Aider l’Ontario ?

dimanche 16 novembre 2008

Le premier ministre ontarien David McGuinty se bat pour convaincre le gouvernement fédéral de participer à un plan de sauvetage de l’industrie automobile, dont les déboires frappent durement sa province. Les conservateurs, pourtant peu portés sur ce genre d’intervention, envoient des signaux indiquant qu’ils vont sans doute se laisser convaincre. Il y a beaucoup d’argent en jeu. Peut-être un milliard.

Comment réagir ? En principe, il y a un rituel canadien pour la chose. Au Québec, il faut être contre, parce que l’auto, c’est en Ontario. De la même façon que les Ontariens dénoncent invariablement le soutien à l’aérospatiale, même si cette aide a donné des fruits. Ou que les gens de l’Ouest s’indignent des règles sur les brevets qui favorisent une industrie pharmaceutique concentrée à Montréal. À l’inverse, le torontois National Post, allergique à l’aide étatique, a marché sur ses principes cette semaine pour appuyer une aide à l’automobile. Bref, la loi du clocher.

Il faudrait pouvoir s’extraire de cette logique paroissiale. L’effondrement de l’industrie automobile est une catastrophe pour l’Ontario, dont c’est la principale industrie, qui compte pour le quart de ses exportations. C’est ce qui fait que la province voisine est plus malmenée que le Québec par la conjoncture. Si, par exemple, le Conference Board estime que l’Ontario frôlera la récession mais que le Québec l’évitera, c’est largement parce que l’Ontario est plombé par son industrie automobile tandis que le Québec est soutenu par son aérospatiale.

On peut parfaitement comprendre que le gouvernement canadien en vienne à conclure qu’il ne peut pas abandonner à son sort l’Ontario, la principale province canadienne et son coeur industriel. Le Québec ne doit pas non plus être indifférent, en raison de l’intégration des deux économies. Les difficultés ontariennes vont nous toucher.

Voilà pour les grands principes et les bons sentiments. Mais ce sera compliqué. Tout d’abord, il faut rappeler que ce n’est pas l’industrie automobile qui est en crise, mais les trois géants américains, GM, Ford et Chrysler. Par exemple, Honda, qui fabrique ses Civic au Canada, n’est pas au bord du gouffre.

Leurs problèmes, même s’ils ont été amplifiés par la crise financière et ses effets sur la demande, remontent à bien plus loin. Ils s’expliquent largement par une structure de coûts intenables, l’inefficacité d’une gestion qui multipliait les marques, une stratégie désastreuse qui a misé sur des modèles déphasés. Une aide à cette industrie est certainement une sorte de prime à l’incompétence.

Pour cette raison, l’argument de McGuinty et du chef néo-démocrate Jack Layton, qui s’indignent du fait que l’on aide les banques et pas l’automobile, ne tient pas la route. Le soutien aux banques s’inscrit dans un effort global pour enrayer la crise financière. Ce n’est pas une aide aux banques, qui sont en bonne santé, mais une intervention pour faciliter le crédit. Et elle ne coûtera rien au Trésor public.

Ce n’est pas un débat théorique. En aidant GM, on soutient une entreprise pratiquement en faillite. Les deux autres grands ne vont pas tellement mieux. La doctrine contemporaine veut que l’on évite de soutenir des canards boiteux. GM n’entre même plus dans cette catégorie ; parlons plutôt d’un volatile en état avancé de décomposition. Le risque est donc énorme que les fonds injectés ne fassent que retarder l’échéance, et que l’on gaspille inutilement des fonds publics.

Voilà pourquoi une aide à cette industrie n’a de sens que si celle-ci amorce une restructuration substantielle, de son organisation, de sa stratégie de développement, de sa capacité d’innover, de sa volonté de réduire l’impact environnemental des véhicules, de ses coûts, notamment salariaux.

Ce qui mène à un autre problème. Le Canada abrite des filiales des trois grands, sans pouvoir décisionnel, sans influence sur les orientations stratégiques de la maison mère. Les choix vont être faits aux États-Unis par les Américains et pour les Américains. D’autant plus que le président désigné, Barack Obama, en faveur d’un plan de sauvetage, contrairement à George W. Bush, risque de lui donner une coloration protectionniste et l’assortir de conditions pour protéger les jobs des Américains. Une aide canadienne doit donc réussir à s’inscrire dans une dynamique nord-américaine, avec toutes les difficultés que cela implique.

Bref, il faut faire quelque chose pour l’automobile. Mais quoi ? Les obstacles sont énormes et il sera difficile de concevoir un plan de relance qui soit équitable, intelligent et efficace, qui ne dilapide pas les fonds publics.

adubuc@lapresse.ca


Suggérer cet article par courriel
Industrie manufacturière en crise

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
22 128$  37%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 28/10 Marc Potvin : 200$
  • 28/10 Anonyme : 50$
  • 28/10 Gaston Fluet : 200$
  • 28/10 Denis Lavoie : 150$
  • 27/10 André Baril : 50$
  • 24/10 Pierre Grandchamp : 25$
  • 24/10 Angèle Larocque : 10$
  • 24/10 Linda Rivard: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!