Affaire Duceppe - La Presse en rajoute

le nouvel article de La Presse contient encore là un titre malhonnête et tendancieux puisqu’il affirme péremptoirement que "Gilles Duceppe est de nouveau éclaboussé" alors que la pratique n’a pas encore été déclarée illégale

Tribune libre de Vigile
mercredi 25 janvier 2012
747 visites 8 messages

[1] Dans un article publié sur Cyberpresse aujourd’hui 25 janvier 2012, La Presse revient sur l’affaire Duceppe en mentionnant qu’un autre Directeur général du Bloc, un certain Patrick Marais, a été payé par le cabinet de l’ex-chef du Bloc à même les fonds provenant de la Chambre des communes.

[2] Toutefois, contrairement à l’article du 21 janvier 2012 qui affirmait que les fonds accordés par la Chambre des communes DOIVENT être utilisés pour financer les activités parlementaires et NON PAS DES ACTIVITÉS PARTISANES, l’article mentionne tout simplement que "la légalité d’une telle pratique fait actuellement l’objet d’une enquête à la Chambre des communes".

[3] Sans s’en rendre compte, les 2 journalistes de La Presse viennent de faire là un aveu de taille, puisque ce texte vient démontrer que l’article du 21 janvier 2012 était complètement faux puisqu’il était allégué que le geste posé par Duceppe était contraire aux règles de la Chambre des communes alors qu’une telle illégalité n’a pas encore été démontrée.

[4] Autrement dit, en termes clairs, on a littéralement attaqué l’honnêteté de Gilles Duceppe en affirmant dans le titre publié en première page - Duceppe dans l’embarras - avec photo tirée des archives d’un homme l’air coupable et dépité à l’appui - et dans un article à la page 3 que Duceppe avait fait quelque chose d’illégal alors qu’on avait aucune preuve à ce sujet et qu’on n’a même pas pris la peine de s’informer auprès du Bureau de régie interne responsable de ces dossiers.

[5] De plus, le nouvel article de La Presse contient encore là un titre malhonnête et tendancieux puisqu’il affirme péremptoirement que "Gilles Duceppe est de nouveau éclaboussé" alors que la pratique n’a pas encore été déclarée illégale ou contraire à quelque règle administrative que ce soit.

[6] Comment, en effet, La Presse peut-elle dire que Duceppe est de nouveau éclaboussé alors que rien ne prouve que la pratique alléguée est illégale ou contraire aux règles ?

[7] On peut se poser la question : si Duceppe est éclaboussé, il est éclaboussé par qui ? La réponse est simple : par La Presse elle-même qui souhaite qu’il le soit alors qu’il n’y a à ce jour aucune preuve à ce sujet.

[8] Quant à la déclaration de M. Marais, elle est loin d’être concluante. Encore là, il faut démontrer que la pratique était contraire à la loi et il faut le démontrer pour la période comprise entre 1998 et 2000, car les règles ont pu changer entre temps.

[9] En clair et en bref, l’article de La Presse mérite encore là une plainte au Conseil de Presse du Québec et c’est ce que je me suis empressé de faire en la déposant ce matin pour accompagner celle que j’ai fait concernant l’article du 21 janvier.

[10] Tout cela devrait constituer, à mon avis, du matériel assez intéressant pour permettre à Gilles Duceppe d’examiner l’éventualité d’une poursuite en diffamation contre La Presse.

Pierre Cloutier

Commentaires

  • Jean Lespérance, 12 février 2012 16h43

    Depuis plus de 2 ans peut-être 3, j’ai écris des centaines de commentaires dans le carnet de Gérald Fillion et ils ont toujours passé, mais depuis le début de l’année, plusieurs réguliers ont quitté ou sont censurés. Mes commentaires sont rayés dès qu’ils portent l’expression Libre-échange ou qu’ils portent ombrage au gouvernement Harper.
    Même en étant très poli, en respectant la "nétiquette" à la lettre, la censure fait son oeuvre. Si vous ne me croyez pas demandez à un ami de critiquer le Libre-échange, l’AECG, vous allez constater que ça ne passe pas. Pourquoi ce changement soudain ? RC a peur de se faire pénaliser dans son budget subventionné par le fédéral. Il y a un lien entre l’AECG et le gouvernement Harper, c’est la même politique : vendre le Canada.

  • Jean Lespérance, 12 février 2012 16h26

    En démissionnant il s’est mis davantage dans l’embarras.
    On a le droit de soupçonner qu’il y avait quelque chose de plus grave et que cette accusation n’était qu’un prétexte.
    Je crois que toute personne qui menace ou ose dévoiler comment les partis politiques au fédéral sont payés, subventionnés, se fait sortir du système.
    Et pourquoi ai-je le droit de penser ainsi ? Combien de députés parmi nos fédéralistes se sont opposés au Libre-échange ? Combien ont suggéré de taxer les banques ou les opérations financières ? Une taxe sur les transactions boursières ? Et les bonus (options) dont seulement le gain paraît-il est considéré comme un gain de capital taxé à 50% ?
    On sait bien que c’est un salaire.
    Il a cautionné Flayerty qui a opté pour la politique du free lunch en n’exigeant aucune hypothèque en échange de leur renflouement. Est-ce que les banques remboursent pour les hypothèques à risque radiées par la SCHL ?
    Si les partis politiques ne réclament rien aux banques et à leurs filiales, est-on en droit de penser que ces institutions les nourrissent ?
    En démissionnant, il a laissé sous-entendre qu’il y avait autre chose.

