Avenir du Québec

Gouverner en souverainiste et faire l’indépendance

Le Québec doit progresser grâce à des gains réels de liberté et non pas par des crises, des humiliations et des échecs.

mercredi 3 novembre 2010

Depuis quelques jours, un petit groupe de personnes a entrepris une attaque en règle contre la gouvernance souverainiste et par la même occasion, contre la direction de Pauline Marois. À quelques mois du congrès, bien que les débats soient de mise, il importe que les militants souverainistes se concentrent sur l’essentiel : sortir le Québec de l’impasse.

Rappeler une évidence

En politique, il est toujours bon de rappeler certaines évidences : le Parti québécois est indépendantiste et non pas référendiste, étapiste, autonomiste ou provincialiste. Il est vrai cependant que la proposition de nouveau programme présente une rupture avec le passé. Entre une gouvernance provinciale qui confine à l’impuissance et une obsession référendaire qui s’est soldée jusqu’ici par deux échecs, le Parti québécois doit désormais gouverner en souverainiste, une stratégie qui permettra toutes les stratégies et, surtout, toutes les victoires.

Gouverner en souverainiste

Le mouvement souverainiste a tenté à deux reprises de profiter de conjonctures favorables, avec les résultats qu’on connaît. Malheureusement, l’appui à la souveraineté s’est estompé chaque fois sans qu’on puisse aspirer à réaliser notre indépendance autrement qu’en espérant un nouveau ressac. Ce qui est proposé aujourd’hui est tout autre. Alors que les allégations de corruption et de trafic d’influence qui affligent les libéraux dégoûtent davantage les Québécois de la politique qu’ils ne les mobilisent, nous leur proposerons des solutions qui leur permettront d’avoir plus d’emprise sur leur État et leur nation.

Le Québec doit progresser grâce à des gains réels de liberté et non pas par des crises, des humiliations et des échecs. Un gouvernement souverainiste contribuera justement à rétablir le lien de confiance entre les Québécois et leur État national, en plus d’assurer une croissance permanente de l’appui à l’indépendance.

Une stratégie gagnante

L’objectif n’est pas de réformer le fédéralisme, mais bien de s’en libérer. Ce qu’un gouvernement souverainiste doit faire, c’est faire sauter un par un tous les verrous du fédéralisme, comme le multiculturalisme et ses ghettos, la monarchie poussiéreuse ou le pouvoir fédéral de gaspiller dans nos champs de compétence.

À la prochaine élection, le Parti québécois demandera aux Québécois le mandat d’agir pour mettre en oeuvre son projet en rejetant le statu quo, en protégeant les acquis du Québec et en répondant aux aspirations des Québécois. La gouvernance souverainiste remet les rênes du pouvoir entre les mains des Québécois.

Les récents propos tenus par Jacques Parizeau s’inscrivent très bien dans cette démarche.

Gouverner en souverainiste, c’est aussi préparer l’indépendance avec détermination et avec rigueur, comme mettre à jour les différentes études sur la souveraineté et augmenter nos représentations à l’étranger.

Un plan pour l’indépendance

La gouvernance souverainiste s’incarne à travers les actions suivantes :

- Assumer tous les pouvoirs dont le gouvernement québécois dispose déjà, mais qu’il n’utilise pas. Par exemple, adopter une Constitution, une Charte de la laïcité, une citoyenneté et une nouvelle Charte de la langue française.

- Pour faire respecter tous nos pouvoirs, utiliser tous les moyens acceptables au sein d’une société démocratique pour garder le fédéral à sa place, dont l’usage de la clause dérogatoire.

- Prendre l’initiative d’occuper tout l’espace dans les champs de compétences partagées. En matière d’environnement, d’agriculture, de recherche et de langue, le Québec établira ses priorités.

- Acquérir de nouveaux pouvoirs comme la culture, les communications et l’immigration. Les ressources fiscales nécessaires à l’exercice de ces nouvelles responsabilités devront aussi être transférées du gouvernement fédéral à l’État québécois.

