voir la société
dans laquelle j’habite au bord de la dérive. Une dérive identitaire
paranoïaque et malvenue.

J’écrivais précédemment, que nous avions su habilement nous
prémunir contre une définition d’un « Nous » formel et exclusif. Le péril,
en ce moment, ne réside pas, comme vous semblez le laisser croire, chez des
pédants que, de toute façon, plus personne n’écoute, mais bien chez cette « 
nouvelle vague » d’épouvantails médiatiques qui, bien adroitement, semblent
faire migrer le débat vers un discours revanchard tout à leurs avantages.
On assiste, non pas à une émancipation du peuple face à des autorités
castratrices, mais à un véritable coup d’État intellectuel de chroniqueurs
minables et de politiciens opportunistes désirant se servir de l’image du
peuple pour mieux l’instrumentaliser. L’accusation de populace qui
émanerait de la bouche d’une certaine « élite pensante » et affublant les « 
barbares » de la campagne au nom de la civilitas de leur empire urbain,
serait bel et bien indéfendable. Or, ce qualificatif peu enviable, ils ne le
méritent pas parce qu’ils portent les attributs d’un dehors rural que nous
voudrions garder, bien chastement, au-delà de notre regard hautain, mais
parce qu’ils véhiculent un discours dégoûtant et perfide qui tente
précisément de tracer une ligne franche dans le sable (ou dans la neige)
d’un « Nous » bien peu enviable.

Ce à quoi nous assistons ici, je le répète, n’est pas un acte
d’émancipation. Nous assistons à l’émergence d’un discours dangereux. Un
discours truffé de démagogie et de sous-entendus morbides laissant
présager le pire. Lecteur d’Hannah Arendt, vous êtes sans doute un fervent
défenseur de la pluralité. Le danger émergeant de cette crise est justement
l’aplanissement de cette pluralité au nom d’un sens commun qui, au fur et à
mesure de certains glissements, revêtirait le manteau de la supériorité
morale que vous semblez abhorrer. Dois-je évoquer le danger de souffler sur
les braises de ce train lorsqu’il se met en marche ?

Contrairement à vous, les ennemis de mes ennemis ne sont pas
nécessairement mes amis ! Notre devoir, dans des circonstances aussi
hasardeuses, n’est-il pas un devoir de nuance et de prise de parole
responsable ? Ce que cache le mépris d’une certaine frange du milieu, qui
est le vôtre et le mien, est sans doute méprisable. Par contre, il me
semble qu’en pareilles circonstances, l’émergence d’un discours franchement
xénophobe mérite toute notre attention.

Eric Demers

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Tribune libre de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
5 965$  10%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 8/04 Capucine Trenca : 50$
  • 8/04 Myriade Klon : 50$
  • 8/04 Stéphane Van-Aelst : 25$
  • 8/04 Henri Marineau : 25$
  • 8/04 Paul Rodgers : 15$
  • 8/04 Gilles Thouin : 5$
  • 8/04 Raymond Saint-Arnaud: 20$
  • 8/04 Ronald Richard : 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!