  • Jean, 25 janvier 2012 19h40

    Bonsoir monsieur Cloutier

    Je ne sais pas d’où provient ce montage photo sur monsieur Duceppe en exergue au début de votre article, mais c’est l’image subliminale d’un dictateur qu’on y voit là. Ces gens derrière tout ça sont manifestement des dégueulasses dangereux. Deuxième essaie de viol de la conscience de bonne foi du peuple. C’est connu les orgueilleux remplis de méchanceté ne reviennent jamais sur leur pas.Au contraire ils en remettent, et ils se casseront la gueule, c’est écrit en enfer.

    Félicitation pour votre excellent travail. Le peuple a besoin de gens comme vous pour l’éclairer. Merci.
    Jean

  • 25 janvier 2012 16h34

    Message à Yvan

    Ayant été moi-même journaliste, je peux vous dire que ce n’est pas le journaliste qui fait les titres, mais le chef de pupitre, ses adjoints et dans les cas les plus importants, le directeur de l’information, ses adjoints ou même le rédacteur en chef ou ses adjoints.

    Je suis presque sûr que le titre : Gilles Duceppe encore éclaboussé ne vient pas des 2 journalistes qui ont écrit l’article mais de la "direction" du journal (pupitre, information, rédaction etc..)

    Pierre Cloutier

  • yvan , 25 janvier 2012 14h17

    En clair et en bref, l’article de La Presse mérite encore là une plainte au Conseil de Presse du Québec et c’est ce que je me suis empressé de faire en la déposant ce matin pour accompagner celle que j’ai fait concernant l’article du 21 janvier.

    Tout a fait .

    Gesca tente encore de faire croire que Duceppe se serait rendu coupable d’un geste répréhensible et illégal.

    Dans toute ses attaques a l’endroit de Duceppe ,Bellavance prend bien soin de ne pas parler et de citer l’avis de la représentente de la chambre des communes qui donne raison sur toute la ligne a Gilles Duceppe et qui détruit la position de Gesca .

    Bellavance refuse aussi de citer la position du NPD qui dit maintenant qu’il n’y as rien d’illégal .

    En fait Bellavance se contente d’un titre tendancieux pour lui même prendre le relai pour tenter de salir la réputation de Gilles Duceppe.

    Il prend garde de ne pas dire par quoi Gilles Duceppe est a nouveau éclaboussé .

    L’important dans cette campagne de salissage orchestrer et entretenu et planifier par de La Presse a purin de Desmarais est de continuer a distiller l’idée que Gilles Duceppe aurait commis des gestes illégaux,des malversations avec l’argent publique.

    Gesca se rend compte qu’il n’ont plus de poignée dans cette affaire et ils ont charger Bellavance de procéder a une fuite en avant pour leur permettre de ne pas perdre la face.

    Les accusations de Gesca et de Bellavance qui parle d’éclaboussement a l’encontre de Gilles sont graves et mérite d’etre porter devant le conseil de presse.

    On as jamais assister a une opérations aussi sale venant de Gesca depuis leur campagne écoeurante sur André Boisclair.

    Le conseil de presse doit se pencher sur les méthodes de La Presse

    Si La Presse as des preuves de malversation ,de détournements de fonds a l’endroit de Gilles Duceppe qu’elle soumette son dossier a la justice.

    La Presse parle de geste de détournement de fonds venant du budget de la chambre des communes ,les accusations de Gesca a l’encontre de Gilles Duceppe sont graves et ne doivent pas rester sans suite .

    La Presse s’est peinturer dans le coin avec cette campagne de salissage et La Presse utilise depuis deux jours beaucoup le conditionnel dans ses textes quand ils lancent des accusations sur Duceppe.

    C’est une façon pour Gesca de se protéger contre des poursuites pour dommage tout en continuant leur campagne de salisage avec des : Duceppe encore éclaboussé.

    Éclabousser par quoi ?
    Éclabousser par qui ?

    Bellavance se garde bien de le dire .

    Gilles Duceppe serait en droit de mettre en demeure Bellavance de l’informer par quoi exactement il est éclaboussé.

  • Mona Simard, 25 janvier 2012 13h59

    Les fonds de la Chambre des Communes, tel que le stipulent en noir sur blanc les règlements parlementaires, servent pour « des fonctions parlementaires », ce qui comprend « DES QUESTIONS PARTISANES ». On est loin, merci, du million de $ à rembourser (qui a spéculé là-dessus ?) et d’une enquête de la RCMP (la radio de Radio-Canada !). Quant aux journalistes de La presse, ils me font penser à l’ineffable Christine St-Pierre, ci-devant ministre de la Culture chez Charest, qui du temps où elle était journaliste à Radio-Canada en beurrait épais contre le Québec et les indépendantistes. Ils se prépareraient une carrière politique comme Mme St-Pierre ? Mais au total, tout cela est à classer dans l’armoire des coups de la Brink’s. Quel journal, photos à l’appui, avait lancé cette affaire qui n’en était pas une ?

  • Ghislaine Bussiere, 25 janvier 2012 13h51

    Je suis entièrement d’accord avec vous M.Clouthier.
    Il était temps que quelqu’un se lève debout pour rétablir
    les faits et porter plainte.

  • 25 janvier 2012 13h41

    De la part de La Presse, c’est de la bassesse, de la
    petitesse, de la méchanceté, de la malice et de l’esprit
    chagrin.

    Ces gens se prennent pour du grand monde alors qu’ils ne
    sont que du petit monde.

    JRMS

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

GESCA déclare la guerre à Duceppe - 2012
Tribune libre de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
25 178$  42%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/11 Marcel Duclos : 50$
  • 23/11 Linda Rivard: 10$
  • 23/11 Normand Lefebvre: 25$
  • 23/11 Serge Lapointe : 30$
  • 23/11 Erik Vasseur : 20$
  • 23/11 Alexandra Villeneuve: 10$
  • 23/11 Alexandra Villeneuve: 10$
  • 23/11 J.-Jacques Delisle: 100$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!