Gabriel Nadeau-Dubois au tribunal : le procès politique du mouvement étudiant !

Tribune libre de Vigile
samedi 29 septembre 2012
1 323 visites 4 messages

Gabriel Nadeau-Dubois est poursuivi pour des propos tenus à RDI, dans un moment fort du mouvement, alors qu’il faisait état des principes de la démocratie étudiante.

Le juge Denis Jacques, de la Cour supérieure, au dossier, ne doit pas ignorer, au delà des technicalités juridiques qui sont le lot d’un savoir artificiellement technicisé et détourné par des pseudo-spécialistes du droit, que le procès de Gabriel Nadeau-Dubois est aussi et avant tout le procès politique du mouvement étudiant !

Il s’agit du procès de la démocratie étudiante, initié par une idéologie individualiste et néolibérale qui veut nous faire croire que l’enseignement est une marchandise et que les étudiants sont des clients, que les droits individuels priment nécessairement sur les droits collectifs.

Si le juge Denis Jacques prenait le parti, politiquement explicite, de condamner Monsieur Gabriel Nadeau-Dubois, ce serait de toute évidence la mobilisation étudiante qu’il susciterait et appellerait, mettant ainsi en péril à la fois la paix sociale d’une manière générale, mais aussi un climat d’étude qui a été malgré tout rétabli dans les institutions scolaires, alors qu’il avait été mis à mal par la stratégie de confrontation et de pourrissement du conflit planifiée et déployée par le PLQ.

En se masquant éventuellement derrière des technicalités juridiques, le représentant du système judiciaire ne serait pas à même de dissimuler le fait qu’il orchestre un procès politique, qui résulte d’une offensive néolibérale contre le mouvement étudiant, et qu’une condamnation politique prendrait nécessairement la forme d’une déclaration de guerre de l’État contre le mouvement étudiant !

Yves Claudé

Commentaires

  • Yves Claudé, 3 octobre 2012 09h09

    Gabriel Nadeau-Dubois a démissionné de son poste de “porte-parole” de la CLASSE le 9 août, au moment où les diverses factions néostaliniennes ou anarcho-staliniennes qui contrôlent l’appareil politique de cette organisation, achevaient de couper les ponts avec la base étudiante, dans l’inéluctable trajectoire d’une dérive sectaire qui a abouti à la déroute actuelle de cette organisation, déroute d’ailleurs amplement illustrée par l’échec de la mobilisation du 22 septembre.

    Mis à part les agités d’une parodie de “Black Block” et des membres de quelques micro-groupes paléopolitiques, la manifestation du 22 septembre à Montréal, rassemblant environ 500 manifestants (à comparer aux dizaines de milliers des autres manifestations du 22 du mois…), a démontré qu’il ne suffit pas de contrôler un appareil politique pour mobiliser et diriger un mouvement social tel que le mouvement étudiant.

    Dans ce contexte, l’absence des interventions raisonnées, unificatrices et mobilisatrices, de Gabriel Nadeau-Dubois se fait lourdement sentir.

    La CLASSE/ASSÉ aurait-elle à se reconstruire en tant que coalition, avec la légitimité que requiert la direction d’un mouvement ? La première étape ne serait-elle pas la remise en question d’une politique et de pratiques sectaires, qui sont la marque de cette composante du mouvement étudiant, depuis les dérives de l’ANEQ (Association Nationale des Étudiants du Québec) aux prises avec les manipulations des groupes maoïstes dans les années 1970-80… ?

    La CLASSE et ses dérives antisociales dans la « diversité des tactiques » …

    D’une manière répétitive, les congrès de la CLASSE ont mis de l’avant une notion très douteuse de « diversité des tactiques », qui a servi de prétexte à diverses dérives antisociales. Que ce soit la participation de la CLASSE au “carnaval antipolicier” du 15 mars, ou diverses « actions de perturbations » qui ont pris pour cibles citoyens et travailleurs.

    Ainsi, le Congrès de la CLASSE des 28 et 29 avril 2012, appelait « au respect de la diversité des tactiques », tout en dénonçant la « violence de certains manifestants » qui avaient pris l’initiative de neutraliser les casseurs et autres vandales, sans doute inspirés par cette « diversité » stratégique, qui s’infiltraient dans les manifestations, utilisant systématiquement les autres manifestants comme boucliers humains dans leurs charges contre les forces policières, et autres exactions.

    Le 14 mai, à l’Université de Montréal, c’est l’Union communiste libertaire qui organisait une « formation sur la diversité des tactiques » pour le mouvement étudiant. On peut s’interroger sur la nature et la pertinence de cette activité… !

    Au mois de juillet, c’est l’obscur mouvement « Bloquons la rentrée », qui reprenait à son compte cette théorie de la « diversité des tactiques », alors que la manifestation, plutôt intime de la CLASSE, du 22 septembre dernier à Montréal, permettait par ailleurs à quelques sportifs cagoulés de démontrer leurs compétences en matière de diversité tactique.

    La CLASSE/ASSÉ ne sortira de la voie sans issue dans laquelle son incohérence éthique l’a engagée, qu’au prix d’une intégrale remise en question de stratégies et de théories antisociales, alimentées par les fantasmes « insurrectionnels » d’une petite-bourgeoisie inconséquente (et motivée par une inutile culpabilité de classe…), et véhiculées d’une manière acritique et à coup de slogans, telle que celle de la « diversité des tactiques »… !

    Yves Claudé

  • O, 2 octobre 2012 21h57

    "La justice, tout comme le politique, ne doit pas céder devant la rue."...

