Adrien Arcand et le fascisme : monstruosité ou fait socio-historique ?

Tribune libre de Vigile
samedi 3 avril 2010
1 021 visites 3 messages

L’évocation du fascisme suscite bien sûr de l’indignation morale, sauf dans les divers courants qui adhérent à ce type d’idéologie. On ne peut cependant faire l’économie d’une analyse socio-historique conséquente du fascisme, si l’on veut le combattre … et éventuellement éviter de le reproduire !

À propos d’Adrien Arcand, « ressuscité » dans le monde contemporain par le livre de Jean-François Nadeau, il faut souligner le fait que les restes très marginalisés de son mouvement (fédéraliste …) ont disparu au Québec en même temps que les derniers acteurs survivants de son époque. Ce qui n’est pas le cas au Canada anglais, où le courant fasciste issu des années 1930, avec John-Ross Taylor en particulier (décédé en 1994) a constitué la base du renouveau néo-nazi des années 1980.

Alors que le spectre du « fascisme » est toujours agité avec le même acharnement par certains représentants de la nation néo-britannique dominante pour tenter de discréditer la marche historique du Québec vers son émancipation nationale, il est bon que les historiens nous rappellent à l’occasion que le courant fasciste majeur au Canada, dans les années 1930 et 1940, fut le courant canadien anglais, d’ailleurs supporté par la large base sociale du Ku Klux Klan canadien anglais, ainsi que par une bonne partie des élites politiques et économiques.

Si certains fascismes dominés s’expriment dans le monde actuel, il ne faudrait pas oublier le fait que le fascisme dominant contemporain est le fascisme sioniste/états-unien, fer de lance de l’Empire, générateur d’entreprises génocidaires, en premier lieu celle subie par la nation palestinienne. Un des vecteurs politiques de ce fascisme dominant est le néo-maccarthysme, qui est entre autres responsable du décès du président de l’organisme Droits et Démocratie.

S’il est des antifascistes conséquents, ils devraient avant tout s’inquiéter de la percée du mouvement judéo-nazi kahaniste au Canada, dans les milieux communautaristes ainsi que dans les zones d’influence du Parti Conservateur du Canada.

Yves Claudé – sociologue

Montréal, le 3 avril 2010

ycsocio@yahoo.ca

Commentaires

  • Francis Déry, 9 avril 2013 19h46

    "Or, Arcand était ultra-fédéraliste et travaillait pour La Presse. Pas Le Devoir, la Presse !!!

    Parfaitement bilingue (rare à l’époque pour un Québécois), il admirait l’Empire britannique. (D’ailleurs Hitler ne rêvait qu’à un mini-Empire à l’Est, une infime fraction de l’Empire britannique où le soleil ne se couchait jamais, mais ça c’est une autre histoire)"

    Erreur à corriger : Arcand s’est fait virer de la Presse en voulant y établir un syndicat. En réaction, il a lancé ses propres journaux populistes. Admirateur de l’Empire Britannique parce que celui-ci effaçait les frontières nationales. On peut parler de mondialisation.

    Henri Bourassa était-il mieux logé en voulant faire du Québec ou du Canada, un clone de l’Angleterre ? (Little England)

    Beaucoup de grands noms fédéralistes ont tourné autour d’Adrien Arcand. Trudeau l’a-t-il vraiment renié ?
    Pierre Dansereau et son père y furent actifs. Un silence s’est imposé sur cet aspect de la vie de Pierre Dansereau lors de sa mort. Cela prendrait Esther Delisle pour remuer la cabane.

    Les Felquistes Jacques, François et Louise Lanctôt sont les enfants de Gérard Lanctôt, le successeur d’Adrien Arcand à la tête du Parti de l’Unité Nationale.
    Le passage dans l’extrême-gauche est certainement le fruit de la réaction à la rupture entre les discours du père et ceux du monde ambiant qui devaient conduire vers la schizophrénie.

    Si Jacques Lanctôt peut me lire, je l’invite à mieux nous informer.

    Le succès d’Adrien Arcand provient de contacts étrangers. Il entretient une correspondance avec différents ténors populistes à travers le monde qui l’alimentent d’informations et d’idées qu’il ne retrouvait pas localement. Une suite dans son travail de journaliste solitaire qui approche l’adepte des théories de conspiration. Un "Truther" en quelque sorte qui s’est développé un égo narcissique au point de croire qu’il est le changement attendu. Ce qu’il est devenu peut faire peur.
    C’est pourquoi le citoyen ordinaire ne veut pas trop chercher à comprendre.

  • Jacques Noel, 4 avril 2010 09h44

    Depuis la montée du nationalisme moderne au Québec, les Feds n’ont jamais cessé d’associer les nationalistes contemporains à ceux d’Adrien Arcand ! André Arthur a matraqué ce message pendant ses 30 ans de radio à Québec.

    Or, Arcand était ultra-fédéraliste et travaillait pour La Presse. Pas Le Devoir, la Presse !!!

    Parfaitement bilingue (rare à l’époque pour un Québécois), il admirait l’Empire britannique. (D’ailleurs Hitler ne rêvait qu’à un mini-Empire à l’Est, une infime fraction de l’Empire britannique où le soleil ne se couchait jamais, mais ça c’est une autre histoire)

    Selon la GRC, son mouvement ne comptait que 450 membres. On est loin des ML des années 70.....mon Dubuc !


    Narcisse Arcand, le père d’Adrien, venait de Deschambeault, patrie des trois célèbres frangins. Sont certainement parents


    Nadeau, qui a une très belle image de lui-même, était invité à Christiane Charette jeudi.

    Un auditeur, sur le forum de l’émission, a dit qu’il avait copié le titre du livre d’un livre bientôt à paraitre. Le texte est resté une heure puis a disparu du forum

    http://www.radio-canada.ca/emissions/christiane_charette/2009-2010/chronique.asp?idChronique=107706&autoPlay=##commenter

  • Gébé Tremblay, 3 avril 2010 21h29

    Très juste.

    Ce que je trouve navrant pendant le traditionel mea culpa envers Adrien Arcand par Le Devoir et nos historiens, c’est que son idéologie impérialiste britannique ne semble faire aucun problème moral pas plus que son idéologie anti-communiste ne suscite d’éloge. Pourtant, la seconde guerre mondiale est bien une entreprise de l’impérialisme britannique en collaboration avec l’organisation mondiale sioniste.

    Le fascisme serait donc plus "vilain" que l’impérialisme colonialiste guerrier britannique ? Et pourquoi cette obsession avec Adrien Arcand ? N’était-il pas qu’un impérialiste comme tant d’autres au Canada anglais ? Il n’a tué personne à ce que je sache ! Il se mérite donc qu’on le transforme en symbole de honte québécoise parce qu’il a choisi une idéologie politique plutôt qu’une autre ?

    Depuis quand on condamne les gens pour leurs opinions politiques ?

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s’appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Livres - revues - 2010
Tribune libre de Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
22 128$  37%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 28/10 Marc Potvin : 200$
  • 28/10 Anonyme : 50$
  • 28/10 Gaston Fluet : 200$
  • 28/10 Denis Lavoie : 150$
  • 27/10 André Baril : 50$
  • 24/10 Pierre Grandchamp : 25$
  • 24/10 Angèle Larocque : 10$
  • 24/10 Linda Rivard: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!