« Je ne veux pas me survivre juste pour moi-même. Je sais trop que si le génie existe, il n’a rien à voir avec l’individu, mais tout à voir avec la société qui le porte et qu’il porte. » Victor-Lévy Beaulieu

Le Devoir de philo

Adam Smith et la main visible de l’éducation

Le père de l’économie moderne aurait récusé la doctrine de « la main invisible du marché » qu’on lui attribue. Il préconisait un système d’éducation quasi gratuit.

dimanche 13 mai 2012

Deux fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés de philosophie, d’histoire et d’histoire des idées le défi de décrypter une question d’actualité à partir des thèses d’un penseur marquant.

***

Au-delà de toute autre considération, la grève des étudiants a le mérite de nous avoir réveillés sur la place que doit prendre l’éducation dans nos sociétés. Déjà, au xviiie siècle, le père fondateur de l’économie politique, Adam Smith (1723-1790), insistait sur le fait que l’éducation se devait d’être critique, démocratique et quasi gratuite pour les classes défavorisées.

Smith s’est rigoureusement opposé à l’élitisme défendu dans l’Angleterre de son époque par l’Université d’Oxford, dont il était lui-même un diplômé. À l’Université de Glasgow, en Écosse, il est devenu le premier professeur de l’histoire en éthique des affaires, titulaire d’une chaire en philosophie morale.

Il savait déjà que les problèmes d’équité entre les riches et les pauvres ainsi que les problèmes d’épuisement des ressources naturelles, engendrés par la révolution industrielle qu’il voyait naître sous ses yeux, devaient être con trecarrés par le développement de la justice, de l’éthique et d’une éducation pour tous.

Smith, on le sait peu, fut un grand réformateur dans le domaine de l’éducation, en tant que membre du mouvement des Lumières écossais. Il savait - et nos étudiants d’aujourd’hui l’ont compris - que la recherche scientifique ainsi que les écoles et les universités doivent avoir des moyens conséquents pour stimuler le développement de nos sociétés, non pas seulement pour des raisons de compétitivité, mais aussi dans le but d’inventer un monde viable pour tous.

C’est Smith, avec son mentor Francis Hutcheson, qui bannit le latin dans l’enseignement ; c’est Smith, avec son ami David Hume et d’autres, qui remplacèrent en éducation la logique d’Aristote par l’approche scientifique d’Isaac Newton ; c’est Smith, en tant que doyen, qui offrit à l’ingénieur James Watt un laboratoire dans son université alors que celui-ci ne pouvait exercer son métier, des corporations professionnelles défendant leurs monopoles ; c’est Smith aussi qui suggéra de diminuer les privilèges des professeurs en leur offrant une rémunération à la fois fixe et variable, suivant la qualité de leur enseignement, et qui institua une nouvelle comptabilité pour mieux contrôler les coûts ; c’est Smith encore qui développa un curriculum interdisciplinaire, incluant la philosophie, l’éthique, le droit et l’économie, en plus des sciences naturelles ; enfin, c’est son modèle éducatif, développé par son étudiant George Jardin, qui fut repris par Robert Owen à New Lanark, en Écosse, lors d’une des premières expérimentations en éducation populaire.

Une statue d’Adam Smith (1723-1790) à Édimbourg, en Écosse. La quasi-gratuité de l’éducation que prônait le penseur avait pour but de combattre la superstition, de stimuler la démocratie et de permettre le développement économique et moral des nations.

Si l’exemple d’Adam Smith - réformateur en éducation - peut nous inspirer aujourd’hui, l’évocation de son nom est devenue suspecte pour certains. On le croit à tort défendeur de la doctrine de la main invisible du marché, promulguée par le néolibéral Milton Friedman aux États-Unis et le libertarien Friedrich Hayek en Europe.

Une croyance absolue

Dans les années 1980, cette doctrine fut imposée en politique par Ronald Reagan et Margareth Thatcher. Elle est devenue aujourd’hui une croyance absolue, une superstition qui bloque tous les changements.

C’est en son nom que l’on croit que la maximisation des profits des actionnaires mène automatiquement à l’accroissement du bien commun. C’est en son nom que l’on croit que l’exploitation à la va-vite des sables bitumineux en Alberta ou du Plan Nord au Québec mènera automatiquement à l’enrichissement collectif. C’est en son nom aussi que l’on traite les étudiants grévistes de « pas sérieux », alors qu’ils tentent de sonner une alarme qui devrait nous réveiller tous.

Ces étudiants ainsi que leurs supporteurs ont décrié cette superstition, et avec raison : Adam Smith ne mentionne que trois fois dans son oeuvre de plus de 3000 pages la métaphore de la « main invisible », et chaque fois il nous met en garde.

