« Tous les colonisés du monde et de l’histoire se sont fait dire que leur affranchissement les conduirait à la ruine et au marasme social. »
André Langevin

Nouveaux arrivants

Fini l’accès continu aux cours de francisation

lundi 16 avril 2012

Difficile de croire que K. Weil travaille à la sécurité culturelle de la nation quand on la voit se plier aux diktats de l’oligarchie mondiale multiculturaliste, c’est-à-dire natiocidaire. Bref, elle continue dans le gouvernement Charest le travail de démolition qu’elle faisait à Alliance Quebec... - Vigile



Robert Dutrisac -
La ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Kathleen Weil
Québec — Le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC) a décidé de restreindre l’accès aux cours de francisation à temps partiel, ce qui empêche nombre de nouveaux immigrants d’apprendre le français dès leur arrivée.

C’est ce que dénoncent certains enseignants du MICC et employés d’organismes communautaires de la région de Montréal qui ont réclamé l’anonymat de peur de subir des représailles de la part de l’administration.

Depuis janvier, le MICC a aboli la pratique des « entrées continues » qui voulait qu’un nouvel immigrant puisse suivre, dès son arrivée, un cours de francisation à temps partiel même si celui-ci était déjà commencé. Maintenant, après un délai de sept jours, il est impossible d’intégrer le cours. Ainsi, les nouveaux arrivants peuvent attendre jusqu’à trois mois et parfois davantage avant d’assister à leur premier cours de francisation, a-t-on indiqué au Devoir. Ils doivent attendre qu’une nouvelle session de cours à temps partiel s’amorce ou encore qu’une place dans un cours à temps plein s’offre à eux. Une session s’étend habituellement sur onze semaines, et le ministère tolérait l’admission de nouveaux étudiants jusqu’à quatre semaines après le début du cours.

« Les élèves sont encouragés à suivre des cours en ligne, ce qui ne favorise pas l’intégration, ou encore à suivre des cours d’anglais en attendant », a déploré une enseignante.

« Depuis un an au ministère, on leur dit que l’anglais est vraiment nécessaire pour avoir un emploi », a soutenu une coordonnatrice d’un organisme communautaire de la région de Montréal. « C’est contradictoire. Logiquement parlant, est-ce que vous pouvez étudier les deux langues en même temps ? » Selon son évaluation, par rapport à la situation antérieure, environ 20 % de nouveaux immigrants sont privés de cours à leur arrivée.

En 2010-2011, 9918 immigrants ont suivi un cours de francisation à temps partiel tandis que 12 877 d’entre eux faisaient de même à temps plein, selon les données du MICC.

On soupçonne aussi le ministère de vouloir « faire des économies de bouts de chandelles ». Les « entrées continues » permettaient de maintenir un nombre d’élèves acceptable dans les classes : elles palliaient le fait que les immigrants qui suivent les cours à temps partiel les quittent souvent en pleine session pour s’inscrire à un cours à temps plein dont la session commence, a-t-on fait valoir. Mentionnons que suivre un cours à temps plein donne droit à une allocation de subsistance alors que seuls les frais de garde et de transport sont remboursés pour les cours à temps partiel.

Comme il y a moins d’élèves dans les classes à temps partiel, on mélange souvent des étudiants dont le niveau de maîtrise du français diffère : des élèves de niveau avancé avec d’autres qui ne sont pas tout à fait de niveau intermédiaire, a-t-on signalé.

Un responsable de la francisation dans un organisme communautaire estime, pour sa part, qu’en retardant la francisation des nouveaux arrivants, on retarde leur intégration en emploi et prolonge leur recours à l’aide sociale.

Le MICC ne fait que respecter la convention collective qui prévoit un délai maximum de sept jours pour l’admission, a soutenu le porte-parole, Réal Grégoire. « On a reçu des plaintes à ce sujet, et le ministère a resserré les règles d’admission. »

« Une inscription tardive — les professeurs le disent, il ne faut pas le cacher — peut retarder le reste du groupe. C’est pour ça qu’on met une limite de sept jours », a-t-il fait valoir.

Quant à l’apprentissage de l’anglais par les nouveaux arrivants avant ou en même temps que la francisation, « c’est la liberté de l’individu. C’est la personne qui juge si elle est capable de soutenir deux formations en même temps », estime Réal Grégoire, tout en rappelant que la priorité du ministère, « c’est l’apprentissage de la langue française. C’est la clé de l’intégration sociale ».

De son côté, le président du Syndicat des professeurs de l’État du Québec (SPEQ), Claude Tanguay, a indiqué qu’il y a « deux profils de pensée » chez les professeurs : ceux qui tiennent à la règle de sept jours pour les mêmes raisons que celles invoquées par le MICC et ceux qui privilégient l’intégration rapide avant tout. Pour sa part, Claude Tanguay n’a pas d’opinion. Cependant, s’il y a eu plainte, elle ne vient pas du syndicat qui n’a pas déposé de grief à ce sujet.

Pour le directeur de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées ou immigrantes, Stephan Reichhold, il est dommage que les immigrants doivent attendre une date fixe pour commencer leur apprentissage du français. « L’intérêt des cours à temps partiel, c’était que c’était assez flexible », juge-t-il. Stephan Reichhold a signalé qu’en Ontario, par exemple, pour les cours d’anglais destinés aux immigrants, « c’est beaucoup plus flexible alors qu’ici, c’est d’une rigidité, c’est des normes et tout ça, ce qui fait que ça en effraie plus d’un ».


Suggérer cet article par courriel
Tension linguistique - JJC trahit la nation !
Jean Charest ou
l’État mercenaire

« La langue de travail, c’est sûr que c’est le français au Québec », estime la ministre de l’Immigration, Kathleen Weil, qui n’a cependant vu aucune incongruité à ce que le gouvernement offre des cours d’anglais aux immigrants pour leur permettre de s’intégrer au marché du travail. - Michel David, 19 juin 2012

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
14 606$  24%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/07 A. B. Barbel : 100$
  • 19/07 S.N.B. Énergie : 50$
  • 19/07 Hélène Brassard : 25$
  • 19/07 SSJB - Le Gardeur: 100$
  • 19/07 Robert Dean: 5$
  • 19/07 Anonyme : 5$
  • 19/07 LIVRALIRE Inc.: 5$
  • 19/07 Gaétan Frappier: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!