- Pour réaliser la souveraineté du Québec, le Parti québécois doit commencer la préparation dès maintenant, notamment par la mise à jour des études sur la souveraineté, par la réédition du document sur les finances d’un Québec souverain et par des démarches diplomatiques visant la reconnaissance internationale de l’éventuelle décision des Québécois de se donner un pays. Il faut être prêt à tenir un référendum à tout moment.

Toujours plus souverains

Chaque fois, le gouvernement fédéral aura deux options : répondre positivement aux demandes du Québec ou risquer un ressac avec le PQ au pouvoir, prêt à tenir un référendum sur la souveraineté. Peut-être que le Canada n’accédera jamais aux demandes des Québécois, mais il y aura des conséquences immédiates à son refus. C’est le problème des partis fédéralistes à Ottawa, et non celui du Québec.

En repoussant eux-mêmes le fédéralisme dans les câbles, les souverainistes seront assis dans le siège du conducteur et ils cesseront enfin de jouer le jeu des fédéralistes, où ceux de Québec ne demandent rien et ceux d’Ottawa ne donnent rien. Voilà donc comment le Parti québécois compte mobiliser à nouveau les Québécois dans un projet politique commun. Par l’action. Par l’audace. Par la démocratie.

La gouvernance souverainiste a été mise en avant en 2007 par un groupe de militants pour qui il importe que le projet souverainiste sorte de l’impasse. Des dizaines puis des centaines de militants qui partagent ce souhait se sont approprié cette idée, et c’est Pauline Marois qui a porté leurs aspirations. Maintenant, quelques-uns s’attaquent à cette idée en l’associant à la seule personne de Mme Marois. Nous avons des nouvelles pour eux : la gouvernance souverainiste est le projet de centaines de militants du Parti québécois et nous ne laisserons pas ce projet d’indépendance être discrédité pour une question de leadership.

Il n’y a pas de doute possible : le Parti québécois est souverainiste, plus que jamais. Désormais, l’ère du « tout ou rien » est terminée. Nous entrons maintenant dans celle du « toujours plus ». C’est le chemin le plus direct vers l’indépendance.

***

Ont signé ce texte :