Dans son livre Essais sur des sujets philosophiques, il suggère que, si les peuples d’antan croyaient aux effets concrets de la « main invisible de Jupiter » dans leur vie de tous les jours, ces superstitions sont archaïques dans des sociétés modernes.

Dans son livre La théorie des sentiments moraux, il démontre que, si au Moyen Âge les vassaux étaient nourris par leurs seigneurs féodaux, comme si une main protectrice intervenait, ces vassaux payaient cruellement leur survie par leur totale dépendance envers leurs maîtres.

Enfin, dans son livre La richesse des nations, il avance que les moeurs des entrepreneurs, lesquels sont animés par bien d’autres motivations que le seul profit financier, mènent à un équilibre naturel entre la délocalisation des entreprises à l’étranger et le développement de l’emploi dans chaque nation. Malheureusement, nous démontre Smith, cet équilibre viable est faussé par les pressions du marché financier et les multinationales, entraînant des délocalisations abusives.

Adam Smith aurait décrié nos dérives actuelles, comme de nombreux étudiants ont eu le courage de le faire : nous sommes encore très superstitieux, charmés par la prétendue « magie du marché » ; l’écart qui s’accroît entre les riches et les pauvres et le manque de démocratie font encore écho à l’époque féodale ; et le culte de la globalisation nous entraîne dans des solutions non viables.

La grande crise bancaire et financière

Depuis 2008, ces problèmes se sont accentués avec l’avènement de la grande crise bancaire et financière. Nous en ressentons encore les effets aujourd’hui (récession, chômage, dettes nationales). Depuis cette date, les gouvernements à travers le monde ont dépensé plus de 4000 milliards de dollars pour renflouer l’économie et les banques fautives.

Ces sommes étaient originairement destinées à l’éducation, à la santé, à la culture, aux infrastructures et à d’autres dépenses courantes des États. Ce « trou » dans les budgets nationaux est considérable, représentant la totalité du produit national brut du Canada sur trois ans.

De plus, très peu de financiers ont été inquiétés par la justice, et leurs primes ont retrouvé leurs niveaux antérieurs.

C’est dans ce contexte que le gouvernement du Québec a ordonné aux étudiants de « faire leur part ». La réaction de ces derniers est compréhensible : si on avait ordonné d’augmenter de 75 % sur cinq ans les impôts du secteur financier, ce dernier aurait réagi lui aussi.

Bien sûr, Adam Smith n’est pas Karl Marx. Smith n’a jamais prôné de révolution, ni l’idéologie de « la main visible de l’État », ni celle de l’État providence. Mais sa philosophie politique impose à l’État d’être le garant de l’existence d’une diversité d’intérêts dans une société et non le promoteur d’une vision unique.

Smith ne désirait pas qu’une nation ne devienne qu’une « société de boutiquiers », préoccupée exclusivement par des considérations mercantiles. Sa conception de la liberté dépassait le seul fait que des citoyens puissent acheter et vendre librement des produits.

Il désirait que l’accroissement de la liberté des personnes, en brisant les chaînes du féodalisme, leur permette d’innover et de bâtir un monde meilleur pour elles-mêmes et leurs familles, en plus d’accroître leur empathie sociale.

Comme Smith l’a écrit : « Fonder un grand empire dans le seul but de manufacturer un peuple de consommateurs [est] extrêmement approprié pour une nation dont le gouvernement est influencé par des boutiquiers. »

Au Québec, la condescendance du gouvernement Charest envers les étudiants, tout en maintenant des privilèges comme l’allégement fiscal sur les gains en capital, démontre l’actualité de cette emprise des « boutiquiers ».

Adam Smith est aussi présenté, à tort, comme le champion du laisser-faire en politique économique. Au contraire, il désirait encadrer le secteur financier. Il concevait que l’argent, à la fois véhicule pour les échanges et valeur monétaire des choses, n’était pas un bien comme les autres et devait être strictement réglementé.

Cela n’est toujours pas fait à l’heure actuelle, ni au Canada, ni au Québec. Si l’effondrement du mur de Berlin a sonné le glas de l’idéologie communiste, l’occupation de Wall Street n’a pas réussi à sonner celui de l’idéologie néolibérale. De nombreux Prix Nobel en économie, dont Paul Krugman, Amartya Sen ou Joseph Stiglitz, dénoncent aujourd’hui ce manque d’apprentissage et prédisent que d’autres crises d’envergure se matérialiseront dans le futur.

