Le monopole auto-proclamé du PQ sur l’Indépendance est contesté

Alliances entre souverainistes : le refus du PQ irrite

vendredi 8 février 2013

(Québec) Le Parti québécois (PQ) ne détient pas le « monopole » du projet souverainiste, tonne Jean-Martin Aussant, le chef d’Option nationale. Il n’est pas « le seul détenteur de l’idée de la souveraineté », renchérit la porte-parole parlementaire de Québec solidaire, Françoise David.

Option nationale et Québec solidaire ont blâmé, jeudi, le président du Parti québécois, Raymond Archambault, qui veut tenir fermée la porte à toute alliance avec les autres partis souverainistes.

« Je vois difficilement la réalisation d’alliances stratégiques du genre : "Je ne présente pas de candidat dans ma circonscription, je te laisse la place", a déclaré au Soleil le président du Conseil exécutif national du PQ, mercredi. Il faut faire confiance en l’intelligence des Québécois. Nous avons un programme à présenter. Et je pense que cela vaut la peine qu’il soit présenté dans chacune des circonscriptions. »

Pour la solidaire Françoise David, cette « réponse dénote une arrogance qui n’a pas sa place dans un gouvernement souverainiste minoritaire ».

« Le Parti québécois devrait faire preuve de plus d’humilité ; convenir qu’il y a maintenant des souverainistes au Parti québécois, à Québec solidaire et à Option nationale, qui réclament au moins des tentatives de discussion et de dialogue. »

Mme David a commenté la sortie de Raymond Archambault lors d’un point de presse convoqué pour appeler le gouvernement Marois à lancer des états généraux sur la « justice fiscale »- sur la fiscalité des individus et des entreprises. Ces dernières et les citoyens les « plus fortunés » contribuent de moins en moins à l’assiette fiscale collective, a-t-elle insisté.

« Désinformation »

Jean-Martin Aussant, d’Option nationale, affirme que le Parti québécois, par la voix de son président, « ferme d’emblée la porte à toute discussion pour ne pas perdre le monopole sur la souveraineté ».

Or, « la réalité du système électoral dans lequel on vit - ce système détestable uninominal à un tour - fait en sorte qu’il faut se parler », dit le chef d’Option nationale.

Au passage, il critique la « désinformation » qu’il lit dans les propos de Raymond Archambault au sujet d’Option nationale. « Il n’est absolument pas question d’élection référendaire », pas plus que de « déclaration unilatérale de souveraineté », ajoute-t-il. « Il est très clair dans notre plate-forme que c’est la population du Québec qui va décider du statut du Québec. »


Suggérer cet article par courriel
L’Indépendance - L’affaire de tous
Vers un objectif commun

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
16 360$  27%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 14/09 Benoit Mailhot : 50$
  • 14/09 François Ricard : 20$
  • 14/09 Jean-Marc Southiere: 50$
  • 14/09 Charles Duhamel : 50$
  • 14/09 Dale Rondeau : 25$
  • 14/09 Réal Ouellet : 100$
  • 14/09 Manon Arsenault : 25$
  • 14/09 Michel Charlebois : 40$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!