    * Gilles Allain, président PQ Johnson
    * Yvon Allard, militant PQ Orford
    * Marcos Archambault, représentant jeune Montréal-Ville
    * Félix-Vincent Ardea, représentant jeune Lanaudière
    * Louis Arpin, militant PQ Drummond
    * Karina-Maryse Auger, vice-présidente organisation Comité national des jeunes
    * Alexandre Banville, vice-président communications Comité national des jeunes
    * Martin Barabé, vice-président aux affaires politiques PQ Marie-Victorin
    * Simon Bélanger, président PQ Laporte
    * Paul Beneteau, président PQ Verdun
    * Julien Bergeron, représentant jeune PQ Crémazie
    * Joëlle Bernard, ancienne porte-parole régional des jeunes Capitale Nationale
    * Larouche Bernard, secrétaire Région de l’Estrie
    * Mathieu Bernier-Desbiens
    * Valérie Bessette, représentante jeune PQ St-Hyacinthe
    * Marie-Pier Binette, représentante jeune PQ Arthabaska
    * Johanne Bonneau, présidente PQ Marquette
    * Catherine Bouchard, militant PQ Crémazie
    * Claude Boucher, député Johnson (1994-2007)
    * Alexandre Bourdeau, ancien député Berthier (2003-2007)
    * Jonathan Bourgeois, porte-parole régional des jeunes Gaspesie-les Iles
    * Andrée-Anne Bouvette-Turcot, porte-parole régional des jeunes Montérégie
    * Gabriel Bouvier, porte-parole régional des jeunes Capitale Nationale
    * Daniel Brassard, président PQ Jonquière
    * Guillaume Breault-Duncan, candidat St-François (2003)
    * Michel Breton, président PQ Orford
    * Frédéric Burque, ancien secrétaire général FJBQ
    * Pierre Châteauvert
    * Francis Clément, porte-parole régional des jeunes Mauricie
    * Samuel Cloutier, porte-parole régional jeunes Outaouais
    * Raphaël Côté-Bernier, président PQ Université de Montréal
    * Louiselle Courtois, trésorière PQ Orford
    * Jean-Paul Dahm, conseiller PQ Pointe-aux-Trembles
    * David Deault-Picard, représentant jeune PQ Abitibi
    * Jacques-Michel Desfossés, conseiller PQ Huntingdon
    * Vannaro Diep, porte-parole régional des jeunes Laval
    * Marie-Michèle Dubeau, conseillère Comité national des jeunes
    * Philippe Dubeau, ancien président du Forum jeunesse du Bloc Québecois
    * Philippe Dujardin
    * Jean-François Dumas, ancien porte-parole régional jeune Chaudière-Appalaches
    * Guillaume Dupont-Croteau, représentant jeune PQ Vachon
    * Marianne Dupuy, militante PQ Terrebonne
    * Robert Dupuy, président PQ Terrebonne
    * Myrianne Duquette-Giguère, militante PQ Rosemont
    * Kamal El-Batal, Responsable des actions politiques des québécoises et québécois issus (es) de l’immigration à l’exécutif national
    * Gabriel Ferland, représentant jeune PQ Ungava
    * Isabelle Fontaine, présidente du Comité national des jeunes (2008-2009)
    * Claude Forgues, membre de l’exécutif régional de l’Estrie
    * Louise Fournier, Présidente de la Conférence nationale des présidentes et présidents
    * Michel Fournier-Simard, porte-parole régional des jeunes Montréal-Ville
    * Labarre Françoise, conseillère PQ Richmond
    * Charles Fraser-Guay, conseiller Comité national des jeunes
    * Mariette Fugère, présidente PQ Saint-François
    * Alexis Gagné-Lebrun, président PQ Hochelaga-Maisonneuve
    * Jérôme Gagnon, représentant jeune PQ Nicolet-Yamaska
    * Louis-Charles Gagnon, militant PQ Drummond
    * Olivier Gendreau, candidat (2008) Jacques-Cartier
    * Geneviève Gendron-Nadeau, représentante jeune PQ Chapleau
    * Élise Gingras, représentante jeune PQ Taillon
    * Vincent Grenier, président PQ Pointe-aux-Trembles
    * Émile Grenier-Robillard, représentant jeune PQ Borduas
    * Marie-Pierre Guay-Desbiens, porte-parole régional jeunes Abitibi
    * Jean-Pierre Filion, président PQ Rosemont
    * Nicolas Hamel-Côté, représentant jeune PQ Orford
    * Sarah Hashmi, représentant jeune PQ Jean-Talon
    * Réjean Hébert, candidat (2008) Saint-François
    * Mathieu Huchette, président Association des étudiants en droit de l’UQAM
    * Nicolas Jolicoeur, représentant jeune PQ Robert-Baldwin
    * Jean-Denis Kusion, représentant jeune PQ Hochelaga-Maisonneuve
    * Lise Lacerte, militant PQ Terrebonne
    * Philippe Lamothe, représentant jeune PQ Gatineau
    * Étienne Larrivière, ancien exécutant Comité national des jeunes
    * Pier-Luc Laurin, président PQ Cégep de Terrebonne