La montée de mouvements extrémistes

À un moment où toutes les nations occidentales sont en difficulté, c’est aux gouvernements de faire la preuve que leur gestion est raisonnable et équitable. Au Québec, le gouvernement doit démontrer que le système éducatif est bien géré, que les fraudes dans des secteurs comme la construction ou la finance sont stoppées et que des privilèges n’ont pas été accordés.

À défaut d’avoir cette équité et cette transparence, la montée de mouvements extrémistes, à droite comme à gauche, est inévitable. Cette situation est déjà visible en Grèce, alors que les positions se durcissent aux États-Unis avec le Tea Party et au Canada avec le gouvernement conservateur, dirigé par des fondateurs du Reform Party.

Heureusement, de nombreuses organisations refusent déjà aujourd’hui la superstition de la « magie du marché » : le mouvement coopératif, certaines banques privées, de nombreuses entreprises familiales, des entrepreneurs, des ONG et même des nations entières, comme la Suède, ont été moins touchés par la crise financière grâce à des décisions éthiques.

Il est grand temps, au Québec, de retrouver la paix sociale, avant que cela finisse mal. Nous pourrons alors, collectivement, développer une démocratie plus équitable et plus viable, comme Smith le suggérait, au-delà des superstitions du « tout marché » ou du « tout à l’État ».

Cette démocratie nouvelle est déjà en marche, mais elle demandera un effort très important de recherche, d’enseignement et de diffusion. Les choix faits par le Québec dans les années 1960, pour une éducation accessible à tous, s’inscrivaient dans ce mouvement. Les étudiants nous l’ont rappelé en stimulant notre réflexion collective.

Le système de liberté naturelle

En dérangeant notre confort ainsi que le leur, ces étudiants ont dénoncé la précarité actuelle vécue par de nombreuses personnes, au-delà des seuls droits de scolarité. Ils ont tenté d’influencer l’ordre établi par la prise de parole, avant que d’autres groupes beaucoup plus violents n’occupent l’avant-scène.

Dans ces temps de précarité mondiale, il ne faut pas récuser le capitalisme, ni seulement le réformer, mais le refonder : revisiter la vision séminale d’Adam Smith s’impose alors. On y apprendra, par exemple, que Smith n’a jamais utilisé le terme « capitalisme » dans ses écrits, préférant parler de « société commerciale », ce qui replace l’économie dans un ensemble plus large.

Le système de liberté naturelle qu’il a préconisé visait, comme beaucoup d’étudiants et de nombreuses autres personnes le désirent aujourd’hui, l’évolution de la richesse économique et morale des nations.

Mais cela ne pourra arriver que lorsque l’éducation sera ouverte à tous et largement diffusée dans le public, diminuant l’emprise de la pensée magique. Comme Adam Smith l’a écrit : « La science est le grand antidote contre le poison de […] la superstition. »

***

Thierry Pauchant - Professeur titulaire de la Chaire de management éthique, HEC Montréal.

***

Des suggestions, des commentaires ? Écrivez à Antoine Robitaille : arobitaille@ledevoir.com. Pour lire ou relire les anciens textes du Devoir de philo ou du Devoir d’histoire : www.ledevoir.com/societe/ le-devoir-de-philo.


Suggérer cet article par courriel
Conflit étudiant - grève illimitée - printemps 2012

Profs contre la hausse

***

"si les Perses ont rencontré leur Némésis, en Alexandre ; les Celtes, en Jules César ; un empire chinois en déclin, en Gengis Khan... eh bien, notre Némésis, celui ou celle par qui semble arriver notre destruction (ou celle d’un Québec en lequel nous nous reconnaîtrions encore), est un petit grassouillet bas sur pattes, à l’envergure intellectuelle assez limitée, utilisant des ruses telles qu’on le voit venir d’avance...

Il y aurait peut-être de quoi nous donner des complexes. Alors, rémédions à la situation !" Commentaire 16 mai 2012

***

Les libéraux ont voulu détruire les acquis de la Révolution tranquille - leur idéologie est un poison (les inégalités en témoignent). Alors discuter avec un pouvoir aliéné par cette idéologie néolibérale, c’est une perte de temps. Ce pouvoir est devenu étranger au peuple québécois. La sortie de crise : moratoire, élection, États généraux sur l’éducation. Et renouer avec la Révolution tranquille ! - Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2014: 60 000$
7 020$  12%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/04 Andrée Yanacopoulo : 50$
  • 20/04 Serge Sévigny : 200$
  • 19/04 Jean Lespérance: 100$
  • 19/04 Georges Le Gal: 50$
  • 19/04 Gilbert Paquette: 100$
  • 19/04 François Tisseur: 50$
  • 19/04 Gilles Bélanger: 50$
  • 19/04 Marc Blondin: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!