    On se demande ce qu’en penserait Socrate... La démocratie pour le peuple, par le peuple ! La rue, c’est Gandhi qui résiste aux lois oppressantes. La rue c’est l’expression populaire non manipulée par la corruption des juges, des maires et des ministres. Il a été battu à Sherbrooke celui qui a voulu diaboliser la rue. Et les candidats à sa succession rivalisent de mots pour redonner à son parti la possibilité de débattre des idées.

  • Gilles Jean, 30 septembre 2012 07h41

    Monsieur Claudé,

    Je suis totalement en désaccord avec votre point de vue. La justice, tout comme le politique, ne doit pas céder devant la rue.

    Si GND a enfreint la loi, il doit payer pour.

    Des chefs syndicaux ont été emprisonnés, il y a 40 ans, pour avoir enfreint la loi.

    Il ne doit pas y avoir 2 justices !

    Gilles Jean

  • Yves Claudé, 30 septembre 2012 06h01

    Selon La Presse (29-5-2012), le requérant, M. Morasse a affirmé qu’« une peine de prison serait « méritée » » contre M. Nadeau-Dubois.

    Rappelons que Loi 78 (alias 12) avait suspendu les injonctions obtenues par des requérants pour obtenir la reprise de leurs cours, et que c’est la clause 32 de cette loi très controversée, appelée aussi “Clause Nadeau-Dubois”, qui autorisait cette poursuite judiciaire contre le représentant de la CLASSE. Or cette loi a été abrogée par le gouvernement du PQ, son application est donc très peu légitime !

    Selon Radio-Canada (19-5-2012), M. Morasse aurait appelé les citoyens à manifester contre la Loi 78, et ceci en ces termes : « J’invite les gens à manifester verts comme rouges. On a encore le droit à nos opinions ». C’est pourtant ce droit qu’il déniait à Monsieur Nadeau-Dubois, alors qu’il utilisait la Loi 78 contre lui !

    On peut s’interroger sur la cohérence de la démarche de M. Morasse, alors que, selon Le Soleil (9-5-2012), dans une assemblée étudiante de l’Université Laval, « M. Morasse a quitté l’assemblée avant même de passer au vote ». De plus, M. Morasse reconnaît que son injonction a été respectée : « J’ai eu mes cours, ça, il n’y a pas eu de problème » (16-5-2012).

    Selon le quotidien 24 Heures (29-5-2012), M. Morasse a affirmé ne pas être motivé par un « quelconque militantisme politique ». Cependant, La Presse (29-5-2012) nous apprend que son avocat, Me Maxime Roy-Martel, a effectué des contributions financières au bénéfice du Parti libéral du Québec. Celui-ci, « souhaite une peine plus sévère » que « des travaux communautaires ou encore une amende » contre Monsieur Nadeau-Dubois : « S’il y a culpabilité, j’entends demander l’emprisonnement » (La Presse, 29-5-2012) ! Or, à propos du Projet de loi C-10 (Le Soleil, 25-2-2012) cet avocat plaidait justement contre la sévérité, et en particulier contre l’emprisonnement et ses effets contre-productifs.

    Yves Claudé

    « Outrage : Gabriel Nadeau-Dubois plaide non coupable », Paul Journet, La Presse, Montréal, 29-5-2012.
    http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201205/29/01-4529649-outrage-gabriel-nadeau-dubois-plaide-non-coupable.php

    « Jour 1 de la loi spéciale : les manifestations se poursuivent à Québec », Radio-canada.ca, 19 mai 2012.
    http://www.radio-canada.ca/regions/Quebec/2012/05/19/003-jour1loi-manifestations-etudiantes.shtml

    « Gabriel Nadeau-Dubois - Procès en septembre », Marianne White, Journal de Québec, Québec, 29-5-2012
    http://www.journaldemontreal.com/2012/05/29/proces-en-septembre-pour-nadeau-dubois

    « Université Laval : trois autres associations disent non à l’entente », Marie-Pier Duplessis, Le Soleil, Québec, 9 mai 2012.
    http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201205/08/01-4523363-universite-laval-trois-autres-associations-disent-non-a-lentente.php

    « Requête en outrage au tribunal contre Gabriel Nadeau-Dubois », Radio-canada.ca, 16 mai 2012.
    http://www.radio-canada.ca/regions/Quebec/2012/05/15/008-morasse-requete-outrage.shtml

    « Outrage au tribunal - Gabriel Nadeau-Dubois a plaidé non coupable », Marianne White, 24 Heures, Montréal, 29 mai 2012.
    http://www.24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/archives/2012/05/20120529-120925.html

    « La poursuite réclame la prison contre Gabriel Nadeau-Dubois », Paul Journet, La Presse, Montréal, 29 mai 2012.
    http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201205/28/01-4529462-la-poursuite-reclame-la-prison-contre-gabriel-nadeau-dubois.php

    « Projet de loi C-10 : La sévérité est-elle l’apanage de la dissuasion ? », Me Maxime Roy, Le Soleil (Opinions), Québec, 25 février 2012.
    http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201202/24/01-4499465-projet-de-loi-c-10-la-severite-est-elle-lapanage-de-la-dissuasion.php

    ***
    Voir aussi (éléments plus complets) :
    http://www.vigile.net/L-etrange-croisade-de-J-F-Morasse

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Conflit étudiant — Gabriel Nadeau-Dubois : la cible
La loi du plus fort n’est jamais la loi du meilleur
Tribune libre de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
16 360$  27%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 14/09 Benoit Mailhot : 50$
  • 14/09 François Ricard : 20$
  • 14/09 Jean-Marc Southiere: 50$
  • 14/09 Charles Duhamel : 50$
  • 14/09 Dale Rondeau : 25$
  • 14/09 Réal Ouellet : 100$
  • 14/09 Manon Arsenault : 25$
  • 14/09 Michel Charlebois : 40$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!