    * Yanek Lauzière Fillion, représentant jeune PQ Crémazie
    * Véronique Lauzon, ancienne présidente PQ-Université de Montréal
    * Martine Leblanc-Constant, vice-présidente à l’organisation (2009-2010) CNJPQ
    * Mathieu Leblanc-Laberge, porte-parole régional des jeunes Chaudière-Appalaches
    * Tomy-Richard Leboeuf McGregor, militant Pointe-aux-Trembles
    * Philippe Leclerc, candidat dans Saint-Laurent (élection partielle 2010)
    * Éric Leduc, président régional Montréal-Ville-Marie
    * Olivier Leduc, militant Vachon
    * Ariane Lefebvre, représentante jeune PQ Nelligan
    * Catherine Lemarier-Saulnier, candidate à la maîtrise UQTR
    * Bob Lemay, militant PQ Beauce
    * François Lemay, président PQ Saint-Henri Sainte Anne
    * Olivier Lemire-Osborne, représentant jeune PQ Mont-Royal
    * Atïm Leon, président régional Montréal-Centre
    * Julien Levac Joubert, vice président à la mobilisation PQ Borduas
    * Renault-François Lortie, président PQ Outremont
    * Lauren -Paul Maheux, vice-président à l’organisation et à la mobilisation Comité exécutif national
    * Pierre-Yves Mailhot, vice-président au contenu région de Montréal-Centre
    * Alexandre Mailloux, porte-parole régional des jeunes Estrie
    * Dominic Mailloux, président de l’exécutif de circonscription PQ Bourget
    * Alexandre Maltais, militant PQ Rosemont
    * Brian Martel, porte-parole régional des jeunes Saguenay
    * Luc Mathieu, trésorier PQ Saint-François
    * Marianne Mathis, représentante jeune PQ Nicolet-Yamaska
    * Jacqueline Morin, conseillère PQ Johnson
    * Mathieu Noël
    * Christine Normandin, présidente Comité national des jeunes
    * Charles Olivier, représentant jeune PQ Trois-Rivières
    * David Pagé, conseiller (2001-2002) Comité national des jeune
    * Ercilia Palacio-Quintin, présidente PQ Mercier
    * Sébastien Parent-Durand, militant PQ Saint-Henri-Saint-Anne
    * Luc Perron, président PQ Shefford
    * Alexandre Picard, représentant jeune Abitibi
    * Eliane Pion, présidente PQ Cegép de Joliette
    * Jean-Phillipe Poirier, secrétaire PQ Jean-Talon
    * Jonathan Poirier, représentant jeune PQ Pointe-aux-Trembles
    * Étienne Pomerleau-Landry, représentant jeune PQ Outremont
    * Olivier Poulin, représentant jeune PQ Tashereau
    * Anik Pouliot, conseillère région de Montréal-Centre
    * Frank Prévost, président PQ Chapleau
    * Martin Proulx
    * Myriam Provost-Vanier, représentante jeune PQ Rousseau
    * Étienne Richer, représentant jeune PQ Johnson
    * Pierrette Richer, présidente PQ Chambly
    * Paul-Émile Robert, président PQ Richmond
    * Gabriel Rochette, représentant jeune PQ Charlesbourg
    * Vincent Rochette, militant PQ Charlesbourg
    * Frédéric Roiné, porte-parole régional des jeunes Lanaudière
    * Vincent Roy, vice-président affaires politiques Comité national des jeunes
    * Frédéric Sexton-Joseph
    * Philippe-Laurent Sicard, représentant jeune PQ Marguerite-D’Youville
    * Hamdi Souissy, candidat à la maîtrise en sociologie Hull
    * Frédéric St-Jean, secrétaire-trésorier Comité national des jeunes
    * Éric Taillefer, sécrétaire BQ Jeanne-LeBer
    * David Tardif, conseiller Comité national des jeunes
    * Alexandre Thériault-Marois, ancien président (2009-2010) Comité national des jeunes
    * Miguel Tremblay, militant PQ Laurier-Dorion
    * Stéphanie Turcot, porte-parole régionale jeune région des Laurentides
    * Daniel Turp, président Commission politique du Parti Québécois
    * Anaïs V. L’Heureux, ancienne candidate (2008) Nelligan
    * Yanick Vailancourt, ancien président BQ Jeanne-Le Ber
    * Julien Verville, conseiller Comité national des jeunes
    * Jean-Roch Villemaire, militant Outaouais
    * Jérémy-Roy Young, représentant jeune PQ Rousseau

Suggérer cet article par courriel
Pauline Marois - entre urgence et prudence

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
15 585$  26%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 17/08 Pierre Charbonneau: 100$
  • 17/08 Pierre Vachon: 100$
  • 17/08 Anonyme : 5$
  • 17/08 Livralire Inc.: 5$
  • 16/08 Serge Sévigny : 200$
  • 16/08 Philippe Boutot: 10$
  • 16/08 Gaétan Frappier: 10$
  • 16/08 Robert Lecompte: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!