Chomsky, sur l’indépendance du Québec

lundi 15 août 2011

Noam Chomsky a une position intéressante sur l’indépendance du Québec et il apporte des points qui méritent réflexion. Notez bien que je n’endosse pas nécessairement toutes les conclusions qui sont présentées dans ce texte mais j’apprécie le point de vue extérieur de quelqu’un qui n’a aucun parti pris. Bonne lecture.

***

Question : Au Canada, il y a eu un mouvement important pour la séparation entre le Québec et la partie anglophone du pays. Pensez-vous que le Québec y a intérêt ? De plus, pensez-vous que ce type d’instabilité au Canada représente un avantage pour les États-Unis.

« Je ne connais pas la situation dans le détail, mais je devine qu’il est dans l’intérêt du Québec de rester rattaché au Canada parce que l’alternative est d’être rattaché aux États-Unis. Le Québec ne sera pas en mesure de rester indépendant, donc il peut soit devenir américain, soit rester canadien. Étant donné ce choix, je crois qu’il vaut mieux pour lui qu’il reste canadien. Si le Québec devenait indépendant, on ne le nommerait pas nécessairement « membre » des États-Unis – il ne serait pas de la même couleur que les États-Unis sur la carte, mais il serait tellement intégré à l’économie américain qu’il serait effectivement une colonie. Et je ne crois pas que ceci soit dans l’intérêt des Québécois, je pense qu’ils sont mieux là où ils sont.

Du point de vue du marché américain, je suppose que certains intérêts puissants aux États-Unis préfèreraient plus ou moins que les choses restent ce qu’elles sont – simplement parce que c’est trop perturbant : on ne peut pas deviner toutes les conséquences de la séparation. Les relations actuelles entre les deux pays semblent bien fonctionner. Et finalement, avec des accord comme l’ALENA, le Canada va devenir une colonie américaine quoi qu’il arrive. Alors pourquoi aller enlever une pièce et déclencher toutes ces perturbations ?

Souvenez-vous, dès les années 1770, les gens d’ici (les Américains) ont essayé d’accaparer le Canada : ce n’est pas une idée neuve. En 1775 – avant même que ne commence la Révolution américaine – les colons américains avaient déjà envahi le Canada et ont dû en être chassés par les Britanniques (la première action du Congrès continental avant de déclarer l’indépendance par rapport à la Grande-Bretagne a été de lancer une invasion du Canada, la « Campagne du Québec », qui a échoué). Puis, pendant le XIXème siècle, la seule raison pour les États-Unis de ne pas conquérir le Canada a été que l’armée britannique y était trop puissante pour le permettre (les forces d’invasion américaines ont été repoussées par les soldats britanniques et canadiens à plusieurs reprises durant la guerre de 1812). Et depuis lors, les États-Unis essayent d’intégrer le Canada à leur économie par d’autres moyens : les prétendus Accord de libre-échange de 1989 ont permis un bond en avant, l’ALENA accélère encore plus le processus, et le phénomène est en train de se mettre en place très rapidement. »

- Extrait du livre Comprendre le Pouvoir de Noam Chomsky


Suggérer cet article par courriel
Crise du capitalisme mondial
Système usagé à vendre... pas cher...

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
22 128$  37%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 28/10 Marc Potvin : 200$
  • 28/10 Anonyme : 50$
  • 28/10 Gaston Fluet : 200$
  • 28/10 Denis Lavoie : 150$
  • 27/10 André Baril : 50$
  • 24/10 Pierre Grandchamp : 25$
  • 24/10 Angèle Larocque : 10$
  • 24/10 Linda Rivard: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!