Universités

Faisons le choix de l’excellence universitaire

mercredi 2 mai 2012

La société québécoise fait face à un choix assez simple, mais qui semble difficile à accepter pour certains : devons-nous rehausser le financement de nos universités en demandant aux étudiants de payer une part raisonnable de leur coût de formation ?

Pour une forte majorité de Québécois, et pour les deux tiers des étudiants, la réponse est oui.

La sagesse populaire a compris qu’une société distincte fortement minoritaire en Amérique du Nord ne pourra se développer que si nous avons accès à des travailleurs hautement qualifiés ayant reçu une formation de première qualité. Les Québécois ont compris qu’il faut trouver un équilibre entre l’effort fourni par l’ensemble des contribuables et celui demandé aux étudiants.

Surtout, une grande majorité de Québécois reconnaissent la nécessité de mieux financer nos universités tout en se dotant d’un système bien calibré pour s’assurer de l’accessibilité aux études universitaires.

Voilà le message le plus important.

Pacte pour nos universités

C’est d’ailleurs ce que nous avons proposé en février 2010, alors que nous unissions nos voix pour signer un Pacte qui réclamait un meilleur financement de nos universités. Nous basions notre proposition sur quatre principes fondamentaux : l’accessibilité, l’équité, l’excellence et l’efficacité.

Dans le but de rapprocher les droits de scolarité québécois de la moyenne canadienne, nous avons proposé à l’époque une hausse de 1000 $ par année pendant trois ans. Nous estimions qu’une telle hausse s’avérait nécessaire pour rattraper le retard engendré par le gel des droits de scolarité des années précédentes.

Cette hausse devait s’accompagner selon nous d’un engagement formel du gouvernement à ne pas diminuer sa contribution, d’une bonification importante du régime de prêts et bourses et de la mise en place d’un programme de remboursement proportionnel au revenu.

Nous demandions aussi de différencier les droits selon l’établissement universitaire, le niveau d’études et le secteur disciplinaire pour refléter davantage les coûts de formation et les rendements personnels variables de l’investissement en éducation, ce qui permettrait de réduire les droits dans certains secteurs et de les augmenter dans d’autres.

Concessions gouvernementales

Le gouvernement a annoncé dans son budget de 2011 une augmentation des droits de scolarité de 325 $ par an sur cinq ans. Puis, à la lumière de la réaction des associations étudiantes au cours des dernières semaines, le gouvernement a fait plusieurs concessions, la dernière étant d’étaler la hausse des droits sur une période de sept ans, ce qui revient à une hausse de 254 $ par année pendant sept ans.

Il a également, comme le démontre éloquemment le fiscaliste Luc Godbout, bonifié substantiellement le régime de prêts et bourses, répondant ainsi aux préoccupations liées à l’accessibilité.

N’oublions pas que le gouvernement du Québec avait décidé dans son budget 2010 d’augmenter sa propre contribution à l’éducation supérieure et demandé une contribution supplémentaire du secteur privé afin d’éponger le déficit annuel récurrent des universités, qui était d’environ 600 millions de dollars en 2010.

Bref, tous ont été appelés à pousser à la roue. Au tour des étudiants de s’engager.

Le temps de s’entendre

Nous écrivions lors de la signature du Pacte que « la situation exige que nous arrivions collectivement à une entente ». Le temps est venu de s’entendre.

Tout le monde aura compris que la contestation étudiante a depuis longtemps dépassé l’enjeu d’une simple augmentation des droits de scolarité. L’ampleur des perturbations qu’on fait présentement subir à la société québécoise n’entretient aucune mesure avec la portée de la décision gouvernementale.

Il est plus que temps de se ressaisir : il faut rétablir l’ordre, les étudiants doivent retourner en classe et tous les efforts doivent être déployés pour sauver une session déjà terriblement compromise. Voici une situation où, au-delà de toute allégeance politique, la population doit donner son appui à l’État, ultime responsable de la paix publique, de la sécurité des personnes et de l’intégrité de nos institutions.

De toute façon, d’éventuelles élections donneront aux citoyens l’occasion de statuer sur le débat en cours et de départager les responsabilités de tous les intervenants. C’est ainsi que les sociétés démocratiques résolvent leurs conflits et font leurs arbitrages : dans l’urne plutôt que dans la rue.

Se trouvera-t-il des étudiants pour le rappeler à leurs pairs et, du même coup, aux leaders politiques de demain qui se pointent parmi eux ? Incidemment, ne devons-nous pas attendre de ces derniers qu’ils fassent leur apprentissage démocratique en dénonçant les adeptes de la désobéissance civile ?

***

Ont signé ce texte : Michel Audet, ex-ministre des Finances du Québec ; Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec ; Lucien Bouchard, ex-premier ministre du Québec ; Marcel Boyer, professeur émérite de l’Université de Montréal ; Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat du Québec ; Joseph Facal, ex-président du Conseil du trésor ; Pierre Fortin, professeur émérite de l’Université du Québec à Montréal ; Michel Gervais, ex-recteur de l’Université Laval ; Monique Jérôme-Forget, ex-ministre des Finances du Québec et ex-présidente du Conseil du trésor ; Robert Lacroix, ex-recteur de l’Université de Montréal ; Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain ; et Claude Montmarquette, professeur émérite de l’Université de Montréal.


Suggérer cet article par courriel
Conflit étudiant - grève illimitée - printemps 2012

Profs contre la hausse

***

"si les Perses ont rencontré leur Némésis, en Alexandre ; les Celtes, en Jules César ; un empire chinois en déclin, en Gengis Khan... eh bien, notre Némésis, celui ou celle par qui semble arriver notre destruction (ou celle d’un Québec en lequel nous nous reconnaîtrions encore), est un petit grassouillet bas sur pattes, à l’envergure intellectuelle assez limitée, utilisant des ruses telles qu’on le voit venir d’avance...

Il y aurait peut-être de quoi nous donner des complexes. Alors, rémédions à la situation !" Commentaire 16 mai 2012

***

Les libéraux ont voulu détruire les acquis de la Révolution tranquille - leur idéologie est un poison (les inégalités en témoignent). Alors discuter avec un pouvoir aliéné par cette idéologie néolibérale, c’est une perte de temps. Ce pouvoir est devenu étranger au peuple québécois. La sortie de crise : moratoire, élection, États généraux sur l’éducation. Et renouer avec la Révolution tranquille ! - Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
21 478$  36%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 24/10 Pierre Grandchamp : 25$
  • 24/10 Angèle Larocque : 10$
  • 24/10 Linda Rivard: 10$
  • 24/10 Simon Bouchard Pietrograzio : 5$
  • 24/10 Anonyme : 100$
  • 23/10 Richard Lemieux : 70$
  • 23/10 Isabelle Beaudoin : 25$
  • 23/10 Anonyme Anonyme: 100$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!